in

Des scientifiques créent la première forme de vie immunisée contre tous les virus | Vie

Un groupe de chercheurs du Royaume-Uni a montré que la vie synthétique peut être créée avec des qualités que les êtres vivants n’ont pas, comme la résistance à tout virus.

Le UK Medical Research Council a présenté la bactérie Escherichia coli créée dans un laboratoire dont le génome comprend 18 000 changements qui ne se trouvent pas dans la nature et qui en font un nouvelle espèce invulnérable aux virus.

C’est ce que Jason Chin, directeur du projet publié dans Science, s’est attaché à démontrer. Sa réalisation est un mélange des connaissances avancées que l’on a du code génétique des êtres vivants et qu’il est déjà possible de le modifier en profondeur.

Le code génétique d’un être vivant est son manuel d’instructions, les instructions qui détaillent comment cet être va fonctionner, de quoi il sera capable ou non. Dans ce code, nous trouvons des codons, des fragments très courts qui sont responsables de la synthèse des acides aminés responsables des protéines.

Changer ça séquence de codonsCette équipe de recherche a pu fabriquer de nouveaux acides aminés, totalement artificiel. De la même manière, ils ont réussi à protéger le génome afin que les virus ne puissent pas profiter de ces codons pour infecter la personne, un système utilisé par le coronavirus lui-même.

Le système utilise la technique CRISPR-Cas9, des ciseaux qui coupent des fragments pour les remplacer par des séquences artificielles. La communauté scientifique travaille depuis des années à la création de génomes artificiels, mais maintenant c’est fait à grande échelle. Le virus rencontrera un code génétique altéré qu’il ne reconnaîtra pas et n’aura pas la possibilité de l’utiliser et de générer ses propres protéines avec lui.

Le potentiel de cette étude poursuit la création de nouveaux médicaments et biomatériauxIls n’ont pas l’intention de créer de nouvelles espèces. Précisément, E. coli est utilisé dans l’industrie pharmaceutique pour créer des médicaments et fermenter des aliments. Même les diabétiques dépendent de l’insuline et plusieurs médicaments pour prévenir les thrombus sont dérivés du traitement de ce microbe et d’autres.

Décision de la RBI MPC sur le taux des prises en pension, la croissance du PIB, le GSAP 2.0 répond aux attentes ; assure d’atténuer les risques de COVID

Marc : année difficile, avenir dans l’air