Côté cauchemar à l’Est: Kyrie, Durant, Tatum, Butler, Giannis …

Première soirée de la nouvelle pièce et deux victoires locales: les Celtics et les Pacers ont moins souffert que prévu, dans les deux cas, contre les Wizards et les Hornets. Les premiers sont en séries éliminatoires en tant que septième. Le second se jouera pour la huitième place à Washington. De cette manière, et en l’absence des Wizards et des Pacers pour décrocher la dernière place des playoffs demain, la table de la Conférence Est est quasiment fermée. Oui renversé sur l’un de ses côtés. Là où la bataille est terrifiante.

C’est comme ça: les positions n’ont pas d’importance … jusqu’à ce qu’elles comptent. Et les images sont ludiques. Cela ne dépend pas tant de votre position que de la personne avec qui vous devez danser. Et le côté des Nets, qui avait la première place dans leur ligne de mire et l’a laissé filer (toujours avec des victimes, des blessures, des tenants et des aboutissants) est devenu un cauchemar pour l’équipe qui, quoi qu’il arrive, continuera d’être le favori comme tant qu’il n’y aura pas de revers dans le méga grand trois (Kevin Durant, James Harden, Kyrie Irving). Les Nets, deuxièmes à l’Est, joueront au premier tour contre les Celtics, septièmes après avoir remporté leur jeu. Un duel formidable dans lequel, en plus, Kyrie mesurera ses ex. Beaucoup morbide. En théorie avec les Nets très, très favoris contre un Celtics sans Jaylen Brown et très décevant après avoir été finalistes de la Conférence dans la bulle de Floride. Là, ceux de Brad Stevens sont tombés contre le Heat, qui a abandonné dans la lutte pour le ring contre des Lakers bien supérieurs. Ceux de Spoelstra, toute l’année dans la zone basse des playoffs (et flirtant avec le jeu en) ont très bien terminé la saison et ont pris la sixième place, ce qui les met du même côté de la table que les Nets et les Celtics et avec un premier tour brutal contre les Milwaukee Bucks. L’équipe qui a été la favorite de l’Est au cours des deux dernières saisons, dans aucune d’elles n’a atteint la finale et dans celle-ci, sans faire autant de bruit et les projecteurs se sont concentrés sur les autres (Nets, Sixers …) cela semble un bloc de plus capable de donner la guerre dans les profondeurs des playoffs, avec plus de variations dans son jeu et avec un Jrue Holiday qui améliore grandement Eric Bledsoe en tant qu’écuyer pour Khris Middleton et Giannis Antetokounmpo.

La chose normale est que le champion de l’Est a quitté le quatuor Sixers, Nets, Bucks, Heat. Et trois (Nets, Bucks, Heat) sont du même côté des playoffs, accompagnés d’un illustre, étrange et inférieur mais dangereux, comme les Boston Celtics. De ces quatre équipes, un finaliste de la conférence sortira. Énorme. Inévitablement, cela efface l’autre côté de l’image. Les Sixers n’étaient pas les meilleurs de leur conférence depuis 2001, quand Allen Iverson les a menés à la finale et là, ils étaient la seule équipe à gagner au moins un match (4-1 finale) contre Kobe Bryant et les Lakers de Shaquille O’Neal en toutes les séries éliminatoires (15-1 au total pour Los Angeles).

Dans la première année de Daryl Morey dans les bureaux et Doc Rivers sur le banc, Les Sixers ont une occasion imbattable de revenir à la finale de la conférence, une manche qu’ils n’ont plus disputée depuis 2001. Ceux de Ben Simmons et Joel Embiid auront un avantage sur le terrain dans toutes les séries orientales, et espèrent atteindre près de 50% de la capacité du bruyant Well Fargo Center (ils pourraient accueillir environ 9 000 fans). Oui ils auront surtout des croisements a priori idéaux. D’abord le vainqueur du troisième et dernier jeu de l’Est, ou des Washington Wizards ou des Indiana Pacers. Oui en demi-finale, celui qui passe du croisement des New York Knicks-Atlanta Hawks. Deux bonnes équipes reviennent aux séries éliminatoires et ont terminé à juste titre quatrième et cinquième, mais elles ne semblent pas être du calibre des Sixers. Aucun des Nets, Bucks et Heat. Donc, en principe, les Sixers ont un laissez-passer gratuit pour la finale Est. À partir de là, vous devez jouer tous les soirs et gagner des matchs, bien sûr. Sinon, la déception sera de proportions épiques.