Accueil Divertissement TV L’ennui au Congrès | la télé

L’ennui au Congrès | la télé

Ana Pastor, lors du Comité consultatif des nominations, ce mardi au Congrès des députés à Madrid.Ana Pastor, lors du Comité consultatif des nominations, ce mardi au Congrès des députés à Madrid.Kiko Huesca / .

À un rythme aussi vertigineux que fastidieux, les candidats à faire partie du conseil d’administration de RTVE défilent au Congrès depuis deux semaines. Ils passent par équipes d’une demi-heure. Compte tenu du temps que consomment les députés, ils doivent relever le défi de résumer en 10 minutes des programmes de gestion qui, dans certains cas, occupent 200 pages. Parmi la cinquantaine de candidatures traitées, il y a des journalistes de l’écran bien connus (Paco Lobatón, Roberto Lakidain, Carmen Sastre, Jenaro Castro, Yolanda Sobero), d’anciens cadres supérieurs (Manuel Ventero, Eladio Jareño) et des producteurs de programmes de longue date (Isabel Raventós, Javier Montemayor).

Théoriquement, le nouveau conseil devrait sortir des premiers tours, mais le fait d’ouvrir l’éventail et de citer les 94 candidats génère une sorte d’incertitude. Parmi les participants, il y a l’idée que les partis ont déjà divisé les sièges, que leurs membres sont déterminés et que les apparitions ne sont qu’une paripe, une mise en scène pour essayer de donner un vernis transparent à un processus marqué dès son origine par la turbulence. .

D’après ce qui a été vu et entendu jusqu’à présent, la plupart des interventions sont politiquement correctes et convergent dans des lieux communs: l’entreprise a besoin d’un financement stable et suffisant, il est urgent d’optimiser les parrainages, minimiser l’externalisation des contenus, assurer l’indépendance et le pluralisme informatif, rajeunir les effectifs, pariez sur la numérisation et ne manquez pas le train des plateformes. Le retour de la publicité: selon et comment. Du canon: cela dépend. Propositions fermement répétées par les candidats, qui semblent avoir préparé leur discours dans le même manuel.

D’autres offres plus subtiles appellent à un pacte de non-agression entre les politiciens pour retirer RTVE du cercle du parti. Il y a des paris pour créer un modèle de télévision hybride face à la frontière de plus en plus floue entre linéaire et non linéaire, et les idées ne manquent pas pour fusionner La 2 et Teledeporte ou lancer RTVE Estudios comme une locomotive originale, risquée et de qualité contenu.

Au-delà des projets visant à sortir la radio et la télévision publiques de l’abîme, le plus significatif a été l’annonce faite par l’ancien conseiller Miguel Ángel Sacaluga de demander la protection de la Cour constitutionnelle, considérant que l’évaluation réalisée en son temps par le comité de les experts (pour présélectionner 20 candidats) ne se sont pas conformés aux principes de mérite, de compétence et de transparence.

Les interventions des groupes révèlent le degré d’intérêt pour le concours. Parfois, il semble que le représentant de Ciudadanos Guillermo Díaz soit l’un des rares à avoir lu les projets avant de s’asseoir face à face avec les futurs réalisateurs. D’autres porte-parole jettent des questions clonées à gauche et à droite. Et ceux qui oublient la courtoisie parlementaire ne manquent pas, comme on peut le voir dans l’attaque du député Vox Víctor Manuel Sánchez del Real contre le candidat Ramón Colom. Les accusations de manipulation, d’agressivité et de dénonciation et le ton amer du porte-parole d’extrême droite n’aimaient pas le président de la commission, Ana Pastor, qui a dû lui lire la carte pour qu’il n’entre pas dans la mêlée avec les partis apparents. et les traiter “avec le respect dû”.