Drummond et Gasol, le doute de Schröder… Réajustement chez les Lakers

Les Lakers ont un putain de problème depuis deux ans. Avoir LeBron James puis signer Anthony Davis les a mis dans la lutte pour le championnat sans entrer sur le terrain, presque par magie, puis cela s’est traduit par le premier championnat de la franchise en dix saisons.. L’effort a payé, passant de l’entourage de la mégastar d’Akron avec de jeunes garçons au pari sur un Davis avec des chiffres mais pas de couronne. La traduction est un casse-tête pour Rob Pelinka ; le genre qui va vite avec une aspirine, mais douloureux après tout. La construction et la reconstruction de l’équipe étaient et continuent d’être un point de plus dans la boîte gagnante de l’équipe et l’espace a diminué après la rénovation forcée de Davis et l’expansion inattendue de James il y a quelques mois..

Dennis Schröder il fait partie de ceux qui prennent déjà position. Dans votre cas, pour évaluer vos options en été. Il n’a pas renouvelé. Plusieurs journalistes américains ont confirmé il y a quelques mois que les Lakers avaient prolongé une offre pour les quatre prochaines années au-dessus de 80 millions de dollars et qu’il l’avait rejetée. Mais l’Allemand est allé plus loin. Il ira sur le marché des agents libres avec attitude, demandant l’argent ou quelque chose d’autre que les Lakers ne lui ont pas donné. Dans son compte Instagram, il a confirmé à son époque qu’il attendrait l’été pour signer quelque chose et, juste avant le match d’élimination contre les Suns, les références à son équipe ont été supprimées de sa biographie dans ce que certains ont compris comme un geste de manque de professionnalisme. Son arrivée du Thunder a été très positive l’hiver dernier, étant le mouvement le plus important entre saison et saison, et cela a établi un précédent : ils ont voulu donner plus d’importance à la figure du meneur sachant que Rajon Rondo n’allait pas suivre, depuis qu’il a été envoyé ailleurs est allé chez le tireur d’élite Danny Green. Si le joueur européen veut gagner plus d’argent, il lui est difficile de le faire à Los Angeles. Il y aura des candidats à partir du mois d’août. Parmi les hauts gradés, Mike Conley, Kyle Lowry (qui s’apprêtait à débarquer dans la franchise en mars dernier) ou, si vous préférez partir pour le Ring avec votre ami LeBron plutôt que d’opter pour un méga contrat d’un million de dollars qui a été Plus que mérité, Chris Paul. Pour le banc, Caruso et Horton-Tucker semblent être de bonnes options, pour jouer les minutes importantes des séries éliminatoires, il vous faut un point de plus.

André Drummond c’est un autre des pieds importants de cette table. Le pivot vient de débarquer dans la franchise et on parle déjà d’un éventuel renouvellement. Cela semble étrange, mais Frank Vogel a déjà parlé en ces termes. Pour cette saison c’est dans la logique qu’un joueur qui gagnait 27,9 millions à Cleveland pardonne de l’argent et vise à remporter le titre en signant pour seulement 800 000 $. Cela fait partie de cette nouvelle tendance qui aspire à porter la bague au doigt. Mais ce sera gratuit en été. Et là entre en jeu, là oui, le couplage à l’escouade pour voir si cela le dédommage de continuer pour beaucoup moins d’argent ou s’il doit continuer à gratter de bons contrats dans d’autres parties. Sa performance lors des derniers matchs a été désastreuse et lors du dernier, malgré lui avoir fait confiance, Vogel l’a quitté en zéro minute. Les deux parties, avec beaucoup à dire. Davis et Harrell ont des contrats, mais le déplacé Marc Gasol aussi. La position espagnole est en danger et, même en chargeant peu, il pourrait demander un changement s’il voit que Drummond reste (et si Harrell, qui a fini par être très énervé par sa petite présence sur le terrain aussi) et ses options pour le jeu sont plus réduits. Drummond peut opter pour un contrat court, en s’appuyant sur des formulations contractuelles telles que l’exception de niveau intermédiaire ou les droits Early Bird, mais dès que le montant pour la saison suivante approche les 10 millions, des ajustements devront être effectués. Pelinka a beaucoup de tissu à couper là-bas.

Il y a des joueurs qui vont pas à pas, surtout des vétérans. Markieff Morris et Wesley Matthews sont de bons exemples. Les deux, à côté du désormais blessé Jared Dudley, ils signent année après année pour rester au top. Mais avec leurs accords, avec l’argent dans lequel ils évoluent, les Lakers ne coupent rien s’ils veulent plusieurs stratégies et l’accumulent dans un accord avec d’autres joueurs. Alex Caruso et Talen Horton-Tucker Ils pourraient monter de niveau, mais pas trop. Les regards se concentrent sur Kyle Kuzma, qui a essayé de bien assumer son rôle dans cette 2020/21 mais n’a pas réussi et juste cet été passe de trois à treize millions, et Kentavious Caldwell-Pape, expérimenté, puissant pour contenir en défense et lancer de l’extérieur en attaque mais critiqué pour ne pas avoir donné plus avant les lourdes pertes de LeBron et Davis.

CONNEXES | Quelle est la situation de Marc Gasol ?

Personne ne sait que, malgré son élimination au premier tour et que LeBron James a vu ces mots se réaliser dans sa chair pour la première fois, ils sont ça : l’équipe de James Lebron, les Lakers de Los Angeles. La capacité de conviction dont ils disposent, malgré le revers, est grande. Ils seront à nouveau l’un des favoris l’année prochaine. Les blessures à des moments très importants ont servi d’excuse et le marché, qui allait être une bombe jusqu’à ce que les principaux actifs soient renouvelés en hiver, aura des éléments de profil moyen qui, s’il devient creux avec Schröder, Drummond ou les deux, peuvent tomber dans le Staples lorsque les hostilités éclatent.