Doncic est là – AS.com

Luka Doncic est là. Non pas qu’il soit parti, mais la première victoire des Mavericks est toujours rassurante pour les fans. Spécialement, si on prend en compte l’été qu’ils ont passé, on s’est transformé en guerre civile et qu’il a été en partie oublié par de plus grandes luttes (Kyrie Irving, Ben Simmons…) mais que, bien sûr, il a été là. La sortie du manipulateur de Mark Cuban, Haralabos Voulgaris, avec une énorme influence sur le propriétaire, était différentielle, bien que le personnage ait récemment repris la parole pour faire sensation au sein de la franchise. Mais au revoir rick carlisle (maintenant avec les Pacers), une institution chez les Texans, était encore plus surprenant. Un de chaux et un autre de sable pour une entité qui affronte une année clé avec le même joueur franchisé mais avec un autre coach.

Jason gamin, qui était l’un des membres de l’équipe qui a remporté le ring en 2011C’est précisément sous les ordres de Carlisle qu’il a atterri sur un banc dangereux à la réputation pas trop flatteuse. Son passage sur les bancs s’est forgé avec deux mauvaises expériences (dans Nets et Bucks, deux équipes désormais rivales) et sa capacité à être un homme proche des joueurs est l’un de ses rares atouts pour clarifier les rôles et établir des egos dans une équipe désespérément en mal de résultats et dont Porzingis et Doncic manquent en chimie. Kidd semble avoir rassuré son caractère et ses prétentions de grandeur en tant qu’assistant des Lakers, avec qui il a conquis le ring en 2020. Et maintenant, il fait face à une nouvelle aventure avec la pression que, s’il le fait mal, son absence en tant qu’entraîneur-chef peut être encore plus grande que la précédente.r.

Les Mavericks ont été brûlés de ne pas tirer de conclusions à l’avance et ont vite oublié un duel initial infructueux. et partiellement humiliant (113-87) contre l’éternel rival des Hawks de Doncic, Trae Young, pour ajouter sa première victoire dans un endroit toujours difficile, le Canada. Les Raptors, à leur retour d’un an à Tampa en raison de restrictions, peuvent à nouveau profiter d’un fuseau horaire différent et d’une zone dans laquelle ils n’aiment pas voyager pour jouer. La météorologie et le changement de pays se rejoignent pour punir les rivaux et ils devront en profiter. Jusqu’à présent, ça n’a pas été comme ça : ils sont tombés dans leur duel initial contre les Wizards et ont récidivé aujourd’hui contre les Texans. Entre, une victoire inattendue et bien méritée au Jardin, avec quelques Celtics mous qui ont commencé cette saison comme ils ont terminé la précédente. Et oui, nous commençons, mais les options des Raptors sont de gagner à domicile. Et si cela ne se produit pas, ils seront perdus.

Les Canadiens ont commencé devant, mais les Mavs étaient énervés et n’ont jamais laissé la différence sous les projecteurs dépasser 14 points (un départ impressionnant 16-2). La situation a changé progressivement après la pause, où Kidd a fait des ajustements défensifs pour ralentir ses rivaux, dans lesquels il a laissé ses rivaux à 21 et 23 points. Et avec une troisième période de Luka Doncic presque parfaite : 12 points, 4 rebonds et 4 passes décisives, les meilleures minutes de sa première grande performance de la saison, celle qui l’a laissé, comme à son habitude, aux portes du triple-double (27 + 9 + 12), montrant sa capacité innée à distribuer le gibier et ces mouvements qu’il fait avec une capacité inhabituelle. Les Mavericks ont commencé le dernier quart avec une avance de 2 points (74-72) et sont repartis à 16 (94-78). Dans la dernière ligne droite de l’affrontement, ils se sont consacrés à gérer l’avantage et à clôturer le jeu avec de longues possessions et des décisions précises.

Le principal champion de la victoire avec Doncic était Tim Hardaway Jr, avec 25 points et 7 sur 11 en triple. Porzingis a également aidé, au compte-gouttes, avec une mauvaise série de tirs en moins de 30 minutes mais 18 points et 10 rebonds. Powell et Finney-Smith sont allés à 11 têtes et Brunson, Kleber et Bullock ont ​​eu une participation défensive, mais les rotations ne sont pas encore closes pour un Kidd qui continue d’essayer des choses sans changer l’essentiel : que tout tourne autour de Doncic. Chez les Raptors, 20 points, 5 rebonds et 5 passes décisives de Fred VanVleet, 10 points avec 12 rebonds d’Achiwa, 23 d’Anunoby 17 de Scottie Barnes et 12, avec 3 des 14 tirs, de Gary Trent Jr., qui n’avait pas ta nuit. L’équipe de Nick Nurse n’a tiré que 41% du terrain en seconde période, marquant 2 3 points sur 13 tentatives. Et ça donne l’impression que, À Toronto, soit tous les engrenages s’emboîtent parfaitement, soit la scène des séries éliminatoires va être loin. Mais ce qui a été dit : il est encore tôt. Pour l’instant, tout le monde a cette consolation. Pour le meilleur ou pour le pire.

Share