Dix mythes et mensonges sur les douleurs osseuses et musculaires

23/10/2021 à 20:23 CEST

Les troubles musculo-squelettiques Ils sont la principale cause d’invalidité dans le monde, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé.

Ils sont généralement associés à des habitudes malsaines et à des problèmes liés au comportement postural. Et ce n’est pas un problème mineur. Seulement en Espagne affectent 7 personnes sur 10.

Cela peut vous intéresser : La mauvaise respiration est l’une des raisons de nombreux maux de dos

Comme expliqué Felipe Berrocal directeur du nouveau Centre de Réhabilitation Avancée de Sanitas « Les maux de dos, les douleurs au cou, les douleurs aux épaules, les douleurs aux membres supérieurs, les douleurs aux genoux et les douleurs chroniques persistantes sont les plus courantes. »

Différentes études ont montré que 4 adultes sur 10 en Espagne souffrent régulièrement de maux de dos ; 2 sur 10 ont des douleurs au cou et aux épaules et 1 sur 10 déclare ressentir des douleurs dans les membres supérieurs, les genoux ou une sorte de douleur chronique persistante ».

Bref, pratiquement 7 personnes sur 10 en Espagne signalent des douleurs musculo-squelettiques cela limite en quelque sorte votre activité quotidienne.

« Il est vrai qu’il existe différentes intensités de douleur, mais un problème qui a commencé comme un léger inconfort peut devenir quelque chose de plus grave s’il n’est pas traité à temps », a ajouté l’expert.

Démanteler les fausses croyances sur la douleur

Démanteler les fausses croyances sur la douleurEn fait, il existe certaines croyances populaires qui normalisent la douleur ou la rendent moins importante, et qui, en fin de compte, nous amènent à reporter la visite d’un spécialiste pour les résoudre.

Parmi ces mythes, voire mensonges, le Dr Berrocal démantèle certains des plus répandus.

La douleur est normale et il faut vivre avec. « Absolument. Beaucoup de gens croient qu’ils doivent s’habituer à vivre avec la douleur en raison de l’âge ou d’une blessure qu’ils ont subie, mais ce n’est pas vrai. Mal de dos, cervicalgie, tendinite ou arthrose peuvent être traités de plusieurs manières : kinésithérapie, rééducation, avec attelles ou orthèses, avec traitements pharmacologiques, avec rééducation posturale, mieux gérer le stress, changer les habitudes & mldr; Il y a toujours une solution. » C’est normal que ça fasse mal car j’ai 70 ans. « Il est vrai que le vieillissement provoque une usure du système musculo-squelettique et certaines situations comme l’arthrose apparaissent, mais il existe des moyens de traiter cette douleur et d’atténuer l’inconfort. Vivre avec la douleur n’est pas sain : cela nous limite et peut même conduire à des situations d’isolement car nous évitons de sortir de chez nous à cause de la douleur. » Quand les enfants grandissent, leurs articulations font mal. Eh bien, il n’y a aucune preuve scientifique non plus. La réalité est que nous avons intériorisé la douleur comme quelque chose de normal dans la vie et à de nombreuses reprises, ce n’est pas normal. Si un enfant ou un adolescent a mal au dos, aux bras ou aux jambes, ou au cou, depuis longtemps, il faut l’étudier et le résoudre.» Le repos est la solution à toutes les douleurs. C’est un mythe surprenant. Il est vrai que plusieurs fois, nous recommandons le repos pendant le traitement de toute maladie, mais dans le cadre du processus, qui comprend également une thérapie de physiothérapie, l’activation de la condition musculaire affectée, un changement d’habitudes & mldr; Le fait de se reposer peut soulager temporairement la douleur, mais il faut s’attaquer à la cause et trouver une solution. » Ça ne fait mal que lorsque le temps est sur le point de changer. «Oui, c’est un classique. Mais il n’y a pas non plus de preuves scientifiques suggérant que nos articulations deviennent des baromètres sensibles aux changements de pression atmosphérique. Si ça fait mal quand le temps est sur le point de changer, c’est une bonne idée d’aller voir un professionnel spécialisé pour vous aider.» Toute masseuse est bonne pour moi, la mienne n’est pas sérieuse. « Non. Le système musculo-squelettique est très complexe et nécessite une approche globale. Le syndrome du beau-frère est trop dangereux : tout le monde n’est pas entraîné à manipuler un groupe de muscles. Cela ne devrait être fait que par un physiothérapeute formé et spécialisé, capable de fournir des soins complets. Si votre beau-frère vous dit qu’il peut réparer votre cou avec une technique qu’il a vue sur YouTube & mldr; très mauvais signe. La mauvaise manipulation de votre cou peut provoquer une blessure grave ou une aggravation du mal que vous avez eu. » La natation est la solution à tout mal de dos. « Ni. La natation est un sport très complet que nous recommandons à plusieurs reprises, mais avant tout il est essentiel d’analyser le cas de chaque personne pour savoir quelle est la cause de sa douleur et pouvoir agir sur cette cause. Il n’y a pas de raccourcis ou de solutions miracles dans la gestion de la douleur. »Dépenser de l’argent pour des chaussures de sport est idiot. « L’empreinte est un élément clé qui nous protège des maux de dos. La façon dont nous marchons ou courons affecte directement notre santé musculo-squelettique. Nous ne recommandons pas de dépenser des fortunes en baskets, bien sûr, mais nous ne sommes pas non plus négligents à cet égard. Nous avons soigné des centaines de personnes souffrant de maux de dos à qui, après une étude de l’empreinte, nous avons recommandé des semelles personnalisées et elles ont dit adieu à ce mal de dos qui les accompagne depuis des années. habitué à la douleur. . Eh bien, vous ne devriez pas. Faire du sport et être actif ne signifie pas que nous devrions avoir mal. En fait, cette douleur peut cacher un risque de blessure que nous pouvons prévenir et atténuer si nous modifions nos habitudes, notre empreinte, notre alimentation & mldr; Mais là encore, il faut chercher des professionnels spécialisés en rééducation sportive, capables de comprendre et de travailler sur la problématique spécifique de chaque personne. Sinon, nous ne ferons qu’empirer la situation.» Ça fait mal parce que je ne suis pas en forme, quand je suis en forme, ça arrête de faire mal. « Soit. Rester actif nous protège de certains problèmes et douleurs, mais le processus de mise en forme ne signifie pas non plus qu’il doit nous blesser. Au contraire, si ça fait mal, nous arrêterons probablement de faire de l’exercice et nous ne pourrons pas nous mettre en forme ou éliminer la douleur.

Share