Curry passe à 41 points et maintient les guerriers en vie

Une chose est claire: Stephen Curry n’abandonnera pas. Peu importe la rareté de la saison ou le nombre de pierres à la manière des Warriors, le meneur va essayer d’atteindre l’objectif principal de l’équipe, atteindre les éliminatoires. Et si le play-in doit être joué avant, il le fera, peu importe combien son coéquipier Draymond Green Vous avez déclaré que vous ne vouliez pas vraiment y jouer. L’attaquant de puissance a fait une réflexion intéressante concernant ses paroles: les Warriors sont passés de cinq finales consécutives, remportant trois anneaux et créant l’une des plus grandes dynasties de l’histoire de la NBA, pour, d’abord, manquer de séries éliminatoires, et se battre maintenant pour eux. Une bataille mineure pour Green et aussi pour Curry, mais aucun d’entre eux n’évitera le combat et ils essaieront d’aller le plus loin possible sans exception.. El objetivo siempre es ganar cada vez que se sale a pista y ellos, dos de las tres caras más visibles (cómo echamos de menos a Klay Thompson) de un proyecto que se convirtió en un equipo campeón, van a luchar hasta la extenuación por alcanzar l’objectif.

Avant les Bucks, les deux ont montré leurs visages. Green fait son travail particulier et traditionnel dans les coulisses, sans statistiques gonflées mais avec une capacité à générer du jeu pour ses coéquipiers et à être le leader absolu de la défense que peu de joueurs dans l’histoire ont eu et qui ont conduit le joueur lui-même, dans son verbiage habituel, à se proclamer le meilleur défenseur de tous les temps. Et Stephen Curry fait ce qu’il fait de mieux: créer un spectacle, marquer depuis toutes les positions possibles (le plus éloigné du panier, mieux c’est) et être le leader sportif tandis que son infatigable partenaire, Draymond, est spirituellement et moralement. Green a terminé avec 6 points, 5 rebonds et 8 passes décisives. Curry, avec 41 points, 6 rejets et 4 passes au panier. Et les Warriors ont rallié les Bucks d’un résultat défavorable dans un quatrième quart-temps spectaculaire pour décrocher une victoire vitale dans une finale à couper le souffle.

La rencontre a maintenu une tonique d’égalité jusqu’à la troisième période, lorsque les Bucks ont marqué 38 points qui ont trop endommagé la faible défense d’un Warriors avec de nombreux défauts. Les locaux sont entrés cinq vers le bas dans la dernière période (88-83), une différence qui passe à 90-83 grâce à un panier Jeff Teague, qui passe à 15 points et il prouve à Milwaukee tout ce qu’il n’a pas fait à Boston, ce qui sape encore le moral des Verts. L’équipe de Steve Kerr était un marteau-piqueur qui a pris fin vivant. Jrue Holiday, récemment renouvelé (160 millions en 4 ans, attention), a rattrapé un rebond offensif après un lancement capricieux de Pat Connaughton et a marqué, donnant à son équipe un minimum d’avantage, orphelin de Giannis Antetokounmpo (rien de grave) pour quelques matches . Kelly Oubre Jr., a commis une faute sur le jeu suivant et a marqué deux lancers francs, profitant de l’espace généré par l’aide constante à un Curry que les Bucks n’ont pas laissé tomber. Et les échecs de Khris Middleton et, encore une fois, de Connaughton, ont donné la victoire aux locaux. Soit dit en passant, très célébré par Curry.

Jrue Holiday a fêté son renouvellement avec 29 points, insuffisant pour donner la victoire à son équipe. Middleton est allé 28, dans une grande série de tir qui comprenait un 10 sur 19 du terrain et un 2 sur 4 de 3 points. Bobby Portis a ajouté un bon double-double (13 + 13), Thanasis Antetokounmpo a atteint 10 points et Jeff Teague susmentionné a également ajouté des chiffres à deux chiffres depuis le banc. Dans les Warriors, en plus de ce duo dynamique formé par Curry et Green, James Wiseman (13 + 10), Oubre Jr. (19 et les deux lancers francs qui ont donné la victoire à son équipe), Kent Bazemore (18) et Jordan se démarque Poole (10 ans). Les Bucks restent troisièmes de la Conférence Est sans grande fanfare et avec des sensations différentes des saisons précédentes, avec de grands records et des pertes inattendues en séries éliminatoires. Pendant ce temps, les Warriors poursuivent leur combat particulier pour les playoffs et sont dixièmes (24-27), 1,5 matchs derrière un Spurs perdant. Depuis lors, Ils ont la tâche compliquée et ils devront beaucoup ramer pour atteindre les séries éliminatoires, quelque chose qu’ils devront faire pendant le play-in (Draymond Green l’aime plus ou moins). Mais ils n’abandonneront pas. Stephen Curry l’a déjà montré.