Conor McGregor et Nate Diaz relancent leur combat éternel sur Twitter

Conor McGregor et Nate Diaz ont repris leur passe-temps favori, se battant sur les réseaux sociaux.

Ce mercredi après-midi, Conor a partagé une photo de sa confrontation avec Nate Diaz avant son deuxième combat à l’UFC 202 en 2016.

« Maintenant, ajoutez-moi 30 livres de muscle et dites ça avec un accent de Dublin. »

La publication n’était pas du goût de Diaz qui a répondu à Conor en disant qu’il parlait de déchets alors qu’il était blessé.

« Frère, tu ne peux pas marcher ou te battre en ce moment. Pourquoi tu racontes de la merde ? Nous parlerons plus tard. »

A partir de là, un va-et-vient interminable entre les deux combattants allait commencer.

« Qui ne peut pas ? Viens te voir petit imbécile maigre et tu te feras frapper et rouler, clochard. La Californie est à moi. »

« Non, salope. Tu aurais dû apprendre à ne pas te casser la jambe quand j’ai bloqué ta merde et que tu es sorti du combat avec moi sur des béquilles. Et comment vas-tu me battre si cette fois tu ne peux pas courir pour ta vie avec ton cul cassé. Tu as perdu le dernier combat et tu as couru dans les montagnes, tout comme Khabib, toi aussi tu es un lâche. »

« Cela signifie que je suis le double triple champion de toute cette merde. Allez vous faire foutre, lâches. »

« N’oublie pas que Khabib avait peur de moi et qu’il t’a battu et t’a achevé. Et n’oublie pas que Dustin Poirier avait aussi peur de moi mais il t’a aussi battu et fini. Vous êtes tous des lâches. »

« Il s’est enfui de la cage et j’ai boxé avec toute sa famille. Et personne ne m’a fini, mon pote. Je me suis cassé la jambe. Personne ni rien ne m’a rien fait. Et peu importe, ne vous inquiétez pas pour eux. Maintenant, je suis en Californie pendant des mois à faire ce que je veux. Ça va être 3 dans la rue maintenant, va te faire foutre ton petit sport. »

Parfois, l’attention de Nate s’est portée sur Poirier et Conor sur Khabib, mais ils sont finalement revenus à l’échange.

« Ce ne sont que des affaires, n’oubliez pas que vous êtes l’homme du sport. Je vous ai montré cette merde de rue avant qu’aucun d’entre vous ne réalise le vrai jeu de combat, petites salopes sportives. « 

«Je suis avec la gâchette à un cheveu. Reste où tu te caches si tu sais ce qui est bon pour toi, mon pote. Que Dieu te bénisse, mon garçon, passe une bonne journée. »

« Va te faire foutre. »

« Je baise toute la ville. »

Après avoir dit au revoir, les choses ont repris quelques minutes plus tard.

« Je me battrai avec toi dans 4 ans quand tu seras guéri. »

« Les os guérissent. Traumatisme contondant au cerveau ? Pas autant. »

« ‘Tu prends tout ce pour quoi j’ai jamais travaillé, enculé.’ Hahaha, eh bien, alors travaille plus dur, petit cafard. »

« Et tu es mort. »

« Vous pensiez que c’était le cas, mais ce n’était pas le cas.

Share