Délais manquants : vente de PSB, l’assureur général fait face à des retards

En novembre 2020, plusieurs soumissionnaires, dont Vedanta, Apollo Global Management et Think Gas, ont manifesté leur intérêt pour le rachat de BPCL.  La valeur marchande de la participation de 52,98 % du Centre dans BPCL vaut un peu plus de Rs 52 000 crore aux prix actuels du marché.En novembre 2020, plusieurs soumissionnaires, dont Vedanta, Apollo Global Management et Think Gas, ont manifesté leur intérêt pour le rachat de BPCL. La valeur marchande de la participation de 52,98 % du Centre dans BPCL vaut un peu plus de Rs 52 000 crore aux prix actuels du marché.

Malgré l’annonce du budget selon laquelle la privatisation de deux banques du secteur public (PSB) et d’un assureur général sera « reprise » au cours de l’exercice en cours, le gouvernement ne s’attend pas raisonnablement à ce que ces accords soient conclus dans l’année, selon des sources officielles . Le produit de la vente des PSB et de l’assureur n’est pas inclus dans l’estimation budgétaire (BE) de Rs 1,75 crore lakh pour les revenus de désinvestissement de l’année en cours, ont ajouté les sources.

Avec l’incertitude sur la durée et le poids de la pandémie qui se profilent toujours, la question reste ouverte de savoir si certains des gros contrats prévus pourraient être conclus dans l’année, mais les responsables gouvernementaux sont prudemment optimistes quant à la réalisation de l’objectif.

Déjà, des retards induits par Covid sont constatés dans les processus concernant les ventes stratégiques de BPCL, IDBI Bank, Air India et également la cotation de LIC.

La privatisation des OSP nécessitera des modifications ou l’abrogation des lois sur les sociétés bancaires (acquisition et transfert d’entreprises) de 1970 et 1980 (lois sur la nationalisation). La privatisation d’un assureur généraliste géré par l’État nécessitera également des modifications de la loi sur les entreprises d’assurance générale (nationalisation) (GIBNA). Le gouvernement n’a pas encore présenté ces projets de loi au Parlement et ceux-ci ne figurent pas sur la liste des affaires pour la session de mousson en cours du Parlement.

Les rapports indiquent que la Banque centrale de l’Inde et la Banque indienne d’outre-mer ont été identifiées pour la privatisation, mais il n’y a pas encore eu de mot officiel. L’assureur généraliste géré par l’État qui pourrait être mis en circulation sera l’un des assureurs Oriental, United India et National Insurance, tous non cotés.

Alors que les responsables souhaitent vivement que quatre désinvestissements importants – LIC IPO, BPCL, IDBI Bank et Air India – devraient se matérialiser au cours de l’année en cours, les retards induits par Covid, y compris la diligence raisonnable par les soumissionnaires, ont créé des incertitudes. Même si les soumissionnaires présélectionnés font désormais preuve de diligence raisonnable pour BPCL et Air India, le processus pourrait prendre plus de temps que prévu auparavant.

L’introduction en bourse de LIC pourrait inclure le déchargement d’une participation pouvant aller jusqu’à 10 % et une nouvelle émission d’actions par l’assureur qui a mis en place de grands plans d’expansion commerciale. Alors que l’évaluation de l’assureur – qui a joué White Knight au gouvernement lorsqu’il n’y a pas assez de preneurs des enjeux proposés – sera connue plus près de la liste, on pense qu’elle vaut Rs 8-11,5 crore lakh, ce qui signifie une vente de 10% de participation pourrait rapporter au gouvernement environ 80 000 à 1 000 000 crore de roupies.

Une fois la transition de la LIC vers la loi sur les sociétés terminée, la préparation de l’introduction en bourse peut prendre au moins six mois avant que l’offre ne soit mise sur le marché.

La semaine dernière, la direction de l’investissement et de la gestion du patrimoine public (DIPAM) a sollicité des propositions de nomination de banquiers, greffier, conseil juridique et régie publicitaire à l’émission. Sur l’objectif de désinvestissement pour l’exercice 22, il a budgété 1 crore de lakh Rs du désinvestissement de la participation du gouvernement dans « les institutions financières du secteur public (lire LIC) et les banques ».

En novembre 2020, plusieurs soumissionnaires, dont Vedanta, Apollo Global Management et Think Gas, ont manifesté leur intérêt pour le rachat de BPCL. La valeur marchande de la participation de 52,98 % du Centre dans BPCL vaut un peu plus de Rs 52 000 crore aux prix actuels du marché. Covid-19 a affecté la mobilité des représentants des soumissionnaires et leurs plans d’inspection des sites/actifs.

Le gouvernement vend l’intégralité de sa participation de 100 % dans AI, qui saigne depuis sa fusion avec Indian Airlines en 2007. Le groupe Tata faisait partie des « multiples » prétendants qui avaient déposé des offres préliminaires pour le transporteur déficitaire en décembre 2020. Cependant, il y a des problèmes liés au travail et aux fonds de prévoyance qui doivent être résolus, ont déclaré des sources.

DIPAM lance maintenant un appel à manifestation d’intérêt pour la vente de la participation de 45,48 % du gouvernement dans IDBI Bank d’une valeur d’environ 18 300 crores de roupies aux prix actuels du marché.

Jusqu’à présent au cours de l’exercice en cours, le gouvernement n’a mobilisé que 7 646 crores de roupies, soit 4,4% de l’objectif de désinvestissement FY22.

Share