Cyclisme | Jeux Olympiques : Tous contre Van der Poel : l’Espagne rêve de « surprendre et de faire un Coloma »

Mathieu van der Poel retraité de Tour de FranceAprès avoir remporté une étape et porté le maillot jaune, il s’impose comme un grand favori et une référence absolue pour l’épreuve VTT qui se déroulera ce lundi à 8h00, heure espagnole. Schurter, Pidcock et Koretzky sont les autres candidats d’une épreuve où les Espagnols David Valero, neuvième à Ro, et Jofre Cullell ils rêvent d’options métalliques si la course se déchaîne.

Ils sont l’espoir national dans une piste qui « leur va bien » et où il fera chaud qui aussi « leur profite car nous sommes habitués aux températures élevées ».

« Nous sommes impatients de bien faire. Ce sont mes deuxièmes Jeux olympiques, Jofrey est le premier, mais je veux vraiment montrer à quel point il va bien », a-t-il déclaré. Valero sur Radio MARCA. Tous deux se sont entretenus avec Carlos Coloma, le dernier à avoir obtenu une médaille dans la discipline. « Nous avons été en contact avec lui. Il nous transmet la tranquillité car il sait que nous sommes venus avec le travail accompli. Roco et moi étions à Altea avec lui avant de venir nous acclimater. Ses conseils sont toujours très positifs », a-t-il souligné. . Valéro.

Le VTT continue de croître grâce au leadership de Van der Poel, Schurter, Pidcock et Koretzky. « Il y a plusieurs noms de favoris. En une heure et demie, beaucoup de choses peuvent arriver, elles peuvent éclater. Ce sont des favoris, mais nous devrons voir comment la course est sélectionnée. Il y a des facteurs qui nous profitent dans la course et d’autres qui ne le font pas », expliquent les Espagnols, qui reconnaissent qu’un bon départ et la chance sont extrêmement importants dans ce type d’épreuve. Ils veulent éviter à tout prix les accrocs, les glissades et les perforations.

Concernant la chaleur, qui sera la clé sur le parcours, ils ont souligné « qu’heureusement cela nous affecte moins car nous y sommes plus habitués. Les concurrents ont sûrement utilisé la technologie et en ont profité pour s’adapter à ce type de scénario.  »

L’Espagne fait confiance à « ‘faire un Coloma’ parce qu’on peut passer un peu inaperçu, mais s’ils nous voient devant ils ne nous laisseront sûrement pas partir » dans un circuit qui est « très large où je ne mets pas Van der Poel ou Pidcock un coup de coeur, je mets Cooper ».

Share