Diane Abbott attaque Keir Starmer à propos des changements apportés à la direction du parti travailliste | Politique | Nouvelles

Le leader travailliste cherche à modifier les règles de direction du parti, en réduisant le pouvoir des membres et en renforçant celui des députés et des syndicats. Sir Keir veut revenir à l’ancien système travailliste ; en vertu de laquelle les députés, les membres des partis et les représentants syndicaux avaient chacun un tiers des voix pour les élections à la direction.

Cela a été aboli par Ed Miliband en 2014, qui a donné à la place une voix à chaque membre travailliste et syndicat affilié.

Jeremy Corbyn a été élu leader travailliste sous ce système en 2015, obtenant plus de la moitié des voix malgré le peu de soutien des députés.

Les alliés de M. Corbyn craignent que les changements de règles proposés ne soient conçus pour rendre plus difficile pour la gauche travailliste de remporter une autre élection à la direction.

Mme Abbott, anciennement ministre de l’Intérieur fantôme, a dénoncé Sir Keir sur Twitter.

Elle a tweeté: «Quand viendra-t-il à l’esprit de Keir Starmer que le collège électoral ridiculement antidémocratique qu’il essaie de forcer ne facilitera pas seulement le blocage des dirigeants du parti travailliste de gauche, il permettra à la droite de le larguer plus facilement quand le temps viendra?

« Keir Starmer n’aurait JAMAIS été élu chef si les membres du Parti travailliste avaient réalisé qu’il prévoyait de leur prendre le pouvoir en supprimant une personne pour une voix.

« S’il réussit à éliminer une personne d’une voix pour les élections à la direction, Keir Starmer dit en fait aux membres du parti qu’ils ne pourront jamais avoir un chef qui croit en ce en quoi ils croient.

«Lorsque Keir Starmer faisait campagne pour la direction travailliste, il a promis« la propriété commune des chemins de fer, du courrier, de l’énergie et de l’eau », et une répression contre l’évasion fiscale des entreprises.

LIRE LA SUITE: Frost lance un ultimatum furieux à l’UE – exige une action URGENTE sur l’accord détesté du Brexit

Il aurait déclaré : « Ces règles ne seront pas présentées sur une base à prendre ou à laisser.

« Je suis prêt à accepter des suggestions et des idées, à avoir une conversation et à essayer de dégager un consensus. Mais les principes sont importants pour moi.

« J’espère [the trade unions] me soutiendra. Je crois que ces changements sont bons pour leurs membres et ils renforcent notre lien.

« Je sais que c’est difficile – le changement l’est toujours – mais je pense que ces changements sont vitaux pour l’avenir de notre parti. »

Les propositions ont été vivement condamnées par Momentum, un groupe de gauche formé pour soutenir le leadership de M. Corbyn.

Ils ont averti : « Toute tentative d’apporter ces changements de règles à une conférence marquerait le début d’une guerre civile dans le parti.

« Les membres de la base n’auront d’autre choix que de mobiliser toutes nos forces pour lutter contre cette attaque bureaucratique.

« La conférence deviendra très compliquée, très rapide – et personne ne dit qui l’emportera.

« Cela marque un nouveau creux dans le leadership de Starmer. »

M. Corbyn a été suspendu du parti travailliste en octobre dernier pour sa réaction à un rapport sur l’antisémitisme au sein du parti.

Alors que son adhésion travailliste a été rapidement rétablie, il n’a toujours pas récupéré le whip du parti travailliste au Parlement.

Share