Crise des migrants : la France admet que les trafiquants arrêtés ne sont peut-être PAS derrière le passage à niveau | Monde | Nouvelles

Les agents ont procédé à une série d’arrestations dans les heures qui ont suivi l’annonce de la mort de 27 personnes en traversant la Manche mercredi après-midi. Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé mercredi soir que quatre trafiquants présumés d’êtres humains avaient été arrêtés par la police.

Une cinquième personne soupçonnée d’avoir acheté des bateaux pneumatiques a été arrêtée jeudi matin.

Cependant, le parquet de Lille semble désormais avoir quasiment écarté tout lien possible entre les personnes interpellées et la mort de 27 migrants dans la Manche.

Le bureau a déclaré qu’il n’y avait « aucun lien objectif » avec son enquête sur le trafic d’êtres humains par un gang criminel et les décès, rapporte le Telegraph.

Le procureur de Lille a confirmé que 17 hommes, sept femmes et trois enfants avaient perdu la vie dans la tragédie.

Ils comprennent des patrouilles conjointes pour empêcher davantage de bateaux de quitter les plages françaises, le déploiement de technologies plus avancées et des patrouilles maritimes réciproques dans les eaux territoriales françaises et britanniques.

Le plan veut également augmenter le partage de renseignements en temps réel entre les deux pays et la création d’un accord de retour entre le Royaume-Uni et l’UE.

M. Johnson a déclaré: « Si ceux qui atteignent ce pays étaient rapidement renvoyés, l’incitation des personnes à mettre leur vie entre les mains des trafiquants serait considérablement réduite.

« Ce serait le plus grand pas que nous puissions faire ensemble pour réduire l’attrait du nord de la France et briser le modèle économique des gangs criminels.

« Je suis convaincu qu’en prenant ces mesures et en nous appuyant sur notre coopération existante, nous pourrons lutter contre la migration illégale et empêcher davantage de familles de subir la perte dévastatrice que nous avons vue hier. »

S’exprimant plus tôt lors d’une visite en Croatie, M. Macron a déclaré qu’il demanderait davantage d’aide au gouvernement britannique.

Il a déclaré : « Nous allons demander une aide supplémentaire aux Britanniques car tous ces hommes et ces femmes ne veulent pas rester en France.

« On leur dit qu’ils sont évidemment capables de le faire, et il y a des centres à Calais et à Dunkerque où ils peuvent aller, mais on va renforcer en fait les sauver en mer. »

Share