Dayot Upamecano se souvient d’avoir joué dans les cages de football quand il était enfant et d’avoir tout recommencé sous Julian Naglesmann au Bayern Munich

Dayot Upamecano a parcouru un long chemin depuis ses modestes débuts en tant que jeune grandissant à Évreux, en France. Après avoir fait sa percée au sein de l’équipe autrichienne du FC Liefering, les Français ont connu des mandats réussis à la fois au RB Salzburg et au RB Leipzig avant d’accepter de rejoindre le Bayern Munich cet été.

Dans une récente interview avec kicker, il a rappelé ses débuts où il jouait la plupart de son football dans les cages de rue, qui sont très courantes en France ainsi que dans d’autres pays d’Europe. Une pléthore de footballeurs professionnels ont d’abord été découverts par des dépisteurs qui se sont aventurés dans les cages pour découvrir des talents.

Son coéquipier de Leipzig, Emil Forsberg, a un jour décrit Upamecano comme «la bête contre laquelle personne ne veut jouer», ce que le joueur de 22 ans attribue en grande partie au fait qu’il a grandi dans les cages de football. Ces expériences l’ont aidé à forger une mentalité de guerrier, ce qui, selon lui, l’aide encore beaucoup à ce jour.

«Nous avions nos propres règles et c’étaient des duels difficiles. Si vous tombiez et que vos genoux étaient ensanglantés, vous vous leviez et vous continuiez à vous battre. Cela m’aide encore aujourd’hui. Si vous avez survécu à une cage de football, vous survivez à beaucoup de choses dans la vie », a-t-il expliqué.

Photo de Maja Hitij / .

Le transfert d’Upamecano au Bayern a été annoncé bien avant que Julian Nagelsmann ne remplace Hansi Flick, mais les deux se réuniront en Bavière à partir du 1er juillet. Nagelsmann a dirigé Leipzig et Upamecano pendant un total de deux saisons, ce sera donc bien d’avoir cette familiarité avec le défenseur central lors de la transition vers le Bayern. Pourtant, Upamecano insiste sur le fait qu’il partira sur une table rase au Bayern.

“C’est bien, bien sûr, parce que je connais sa philosophie de jeu et son style”, a déclaré Upamecano à propos de Nagelsmann. «Pourtant, je repartirai de zéro, comme tous les autres joueurs», a-t-il assuré. En ce qui concerne ses frais de transfert, Upamecano a déclaré qu’il ne s’en inquiétait pas et qu’il se concentrait uniquement sur son football; “Ceux [42 million euros] sont des nombres avec lesquels je ne traite pas. Je m’intéresse à mon développement. »