Deschamps a des doutes sur les côtés

25/06/2021 à 18:38 CEST

Roger Payro

Ces jours de repos des jeux, pas du travail, Ils font fumer la tête de Didier Deschamps. Le sélectionneur français a plus de doutes avec son équipe qu’il n’en avait eu lors du dernier grand événement, la Coupe du monde 2018, dont les bleus sont sortis avec une autre étoile sur le bouclier. Cela arrive en partie pour le haut niveau et la compétitivité qui existe dans l’une des meilleures équipes nationales du monde et d’autre part il y a des problèmes à l’infirmerie, quelque chose qui ne les a pas alourdis en Russie il y a trois ans.

Ousmane Dembélé a pris le gâteau, avec une blessure grave qui l’empêchera d’entrer pendant environ quatre mois. Il n’était pas titulaire avec Deschamps mais c’était un booster précieux. Laissant de côté la facette offensive, le principal mal de dents de l’entraîneur passe par les deux côtés.

Pavard, qui a fait un saut de qualité précisément lors de la dernière Coupe du monde, a vu comment dans le match décisif contre le Portugal Koundé a mangé son toast. Bien qu’il n’ait pas connu ses meilleurs débuts en Eurocup, le joueur de Séville a accompli beaucoup de choses sur l’aile droite. Pour le duel contre la Suisse en ce moment le problème est 50-50.

Il a plus de problèmes sur le côté gauche. Lucas Hernández a été remplacé à la mi-temps contre les Portugais parce qu’il souffrait de ses problèmes de genoux et de son remplacement, Digne, ça a duré à peine cinq minutes avant de casser. Avec l’ex du Barça écarté pour le reste de l’Eurocopa, Kimpembe, Lenglet et même Rabiot converti sont les options que Deschamps mélange si le Bayern n’arrive pas lundi.

Les derniers tests ont exclu une blessure grave mais ce n’est pas à 100%. Ni Lemar et Thuram, les deux derniers à faire peur au coach. Cependant, le coup à la cheville du premier et l’inconfort à la cuisse du second qu’ils ont subis lors de la séance de jeudi n’aboutiront à rien et ils ne devraient avoir aucun problème à être disponibles contre la Suisse. L’expédition Gala est arrivée à Bucarest ce vendredi, où l’Arena Nationala les attend dans un peu plus de 72 heures.

Share