in

Dernière étape de Nadal et Djokovic avant de se retrouver

09/06/2021 à 06:30 CEST

Moins d’un mois après sa rencontre en finale du Masters 1000 à Rome, Rafa Nadal et Novak Djokovic sont à deux doigts de se retrouver, cette fois à Roland Garros. Si l’Espagnol surpasse l’Argentin Diego Schwartzman en quart de finale et que le Serbe fait de même avec l’Italien Matteo Berrettini, les deux se retrouveront en demi-finale. Ce serait le duel numéro 58 de sa longue et égale trajectoire; 29 remportés par ‘Nole’ et 28 par Rafa.

Le manacorí, au troisième tour du Philippe Chatrier (il ne jouera pas avant 14h00), affronte le seul joueur de tennis qui avec lui n’a pas encore cédé un set dans cette édition du Grand Chelem parisien. Ce sera la troisième fois que leurs raquettes se croiseront sur la terre battue parisienne dans lequel l’Espagnol a toujours imposé sa loi, bien que l’Argentin espère réduire l’écart avec le grand dominant de cette piste.

Le dernier duel avait eu lieu l’an dernier en demi-finale, en route vers le 13e titre de Nadal à Roland-Garros, avec le ‘Peque’ en plein essor, mais le résultat était écrasant : 6-3, 6-3 et 7-6 (0 ) . Neuf mois plus tard – l’édition de l’année dernière a été retardée d’un quart en raison de la pandémie – l’Argentin apparaît à nouveau sur le chemin de Nadal et cette fois avec moins d’arguments sur papier pour éviter la discipline.

L’Argentin reste parmi les 10 meilleurs du circuit, une condition qu’il a débutée après sa bonne performance l’an dernier à Paris, mais son passage sur terre battue a moins marqué qu’en 2020.

Avant d’atterrir sur les bords de Seine, Schwartzman n’avait remporté que deux matchs sur de la poussière de brique, à la fois à Barcelone et contre des adversaires au classement bien pire que le sien. Quatre défaites, à Monte-Carlo, Madrid, Rome et Lyon, ont fait douter de sa capacité à récupérer l’instant de la saison dernière et ont généré une crise de confiance majeure dans l’esprit des Buenos Aires. Mais la capitale française a joué sa magie et le ‘Peque’ a déjà remporté quatre triomphes à Paris qui ont servi de baume à sa motivation, se levant à la veille d’affronter un nouveau duel contre Nadal.

L’Espagnol affronte le duel sur une bonne piste, après un début de saison irrégulier sur terre battue, qu’il a progressivement redressé. Rafa lui-même assure qu’il donne un “haut niveau et qu’il va plus loin”, une déclaration d’intentions face au duel face à l’Argentin, qu’il considère comme “un rival toujours coriace”. Mais Nadal bat son plein. Il a déjà enchaîné 35 sets sans en céder un et la perspective d’un 21 du Grand Chelem apparaît comme un incitatif pour lui.

La route est encore longue et, entre les deux, une autre montagne se dresse, une demi-finale que le vainqueur du duel hispano-argentin devra affronter contre le Serbe Novak Djokovic, numéro 1 mondial, ou l’italien Matteo Berrettini.

Alors que le Serbe a laissé planer des doutes lors de son duel en huitièmes de finale contre le jeune Italien Lorenzo Musetti, qui a remporté les deux premiers sets avant que le physicien ne lui en dise assez, Berrettini a connu un agréable Roland Garros et Il n’a pas eu à jouer son duel en huitièmes de finale en raison du retrait du Suisse Roger Federer.

Le transalpin de 25 ans est devenu le premier Italien à atteindre le huitième du big four et bien qu’il joue ses premiers quarts à Paris, il était déjà en demi-finale de l’Open des États-Unis 2019.

Djokovic vise sa onzième demi-finale à Paris, un tournoi dans lequel il a disputé cinq finales et a soulevé une fois, celle qui compte moins des 18 grands qu’il possède. S’il le faisait, un deuxième deviendrait le premier à remporter au moins deux couronnes dans tout le Grand Chelem.

Anup Chandra Pandey, ancien responsable de l’IAS de l’UP-cadre, nommé commissaire aux élections

Les fortunes changeantes de l’économie indienne en période de pandémie