in

Critiques de CD – Arrows Red Fang

Pas d'image

(Rechute)

1. Reprenez-le

2. Immobilier irréel

3. Flèches

4. Mon désastre

5. Deux hautes

6. anodin

7. Interop-Mod

8. Schéma Fonzi

9. Les jours se heurtent

10. Lapins dans la ruche

11. Pourquoi

12. Docteur Hibou

13. Entraîneur de funérailles

Portland, Oregon quatuor CROC ROUGE se sont imposés comme les actes les plus engageants d’un métal. Le stoner metal infectieux contenu dans une trilogie de disques complets tueurs, à partir de 2011 “Meurtre les montagnes” et se terminant par 2016 “Seulement des fantômes”, fusionné avec des performances live énergiques et une esthétique de tous les hommes qui les rendent attachants au public qui voulait juste headbanger sur des riffs puissants sans aucune prétention ou imagerie exagérée.

Personne n’aurait blâmé CROC ROUGE s’ils étaient restés dans leur ruelle très confortable sur leur dernier album, et le premier depuis près de cinq ans, “Flèches”. C’est un témoignage de la chimie de la formation du groupe, qui est restée inchangée depuis sa formation en 2005, qui s’efforce d’explorer différents sons sur le nouvel album et de parcourir des chemins plus sombres qui se sont avérés aussi réussis qu’eux. Les riffs débordent toujours et il y a encore beaucoup de headbanging obligatoire à faire, mais l’ambiance générale est plus exploratoire et plus menaçante.

L’album commence par “Reprends-le”, une intro de deux minutes composée principalement d’un grondement obsédant du bassiste/chanteur Faisceau d’Aaron et un hurlement vocal désincarné qui mène au chant croustillant de stoner de “Immobilier irréel”. La production a une couche trouble de saleté et de distorsion qui reste présente tout au long de la majorité du disque. Le résultat est comme si le groupe se livrait à des écoutes plus anciennes MELVINS albums d’inspiration sur la meilleure façon de creuser dans les tranchées de boue épaisse. Les lignes de basse grondantes et les plongées dans la boue se poursuivent dans la chanson titre, avec le guitariste/chanteur Bryan Giles et guitariste David Sullivan emballer des couches de fuzz dans leur instrumentation et des soufflets copieux qui sont les performances vocales les plus sinistres de la discographie du groupe.

CROC ROUGE s’avère apte à faire juste assez de pivots et d’escalades de tension au cours de ces premières pistes pour éviter les lenteurs répétitives. La barre reste haute sur des pistes similaires tout au long du disque telles que “Schéma Fonzi”‘s swarming stomp (comportant un ensemble merveilleusement superposé d’arrangements de cordes du violoniste invité Patti Roi et altiste invité Kyleen Roi, tous deux membres de Le projet de violoncelle de Portland) et “Les jours se heurtent”le couvain à combustion lente. Il y en a encore plein “Flèches” pour récompenser les fans de longue date qui ont besoin des rockers énergiques de la marque du groupe. Les thrashers à rafale courte tels que “Mon désastre” et “Lapins en moitiés” sont de furieux soulageurs de tension à venir dans le sillage des chants funèbres qui y mènent. “Deux hauts” est une démonstration tapageuse de tonnerre de stoner metal et d’une progression d’accords engageante. “Calmant” a une voix entraînante qui est renforcée par le riff le plus puissant du disque. Le batteur John Sherman obtient également un moment pour briller avec des percussions rauques pendant le bref intermède de “Interop-Mod”.

CROC ROUGE fait un travail admirable avec les risques plus expérimentaux qu’ils prennent “Flèches”. Le résultat est un album qui est le plus purement heavy de leur carrière, tout en conservant juste assez de leur plan contagieux de longue date pour plaire aux fans fidèles de longue date.

Pour commenter une histoire ou une critique de BLABBERMOUTH.NET, vous devez être connecté à un compte personnel actif sur Facebook. Une fois connecté, vous pourrez commenter. Les commentaires ou les publications des utilisateurs ne reflètent pas le point de vue de BLABBERMOUTH.NET et BLABBERMOUTH.NET n’approuve ni ne garantit l’exactitude des commentaires des utilisateurs. Pour signaler du spam ou tout commentaire abusif, obscène, diffamatoire, raciste, homophobe ou menaçant, ou tout ce qui pourrait enfreindre les lois applicables, utilisez les liens « Signaler à Facebook » et « Marquer comme spam » qui apparaissent à côté des commentaires eux-mêmes. Pour ce faire, cliquez sur la flèche vers le bas dans le coin supérieur droit du commentaire Facebook (la flèche est invisible jusqu’à ce que vous la survoliez) et sélectionnez l’action appropriée. Vous pouvez également envoyer un e-mail à blabbermouthinbox(@)gmail.com avec les détails pertinents. BLABBERMOUTH.NET se réserve le droit de « masquer » les commentaires pouvant être considérés comme offensants, illégaux ou inappropriés et de « bannir » les utilisateurs qui violent les conditions d’utilisation du site. Les commentaires cachés apparaîtront toujours à l’utilisateur et à ses amis Facebook. Si un nouveau commentaire est publié par un utilisateur « banni » ou contient un mot sur liste noire, ce commentaire aura automatiquement une visibilité limitée (les commentaires de l’utilisateur « banni » ne seront visibles que par l’utilisateur et ses amis Facebook).

Après Cats, Taylor Swift a signé pour un éventuel rachat de film

Google s’engage à ne pas créer de backdoors dans FLoC mais tout le monde n’est pas convaincu