Critiques de CD – Måsstaden Under Vatten Vildhjarta

Pas d'image

(Médias du siècle)

01. Brume de lavande

02. När De Du Älskar Kommer Tilbaka Från De Döda

03. Kaos2

04. Toxine

05. Brännmärkt

06. Den Helige Anden (Sous Vatten)

07. Passage Noir

08. Måsstadens Nationalsång (Sous Vatten)

09. Fléau du cœur

10. Vagabond

11. Mitaine Trötta Hjarta

12. Detta Drömmars Sköte En Slöja Till Ormars Näste

13. Assassin fantôme

14. Coucher de soleil Lever du soleil

15. Coucher de soleil Lever de soleil Coucher de soleil Lever de soleil

16. Penny Royal Poison

17. Paradis

Huit ans se sont écoulés depuis VILDHJARTA sort un nouveau disque (le superbe « Des milliers de maux » EP), et le paysage musical lourd a suffisamment changé pour que le long métrage tant attendu des Suédois sonne tout aussi contraire et surnaturel que son prédécesseur (« Måsstaden ») l’ont fait en 2011, malgré la familiarité de leur son futuriste et écrasant. Fréquemment rejeté comme MESHUGGAH cloner, VILDHJARTA ne partagent que quelques rudiments rudimentaires avec leurs compatriotes : notamment des riffs géants à sept cordes et un dédain partagé pour les signatures rythmiques traditionnelles. Creusez plus profondément dans ce colosse tentaculaire de 81 minutes et il devient tout à fait clair que VILDHJARTA n’ont cessé d’évoluer au fur et à mesure que le temps s’écoulait inexorablement.

« Brouillard de lavande »La cacophonie d’ouverture de donne le ton : une ré-imagination déformée et volontaire de ce plan initial de djent en trois dimensions, c’est un enchevêtrement de riffs et de tension mécanique, mais avec une statique de texture sans fin remplissant l’image sonore. « Kao2 »l’assaut de masse de masse vacillante répète le tour, avec des voix superposées et des sifflements, un brouillard électrique s’échappant de la peinture de ce train d’atterrissage monstrueux et entraîné par des riffs; tandis que « Toxine » est une dalle brève mais dévastatrice de tech-doom knucklehead avec un fond caverneux et une mauvaise attitude. Au fur et à mesure qu’il progresse, « Måsstaden sous Vatten » révèle plus de ses secrets. « Brännmärkt » est le death metal lourd et sombre comme l’enfer, mais avec de multiples rebondissements, des tours et des astuces de tempo tangentiel; « Den Helige Anden (Sous Vatten) » embrasse un rythme énorme, à quatre au sol et un fort sentiment de mélancolie existentielle, avant d’éclater en un ralenti polyrythmique et d’entraîner le monde avec lui.

Certes, ce n’est pas un album plein d’amour ou d’espoir. Là où beaucoup de leurs pairs et contemporains évidents privilégient l’approche de la lumière et de l’ombre, VILDHJARTA n’ont pas compromis un iota sur la brutalité qui sous-tend tout ce qu’ils font. Ce n’est pas non plus un album pour ceux qui ont une courte durée d’attention : l’atmosphère que les Suédois génèrent se construit progressivement, à travers les structures sauvages de ses premières chansons, dans les goûts plus dramatiques et curieusement accrocheurs de « Passage Noir » et « Coucher de soleil lever de soleil », et sur la dynamique de rivetage, les crochets asymétriques et la boue ululante de l’épopée « Vagabond » et « Assassin fantôme »le pugilisme post-rock fantomatique. Comme une magnifique sculpture d’acier futuriste et insondable jaillissant de la terre sous nos pieds, « Måsstaden sous Vatten » est un exercice de tech-metal au cœur noir en tant que forme d’art : épisodique et immersif, c’est le genre de disque qui demande de l’engagement. Mais quand tu entends quelque chose d’aussi époustouflant et extraterrestre que la grande finale « Paradis » – dix minutes de destruction glaciale, mécanique et imprévisible, avec une coda désarmante et noire – ce sera un engagement volontaire. L’attente en valait largement la peine. VILDHJARTA sont de retour avec une vengeance (très étrange et merveilleuse).

Pour commenter une histoire ou une critique de BLABBERMOUTH.NET, vous devez être connecté à un compte personnel actif sur Facebook. Une fois connecté, vous pourrez commenter. Les commentaires ou les publications des utilisateurs ne reflètent pas le point de vue de BLABBERMOUTH.NET et BLABBERMOUTH.NET n’approuve ni ne garantit l’exactitude des commentaires des utilisateurs. Pour signaler du spam ou tout commentaire abusif, obscène, diffamatoire, raciste, homophobe ou menaçant, ou tout ce qui pourrait enfreindre les lois applicables, utilisez les liens « Signaler à Facebook » et « Marquer comme spam » qui apparaissent à côté des commentaires eux-mêmes. Pour ce faire, cliquez sur la flèche vers le bas dans le coin supérieur droit du commentaire Facebook (la flèche est invisible jusqu’à ce que vous la survoliez) et sélectionnez l’action appropriée. Vous pouvez également envoyer un e-mail à blabbermouthinbox(@)gmail.com avec les détails pertinents. BLABBERMOUTH.NET se réserve le droit de « masquer » les commentaires pouvant être considérés comme offensants, illégaux ou inappropriés et de « bannir » les utilisateurs qui violent les conditions d’utilisation du site. Les commentaires cachés apparaîtront toujours à l’utilisateur et à ses amis Facebook. Si un nouveau commentaire est publié par un utilisateur « banni » ou contient un mot sur liste noire, ce commentaire aura automatiquement une visibilité limitée (les commentaires de l’utilisateur « banni » ne seront visibles que par l’utilisateur et ses amis Facebook).

Share