in

Covid-19: la Cour suprême rejette la demande d’allégement du moratoire sur les prêts

Le 6 mai, RBI a rouvert un programme unique en vertu duquel les emprunteurs de détail et les petites entreprises étaient autorisés à refondre leurs prêts, sans être déclassés en NPA.  Le programme sera disponible pour les emprunteurs avec des cotisations en souffrance totales allant jusqu'à Rs 25 crore.Le 6 mai, RBI a rouvert un programme unique en vertu duquel les emprunteurs de détail et les petites entreprises étaient autorisés à refondre leurs prêts, sans être déclassés en NPA. Le programme sera disponible pour les emprunteurs avec des cotisations en souffrance totales allant jusqu’à Rs 25 crore.

Vendredi, la Cour suprême a rejeté un plaidoyer visant à obtenir un nouvel allégement du moratoire sur les prêts à la suite de la deuxième vague de Covid, mise en œuvre à la suite de la première, affirmant que de telles décisions avec des ramifications financières sont mieux laissées aux décideurs – le gouvernement et la RBI – comme « les juges ne sont pas des experts en matière financière ».

Le tribunal a également rejeté les autres demandes connexes des pétitionnaires en faveur d’une prolongation du délai dans le cadre du plan de restructuration de la RBI pour des secteurs spécifiques sur la base des recommandations du comité Kamath et de l’arrêt temporaire de la déclaration des NPA par les banques en raison de la deuxième vague de la pandémie, telle qu’elle est entrée en vigueur. après la première vague de la pandémie.

Un banc des juges Ashok Bhushan et MR Shah, tout en refusant d’examiner un DIP déposé par un avocat Vishal Tiwari, a observé que le gouvernement avait d’autres questions urgentes à régler comme la vaccination, les problèmes liés aux travailleurs migrants, etc. Ils ont en outre noté qu’il est pour le gouvernement d’évaluer la situation et de prendre les décisions appropriées et aussi que RBI avait déjà annoncé certains montages financiers conformément à sa circulaire du 6 mai.

Le 23 mars, le tribunal suprême avait interdit aux prêteurs de percevoir des intérêts sur les intérêts/intérêts composés/intérêts pénaux pendant la période de moratoire sur les prêts de six mois entre le 1er mars et le 31 août 2020. Cependant, il a refusé de prolonger la période de moratoire sur les prêts au-delà du 1er mars. au 31 août 2020, affirmant qu’il s’agit d’une décision de politique économique et qu’elle devrait être laissée au gouvernement et à la RBI.

C’est la fin d’une intense bataille juridique qui a duré plusieurs mois. Le tribunal suprême qui avait exprimé à plusieurs reprises des inquiétudes quant au sort des emprunteurs, en particulier de ceux durement touchés par la pandémie comme le pouvoir et l’immobilier, a finalement refusé de modifier les grandes lignes du moratoire, en acceptant le point de vue du gouvernement-RBI selon lequel l’intérêt total un allégement pour toutes les catégories d’emprunteurs mettrait en péril le système bancaire.

Le tribunal suprême a ensuite annulé une ordonnance de suspension du 3 septembre 2020 qui empêchait les banques de déclarer comme NPA des comptes de prêt qui n’étaient pas classés comme NPA avant le 31 août 2020.

Cependant, le tribunal avait étendu l’allégement des intérêts composés, qui, dans une directive gouvernementale d’octobre 2020, était limité aux prêts jusqu’à Rs 2 crore, à tous les emprunteurs, affirmant qu’aucune distinction ne pouvait être faite entre les petits et les grands emprunteurs. Icra avait déclaré que le déménagement pourrait coûter un total de Rs 13 500 à 14 000 crore au Trésor public si le gouvernement accepte de payer la facture. La renonciation antérieure pour les prêts jusqu’à 2 crores de roupies a été estimée à environ 6 500 crores de roupies au Trésor (que le gouvernement a accepté de prendre en charge). Les banques ont approché le gouvernement pour le crore supplémentaire de Rs 7 000-7 500, mais ce dernier a jusqu’à présent été sans engagement, ce qui implique un fardeau pour les banques.

Vendredi, le pétitionnaire, tout en affirmant que la deuxième vague de la pandémie a fait au moins un crore de personnes sans emploi, a déclaré que le soulagement apporté par la circulaire RBI n’était pas suffisant pour résoudre les problèmes des familles de la classe moyenne. «Aucun allégement monétaire et de tels forfaits n’ont été déclarés par le souverain en cette période de crise et les gens sont soumis à une pression énorme pour maintenir les IME et sont toujours sous la menace de comptes déclarés NPA. Sans salaire, revenu pour les particuliers, il s’est avéré être une situation désespérée pour les particuliers. Le 6 mai 2021, la RBI a publié une circulaire pour le plan de résolution 2.0, qui ne peut pas être considéré comme un soulagement adéquat pour tous dans les circonstances actuelles étant arbitraire, injuste et juste un collyre », indique la pétition.

En août 2020, la RBI a prolongé une fenêtre spéciale permettant aux prêteurs de refondre les prêts aux particuliers et aux entreprises stressés sans les classer comme non performants, à condition de constituer des provisions de 10 % sur ces avances. Seules les entreprises et les particuliers dont les comptes de prêt sont en défaut depuis au plus 30 jours au 1er mars 2020, y étaient éligibles. Pour les entreprises emprunteurs, les banques pourraient invoquer un plan de résolution jusqu’au 31 décembre 2020 et le mettre en œuvre d’ici le 30 juin 2021.

RBI avait également mis en place le panel KV Kamath pour recommander des paramètres d’éligibilité pour la restructuration des prêts. Le panel avait identifié 26 secteurs, dont l’électricité, la construction, la sidérurgie, les routes, l’immobilier, l’aviation, l’hôtellerie, la restauration et le tourisme, pour le soulagement. En novembre 2020, le gouvernement a lancé une nouvelle version de son programme de prêts garantis de Rs 3-lakh-crore, initialement destiné aux MPME, au profit d’entreprises encore plus grandes du secteur de la santé et des 26 secteurs choisis par le panel Kamath.

Le 6 mai, RBI a rouvert un programme unique en vertu duquel les emprunteurs de détail et les petites entreprises étaient autorisés à refondre leurs prêts, sans être déclassés en NPA. Le programme sera disponible pour les emprunteurs avec des cotisations en souffrance totales allant jusqu’à Rs 25 crore. Seuls les comptes classés en standard au 31 mars 2021 peuvent être restructurés.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Commentaire Belgique v Russie EN DIRECT: Les Diables rouges se lancent dans la quête de la gloire européenne mais seront sans Kevin De Bruyne

Angela Merkel a dénoncé alors que la chancelière tente de serrer la main à son arrivée à Cornwall pour le G7 | Politique | Nouvelles