Crise d’identité de l’UE alors que la Norvège envisage un mini-Brexit – et ce n’est même pas un État membre ! | Monde | Nouvelles

Les Norvégiens se rendront aux urnes le 13 septembre, un certain nombre de partis exigeant que le pays réduise ses liens avec l’UE. Bien que la Norvège ne soit pas un État membre de l’UE, elle est étroitement liée au bloc via son adhésion à l’Espace économique européen (EEE).

L’actuel gouvernement pro-Bruxelles, dirigé par la conservatrice Erna Solberg, a soutenu cette relation.

Cependant, le parti au pouvoir a rapidement perdu son soutien au cours de l’année écoulée, une forme de coalition gauche-verte étant désormais considérée comme la plus probable.

Cela pourrait inclure le Parti du centre, qui représente les intérêts ruraux, et la gauche socialiste, qui exigent tous deux la fin de l’adhésion de la Norvège à l’EEE.

Le chef du Parti du centre, Trygve Slagsvold Vedum, a récemment dénoncé des « bureaucrates irresponsables à Bruxelles ».

Il a ajouté : « Le problème avec l’accord que nous avons aujourd’hui est que nous transférons progressivement de plus en plus de pouvoir du Storting. [Norwegian parliament], des législateurs norvégiens aux bureaucrates bruxellois qui ne sont pas responsables.

L’adhésion à l’EEE donne à la Norvège un accès complet au lucratif marché unique européen.

Cependant, il doit mettre en œuvre de nombreuses lois adoptées à Bruxelles, bien qu’il ne soit pas représenté au Parlement européen ou au Conseil européen.

Les critiques soutiennent qu’il s’agit d’un déficit démocratique qui porte atteinte à la souveraineté norvégienne.

LIRE LA SUITE: Un chiot héroïque reste à côté de la grand-mère âgée pendant près de deux jours – lui sauvant la vie

S’adressant au Daily Mail, Ulf Sverdrup, qui dirige l’Institut norvégien des affaires internationales, a déclaré que les difficultés de la Grande-Bretagne avec le Brexit avaient dissuadé certains Norvégiens de renégocier leur adhésion.

Il a commenté: « En Norvège, nous avons vu que l’UE est un partenaire de négociation très difficile et même un grand pays comme la Grande-Bretagne n’a pas réussi à gagner beaucoup dans ses négociations. »

Cependant, M. Sverdrup a noté que les relations avec Bruxelles pourraient « devenir une source de frictions » pour le prochain gouvernement norvégien.

Il a expliqué : « Même si les 25 dernières années ont été une période de coopération de plus en plus étroite, et bien que l’on puisse donc s’attendre à ce qu’elle se poursuive probablement, des points d’interrogation subsistent quant aux futurs liens de la Norvège avec l’UE.

La Grande-Bretagne a voté en faveur de la sortie de l’UE en juin 2016, avec 52% des voix contre 48%.

Le départ a été bloqué à plusieurs reprises au Parlement, tandis que les militants de Remain ont cherché à annuler le résultat.

Le Brexit a finalement eu lieu en janvier 2020, après que Boris Johnson est devenu Premier ministre.

Jusqu’en décembre, la Grande-Bretagne est restée dans une période de transition du Brexit, au cours de laquelle elle a continué à mettre en œuvre de nombreuses lois de l’UE et à contribuer au budget bruxellois.

Cela a finalement été remplacé par un nouvel accord commercial avec M. Johnson, qui a mis fin à la libre circulation et aux paiements à l’UE.

L’UE n’a pas gagné de nouveaux membres depuis 2007, lorsque la Roumanie et la Bulgarie ont rejoint le bloc.

Share