Des projets de loi du GOP attaquant des manifestations “ essentiellement pacifiques ” ⋆ .

Les libéraux sont passés de s’inquiéter des «restrictions» sur le vote à des restrictions sur les émeutes. Ils aiment les appeler des «projets de loi anti-protestations». Les républicains sont donc opposés au vote et à la protestation? Vendredi soir, All Things Considered on NPR, leur segment s’intitulait «Une vague de projets de loi« anti-protestations »pourrait menacer le premier amendement.» L’ancre Mary Louise Kelly s’est tournée vers l’expert de gauche habituel pour effrayer les gens sur la façon dont les républicains à travers l’Amérique piétinent des manifestations «principalement pacifiques»:

MARY LOUISE KELLY: Nous allons vérifier maintenant le nombre record de projets de loi anti-protestations que les républicains ont introduit cette année. Plusieurs sont déjà devenus loi. En Floride, par exemple, le gouverneur Ron DeSantis a signé ce qu’il appelle une législation anti-émeute. Il comprend de nouvelles sanctions pour les manifestants et pour les gouvernements locaux qui réduisent les budgets d’application de la loi. Dans l’Oklahoma, les conducteurs qui frappent involontairement des manifestants bénéficient désormais de l’immunité. Maintenant, ces factures et d’autres suivent des mois à grande échelle, manifestations essentiellement pacifiques contre la brutalité policière. Et ces factures sont lever des drapeaux rouges parmi les experts du premier amendement.

«Experts» est la description habituelle des militants libéraux. Dans ce cas, c’est Nick Robinson de quelque chose appelé le Centre international pour le droit à but non lucratif, qui surveille tous ces projets de loi pour les gauchistes, y compris les gauchistes écoutant NPR. Il a affirmé: «Depuis le meurtre de George Floyd en mai dernier, nous avons vu plus de 90 projets de loi anti-protestations introduit dans 35 États qui portent atteinte au droit de réunion pacifique. »

Ils ont continué à marteler le rassemblement «pacifique». Kelly a demandéCes projets de loi sont-ils constitutionnels? Je veux dire, nous avons tous lu le premier amendement. Il protège la liberté d’expression. Il protège le droit des personnes pacifiquement assembler.” Robinson a exprimé sa préoccupation pour les manifestants non violents qui se retrouvent pris dans un événement violent, qu’ils pourraient être inculpés pour des crimes qui conduiraient à un an de prison. Cela semble certainement être une contestation constitutionnelle. Mais est-ce ce que pense NPR des manifestants «majoritairement pacifiques» pris dans l’émeute du 6 janvier au Capitole? Ou les manifestants anti-Whitmer du Michigan?

Kelly est restée fidèle à son thème: «Le gouverneur DeSantis dit que ce qu’il a signé, et je le citerai,« est la loi anti-pillage (ph), anti-émeute et pro-application de la loi la plus forte du pays ». Il présente cela comme un soutien à la police. Et je veux noter que la plupart des manifestations en Floride, comme ailleurs au cours de l’année dernière, ont été pacifiques. Il y a eu des incidents de violence, oui, mais surtout paisible. Mais c’est un message qui résonnera, et c’est clairement le cas, parmi les républicains à travers le pays.

Robinson a frappé au point que ces projets de loi seront contestés pour «discrimination de point de vue», qu’ils sont conçus pour viser la gauche. Ils prétendent toujours que protester est juste leur truc, que les conservateurs ne protestent pas. Mais ce qui m’a vraiment frappé, c’est la façon dont NPR pratique de manière agressive la «discrimination de point de vue». Il n’y a pas de réponse républicaine ou conservatrice à cela, comme dans beaucoup, beaucoup d’histoires NPR. Il y a une bulle unilatérale.

Robinson conclut que les républicains détestent le «changement social positif».

ROBINSON: Ce que font ces projets de loi, c’est qu’ils envoient un message intimidant aux manifestants pacifiques.

Je pense que nous devrions prendre du recul et réaliser que, vous savez, lorsque nous pensons au changement social positif dans ce pays – que ce soit le mouvement des droits civiques, les luttes pour les droits des LGBTQ, le suffrage des femmes – ils sont tous issus de mouvements de protestation. Et donc maintenant nous voyons ces actes qui nuire au rassemblement pacifique. Et cela entraîne, vous savez, des coûts importants pour l’avenir de notre démocratie.

Comme d’habitude, la «démocratie» équivaut à l’activisme libéral. Essayer de freiner les émeutes sape le «rassemblement pacifique». NPR vous est proposé par… les contribuables.