in

“Dans les dix premiers trous, j’ai joué un golf parfait”

Jon Rahm Il n’a pas caché sa satisfaction après avoir rendu 65 coups lors de la deuxième journée du Scottish Open, mais il est exigeant et pose encore des problèmes dans son golf. Vous avez des choses à faire pour le week-end.

« Je ne me souviens pas de quoi il s’agissait précisément, mais c’était certainement un bon dîner et un bon petit-déjeuner. Nous avons eu de la chance que dans les sept à huit premiers trous il n’y avait pratiquement pas de vent et que dans un links ce sont des conditions dont il faut profiter », a-t-il commencé par dire à propos de sa carte spectaculaire.

Mais le vent est apparu et a créé des moments de confusion… « J’ai très bien touché les fers dans cette première partie. Je les ai laissés très proches et j’ai réussi à en mettre sept sur dix trous. Il aurait même pu faire quelques putts supplémentaires qui n’étaient pas loin derrière. Entre les trous 2 et 5 le vent s’est levé et nous avons dû faire quelques ajustements. À ce moment-là, vous souffrez toujours un peu et vous devez minimiser les erreurs », a ajouté le Basque.

Concernant les tâches en attente pour le week-end, Jon a assuré qu’« entre hier et aujourd’hui, je dois améliorer un peu le jeu court. Quand je rate le green, je dois me donner de meilleures options de par. J’espère pouvoir éliminer d’autres erreurs ».

Et enfin, il a ainsi jugé de passer de la perfection à un manque d’engagement à une décision… « Dans les dix premiers trous j’ai joué un coup parfait et de là un mauvais coup est sorti, surtout du tee, je dire du point de vue de la décision. Je veux dire que si vous êtes entre deux clubs et que vous ne le voyez pas, vous devez prendre du recul et vraiment décider quel coup vous voulez et vous y engager, ne jamais frapper avec des doutes. C’est important dans un tournoi et un terrain où les conditions changent », a conclu l’Espagnol.

Carreño tombe contre Khachanov et jouera pour le bronze

c’est la plus petite naine blanche jamais trouvée