Christian Horner appelle à de nouvelles règles sur les moteurs en 2026

Le directeur de Red Bull, Christian Horner, s’oppose à la mise en avant des nouveaux moteurs, souhaitant plutôt un tout nouveau design pour 2026.

Les moteurs V6 turbo-hybrides actuels sont utilisés en Formule 1 depuis 2014, bien qu’ils ne se soient pas avérés très populaires auprès des fans et du personnel du paddock.

Actuellement, leurs successeurs devraient arriver en 2025, la FIA déclarant que des moteurs puissants et émotifs sont en route.

Horner souhaite cependant revenir au plan initial d’introduction de ces moteurs en 2026, dont il espère qu’ils s’éloigneront complètement des unités actuelles.

« Je préfère prendre le temps de proposer quelque chose d’excitant, de différent et de pertinent qui corresponde aux critères de coût, de performance et qui encourage les courses serrées », a-t-il déclaré, cité par The Race.

« Nous ne devons pas non plus négliger le son et l’émotion.

« Donc, pour moi, ce sont les critères sur lesquels il faut se concentrer et ce sera vraiment dommage de conserver ce qui est actuellement un moteur très cher et d’essayer de le rendre bon marché.

« Vous ne pouvez pas voyager en première classe et payer un billet en classe économique.

« J’espère qu’il y a une opportunité, en particulier si c’était pour ’26, de proposer un moteur durable, respectueux de l’environnement, qui utilise des biocarburants.

« C’est un peu plus une feuille blanche peut-être avec des éléments de normalisation où les coûts peuvent clairement être contrôlés plutôt que de reporter ce que nous avons actuellement. »

La marchandise Red Bull est disponible à l’achat dès maintenant via la boutique officielle de la Formule 1

Red Bull est en train de créer sa propre division moteurs pour succéder à Honda une fois que le constructeur japonais quittera la Formule 1 fin 2021.

Et, comme l’espère Horner, les nouvelles unités motrices représenteront probablement une refonte majeure pour tous les constructeurs, la Formule 1 mettant davantage l’accent sur l’énergie électrique, l’utilisation de biocarburants durables et également un MGU-K amélioré.

Horner lui-même a également révélé que des discussions sur un plafonnement des coûts des moteurs pour correspondre au châssis ont eu lieu, bien qu’aucun progrès n’ait été réalisé.

Mais si la Formule 1 devait se contenter de quelque chose de moins qu’une révision du moteur, Horner pense que cela ne profitera qu’aux constructeurs actuels.

Porsche et Audi ont régulièrement été crédités d’un intérêt à rejoindre la Formule 1 en tant que constructeur des futures unités, tous deux faisant partie d’une réunion technique samedi au Grand Prix d’Autriche.

« Vous pouvez comprendre que les constructeurs existants investissent dans ces moteurs et souhaitent intégrer l’IP dans le nouveau moteur, mais bien sûr, ce moteur actuel est extrêmement coûteux et la façon dont vous réduisez les coûts… pour le moment, toutes les discussions que j’ai eues assis, il n’a pas été atteint », a-t-il expliqué.

« Ce n’est pas aussi simple que de simplement mettre en place un plafond de coûts car, bien sûr, un moteur est beaucoup plus difficile à contrôler lorsque la combustion s’applique à de nombreux autres aspects, en particulier si vous êtes une équipe appartenant à un équipementier ou un fabricant de moteurs en Formule 1.

« Pour commencer avec une feuille blanche qui peut être clairement contrôlée, [regulating] la quantité de temps de dyno et de montage qui vous est allouée, qui encourage la créativité. Il doit également y avoir un filet de sécurité, afin que si un fabricant se trompe, il puisse effectivement avoir la possibilité de rattraper son retard.

« Ces moteurs avec lesquels nous allons être au cours des 10 prochaines années environ, cela nous mènera donc jusqu’en 2036.

« Nous devons trouver quelque chose qui soit pertinent et juste pour le sport.

« Et bien sûr, il ne s’agit pas seulement du moteur, il va falloir s’intégrer à une voiture à faible traînée pour atteindre ce genre d’efficacité. Donc, cela a également un impact énorme sur le côté châssis.

« Par conséquent, une feuille blanche pour 2026 serait la bonne voie à suivre. »

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Share