Damon Hill a estimé que Fernando Alonso «testait les limites» des limites de la piste COTA

Damon Hill a apprécié les singeries du virage 1 de Fernando Alonso au Grand Prix des États-Unis – mais a estimé qu’il avait « testé les limites » des règles.

Alonso a été impliqué dans des incidents au premier virage du Circuit des Amériques avec les deux pilotes Alfa Romeo avant de devoir finalement abandonner sa voiture Alpine.

L’Espagnol a été dépassé par Kimi Raikkonen, qu’il avait forcé à sortir de la piste en le poussant au large, et a immédiatement demandé à la radio de l’équipe d’insister pour que la place soit rendue – ce qui n’était pas le cas car les commissaires ont décidé qu’aucune infraction n’avait eu lieu.

Plus tard, la botte était sur l’autre pied alors qu’Alonso plongeait à l’intérieur d’Antonio Giovinazzi, dépassait le sommet du virage et, en utilisant pleinement la zone de dégagement, réalisait un dépassement.

Cependant, cette fois, il a reçu l’ordre de permettre à l’Italien de reprendre sa position, le faisant avant de finalement passer à la deuxième tentative – ironiquement lorsque Giovinazzi a fait une sortie de piste et a dû abandonner la place.

Hill a trouvé tout cela très « divertissant ». Mais comme de nombreux fans de Formule 1, il souhaite que tout soit beaucoup plus clair en termes de ce qui est et n’est pas dans les règles concernant le dépassement des limites de la piste.

« Il y a une réalité à cela, c’est qu’il y a une chose telle que le bord de la piste et si vous sortez du bord de la piste… », a déclaré Hill sur le podcast F1 Nation.

«Les gens étaient poussés loin, puis mettaient le gaz au ruissellement et se faisaient gicler un peu et récupéraient leur place. Est-ce que la course est juste ? C’est le débat et ce à quoi nous n’avons pas de réponse pour le moment parce que c’est ce qui s’est passé avec Alonso et Raikkonen, et plus tard avec Giovinazzi aussi.

« Fernando a plongé (sic) à l’intérieur alors qu’il n’allait jamais prendre le virage, est allé au second tour puis a rejoint et a essayé de se battre pour sa position.

«Je pense que Fernando, étant Fernando, testait les limites et j’ai pensé que c’était fantastiquement divertissant. Je pensais que sa plongée à l’intérieur de Giovinazzi était fantastique et sa bataille avec Raikkonen aussi. Je pensais que c’était purement divertissant.

Mais était-ce juste ? C’est ce que le champion du monde 1996, comme tant d’autres, peine à trancher.

« C’est à ce moment-là que le débat a commencé pour savoir quand est-ce que ça va et quand n’est-il pas correct de rejoindre la piste et de garder votre position », a ajouté Hill.

« C’est donc un problème parce que nous avons ces éliminatoires pour que les pilotes puissent s’en tirer en large. Le problème est de savoir s’ils s’en tirent sans prendre d’avantage.

« Il était un peu méchant en Russie, Fernando, continuant tout droit dans le couloir de sortie et rejoignant la piste, évitant toute la mêlée de traverser le trafic. Qu’il ait gagné une position ou non n’avait pas vraiment d’importance car il évitait juste d’avoir un accident ou de perdre son aileron avant, ce qui était assez intelligent.

« Mais il teste ces limites, teste cet argument.

« Il doit y avoir un certain danger, je pense, pour sortir de la piste et l’herbe semble très bien fonctionner, dans les virages lents de toute façon. À la sortie d’un virage, un peu d’herbe est un sacré bon moyen de dissuasion pour enlever une roue.

Share