Donald Trump fait allusion à la course présidentielle de 2024 lors de la visite de la police à New York – « Vous serez heureux ! » | Monde | Nouvelles

L’ancien président américain Trump a visité un service de police de New York à l’occasion du 20e anniversaire de l’attaque terroriste du 11 septembre. Tout en parlant aux officiers, M. Trump a commencé à répondre à des questions. Un officier a demandé s’il se présenterait à nouveau à la présidence, ce à quoi Trump a admis qu’il ne pouvait pas répondre spécifiquement – ​​mais que le questionneur serait satisfait de son intention.

Il a répondu: « Oh, c’est une question difficile.

« En fait, pour moi, c’est une question facile, je sais ce que je vais faire.

« Nous ne sommes pas censés en parler pour le moment.

« Nous devons vivre avec mais je peux dire que vous allez être heureux. »

À NE PAS MANQUER : crise d’identité de l’UE alors que la Norvège envisage un mini-Brexit

Plus tôt cette semaine, M. Trump a donné d’autres indices concernant les élections de 2024.

Bien qu’il n’ait révélé aucun détail majeur, elle a déclaré aux téléspectateurs de Fox News qu’eux aussi seraient « très heureux » de ce qu’il avait à dire dans les semaines à venir.

Ses commentaires interviennent alors qu’il déchire le président Joe Biden, affirmant que le président en exercice avait supervisé une série d’échecs de leadership. M. Trump a déclaré que l’Amérique méritait un meilleur leadership et a ensuite attaqué brutalement les plateformes de médias sociaux telles que Twitter pour l’avoir banni de leur site Web.

L’animateur de Fox News, Greg Gutfeld, a demandé à M. Trump s’il envisagerait de se présenter en 2024 pour devenir président pour un deuxième mandat.

Après avoir entamé son premier mandat avec une bonne note d’approbation supérieure à 50 pour cent, le président semble être tombé en disgrâce parmi les électeurs.

Selon les dernières recherches des sondeurs Five Thirty Eight, 49,1% des Américains interrogés désapprouvent M. Biden.

Alors que 45% ont déclaré qu’ils l’approuvaient.

Le nombre de personnes désapprouvant le président a bondi depuis février.

Share