Cotisations AGR: le gouvernement doit travailler pour soulager la douleur de Vodafone-Idea

Même si Trai a par la suite présenté un document technique expliquant pourquoi les appels interrompus n'étaient pas la faute des opérateurs de télécommunications, il n'a pas abandonné la recommandation d'une pénalité.Même si Trai a par la suite présenté un document technique expliquant pourquoi les appels interrompus n’étaient pas la faute des opérateurs de télécommunications, il n’a pas abandonné la recommandation d’une pénalité.

La décision de la Cour suprême d’interdire tout recalcul des cotisations AGR des opérateurs de télécommunications au gouvernement est un nouveau revers pour Vodafone-Idea, après le verdict de la cour suprême en septembre 2020, selon lequel les opérateurs de télécommunications doivent payer leurs cotisations AGR et le faire sur seulement dix ans. Il est inconcevable – ou peut-être pas – que la question de l’AGR ait pu traîner en longueur pendant si longtemps, malgré les dangers potentiels d’un tel retard ; le gouvernement devait intervenir avec une solution plutôt que de laisser l’affaire aller et venir entre les différents tribunaux. En effet, à tout le moins, il aurait pu tenir compte de la demande de Vodafone en faveur d’un moratoire d’un an pour un seul versement. Cela aurait signifié un petit inconvénient en échange des milliards de dollars que Vodafone Inc a investis en Inde au fil des ans et des milliers d’opportunités d’emploi créées par l’entreprise.

Le grand gagnant de la décision de vendredi dernier est Reliance Jio, car il doit maintenant faire face à un concurrent très affaibli. Les perspectives de Bharti Airtel s’améliorent également, même s’il doit payer sa part des cotisations AGR, car l’espace télécom semble se transformer en duopole. Il est surprenant que Vodafone Inc ait choisi de rester en activité en Inde toutes ces années et d’effectuer des investissements supplémentaires, malgré les nombreux coups subis, à commencer par l’amendement rétrospectif en 2012. Rétablir le bilan en lambeaux de Voda-Idea après onze trimestres consécutifs des pertes et une dette de quelque Rs 1,8 crore lakh sera difficile sans de fortes doses de nouveau capital de la part des actionnaires. Les analystes se demandent si la compagnie de téléphone pourra jamais générer l’argent nécessaire pour payer les cotisations AGR de Rs 50 400 crore ; l’ebitda en FY21 était juste en deçà de Rs 17 000 crore, la perte d’un incroyable Rs 2,4 lakh crore. À moins que l’ARPU ne soit multiplié par trois par rapport aux niveaux de 107 Rs en mars et que la base d’abonnés ne commence à augmenter, ce serait difficile.

Beaucoup diront que Vodafone Inc n’a qu’elle-même à blâmer pour le désordre dans lequel elle se trouve; il n’a pas compris la concurrence, l’évolution rapide de la technologie et, surtout, l’environnement réglementaire. Son plus gros échec était probablement de s’attendre à ce que la réglementation garantisse des règles du jeu équitables et qu’il n’y aurait pas de volte-face. Ces colonnes avaient observé – en mars 2020 – que non seulement Trai ne croyait pas que les prix de RJio étaient prédateurs malgré les preuves du contraire, ses actions, y compris une pénalité pour les interruptions d’appel, nuisaient à d’autres opérateurs de télécommunications. Même si Trai a par la suite présenté un document technique expliquant pourquoi les appels interrompus n’étaient pas la faute des opérateurs de télécommunications, il n’a pas abandonné la recommandation d’une pénalité.

Bharti Airtel s’est avéré beaucoup plus intelligent ; bien qu’il ait toujours été un acteur fort, il a rapidement mis à niveau la technologie. Bharti et Voda-Idea ont tous deux demandé un tarif plancher, mais maintenant Bharti est allé de l’avant et a augmenté les tarifs, réalisant probablement que Trai n’en autorisera pas un. Trai aurait abandonné la proposition de mettre en place des prix planchers pour les tarifs de données et de voix à la fin de l’année dernière, estimant que la santé des opérateurs de télécommunications s’était améliorée après les hausses tarifaires de décembre 2019. Il est possible que le régulateur soit d’avis que les consommateurs seront mieux lotis avec une concurrence limitée et que la solvabilité d’un acteur n’est pas pertinente.

Le gouvernement ne semble pas non plus s’inquiéter outre mesure que Voda-Idea ferme ses portes et que cela puisse entraîner d’énormes pertes d’emplois ; il n’a peut-être pas été en mesure d’influencer la décision du tribunal, mais il aurait certainement pu en faire davantage – au moins dans l’intérêt du secteur des télécommunications – pour tenter de remettre les affaires de Voda-Idea en forme.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide du calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share