Critiques de CD – Kin Whitechapel

Pas d'image

(Lame en métal)

01. Je vais te trouver

02. Garçon perdu

03. Une symphonie ensanglantée

04. Anticure

05. Ceux qui nous ont fait

06. L’histoire est silencieuse

07. Aux loups

08. Orphelin

09. Sans toi

10. Sans nous

11. Les parents

Il fut un temps, il n’y a pas si longtemps, où le deathcore était systématiquement décrié comme un spectacle de clowns unidimensionnel pour les perdants de temps de banlieue émotionnellement rabougris. Les voix dissidentes dures ont peut-être eu raison en termes de fruit à portée de main du genre, mais WHITECHAPEL ont fait plus que tout autre groupe pour prouver que les sceptiques avaient tort, en particulier ces derniers temps. Toujours l’un des groupes les plus créatifs du deathcore, Phil BozemanL’équipe de a évolué régulièrement, mais avec un engagement indéfectible envers la cause, et près de deux décennies de travail acharné se sont concrétisées en 2019 « La vallée ». Largement et à juste titre acclamé, WHITECHAPELLe septième album a conservé l’avalanche caractéristique du groupe de riffs à sept/huit cordes et de voix gutturales venimeuses, mais a ajouté une multitude de nouveaux éléments, des éclats de mélodie soutenus, une profondeur atmosphérique bien plus grande que sur n’importe quel album précédent et plusieurs des meilleures chansons du groupe n’a jamais écrit. Sans surprise, alors, « Proche » arrive avec de grandes attentes qui se profilent au-dessus de nos têtes, et pour la plupart, il est à la hauteur des normes élevées de son prédécesseur et adopte subtilement la modernité du métal.

Des guitares acoustiques sombres mais aérées ouvrent la voie « Je te trouverai »: une déclaration forte en soi, quoique vite usurpée par un groove brutal et l’arrivée de Bozemandu larynx coriace. Après, « Proche » est un flou de chocs, de surprises et, histoire de calmer les nerfs de ceux qui craignent que WHITECHAPEL ont sauté le requin, les cases deathcore cochées. « Garçon perdu » et « Une symphonie ensanglantée » sont deux exemples parfaits de la façon dont ce groupe continue de muter et de mûrir. Les doubles coups de pied de riff et de relâchement de la colonne vertébrale que cette musique exige sont présents et corrects tout au long, et WHITECHAPEL ont rarement eu autant de clarté sonore pour étayer leur attaque à la triple guitare, mais ce sont des chansons qui rejettent la structure traditionnelle en faveur d’une approche de changement de forme élégamment exprimée. Au lieu de marteler avec les astuces dynamiques habituelles, des chansons comme « Ceux qui nous ont fait » et « Aux loups » offrent simplement une gamme de textures plus large et, principalement via Bozemandes paroles et des voix toujours meurtrières, une intelligence et un flair imaginatif qui peuvent encore permettre WHITECHAPEL hâter leur ascension. Mis à part toute autre préoccupation, ce groupe claque toujours admirablement fort.

Autre part, « Proche » est un album qui s’efforce un peu trop de souligner sa propre ouverture d’esprit, notamment en termes d’embrassement de la mélodie. « La vallée » eu quelques moments très efficaces avec une voix claire comme point focal; la plupart des moments comparables sur « Proche » répéter le tour avec beaucoup de succès, et avec des échos attachants de KATATONIE ajoutant à l’atmosphère vaguement progressive. En particulier, « L’histoire est silencieuse » est un superbe morceau d’écriture et une encapsulation soignée de WHITECHAPELl’évolution continue de. Malheureusement, après le fracas maraudeur de « Aux loups », les choses tournent vers le prosaïque, et « Proche » s’installe dans un groove rock alternatif au rythme moyen, avec à la fois « Orphelin » et la chanson titre de clôture se glissant dans un territoire de ballade post-grunge surmené. La violence intermittente et déchirante de « Sans nous » sauve la dernière ligne droite de l’album, mais le point culminant triomphal attendu de ce disque par ailleurs excellent ne se matérialise jamais tout à fait.

Pour commenter une histoire ou une critique de BLABBERMOUTH.NET, vous devez être connecté à un compte personnel actif sur Facebook. Une fois connecté, vous pourrez commenter. Les commentaires ou les publications des utilisateurs ne reflètent pas le point de vue de BLABBERMOUTH.NET et BLABBERMOUTH.NET n’approuve ni ne garantit l’exactitude des commentaires des utilisateurs. Pour signaler du spam ou tout commentaire abusif, obscène, diffamatoire, raciste, homophobe ou menaçant, ou tout ce qui pourrait enfreindre les lois applicables, utilisez les liens « Signaler à Facebook » et « Marquer comme spam » qui apparaissent à côté des commentaires eux-mêmes. Pour ce faire, cliquez sur la flèche vers le bas dans le coin supérieur droit du commentaire Facebook (la flèche est invisible jusqu’à ce que vous la survoliez) et sélectionnez l’action appropriée. Vous pouvez également envoyer un e-mail à blabbermouthinbox(@)gmail.com avec les détails pertinents. BLABBERMOUTH.NET se réserve le droit de « masquer » les commentaires pouvant être considérés comme offensants, illégaux ou inappropriés et de « bannir » les utilisateurs qui violent les conditions d’utilisation du site. Les commentaires cachés apparaîtront toujours à l’utilisateur et à ses amis Facebook. Si un nouveau commentaire est publié par un utilisateur « banni » ou contient un mot sur liste noire, ce commentaire aura automatiquement une visibilité limitée (les commentaires de l’utilisateur « banni » ne seront visibles que par l’utilisateur et ses amis Facebook).

Share