Accueil Economie Bitfinex et Tether paieront une amende de millionnaire pour un procès à...

Bitfinex et Tether paieront une amende de millionnaire pour un procès à New York

Faits marquants:

Après deux ans d’enquêtes, les entreprises paieront 18,5 millions de dollars.

L’accusation les a accusés de couvrir des opérations et de n’avoir aucun soutien dans le stablecoin.

L’échange de crypto-monnaie Bitfinex et sa filiale Tether, responsable du stablecoin USDT, ont conclu un accord avec le bureau du procureur général de New York pour payer une amende de 18,5 millions de dollars. L’accord intervient après 2 ans, au cours desquels les deux sociétés ont été accusées d’offrir illégalement des services, de couvrir des opérations et de mentir sur le soutien de la monnaie indexée sur le dollar.

Tether a rapporté que ni eux ni Bitfinex n’ont admis d’infraction et que le paiement de la pénalité montre son «désir de mettre cette affaire derrière lui». En ce qui concerne l’émission alléguée d’USDT sans soutien, la société a déclaré qu’aucune preuve n’avait été trouvée sur la question et également sur la manipulation présumée des prix des crypto-monnaies.

«Le règlement résout les allégations concernant un prêt que Tether a consenti à Bitfinex lorsque Bitfinex a rencontré des difficultés pour accéder à environ 850 millions de dollars de fonds détenus par un processeur de paiement en 2018. Ces développements sont, à présent, bien connus. Le prêt a été accordé pour garantir la continuité des clients de Bitfinex », a déclaré Tether dans un communiqué.

Selon Tether, le prêt a déjà été prépayé avec intérêts et sans affecter sa capacité à traiter les échanges. Comme indiqué dans le document, la société a déclaré que l’appel du la poursuite était qu’ils auraient dû faire une meilleure divulgation publique de ce qui s’est passé.

Tether a même remercié le parquet pour sa “coopération et son professionnalisme”, tandis que Bitfinex a publié sur son compte Twitter que “l’accord montre notre engagement pour l’avenir de l’industrie et la transparence”.

Afin de fournir plus d’informations sur leurs opérations aux enquêteurs, Bitfinex et Tether ont remis plus de deux millions de pages et de documents aux autorités en janvier. Les données ont été demandées par le procureur général de l’État de New York (NYSAG), selon un rapport publié par CriptoNoticias.

Le parquet sur un ton conflictuel contre Bitfinex et Tether

Contrairement au ton conciliant des deux entreprises dans leurs messages, la position du procureur général de New York et du procureur Letitia James est diamétralement opposée. Dans la déclaration du parquet, il est rapporté que le processus judiciaire a mis fin aux activités illégales, frauduleuses et trompeuses de Bitfinex à New York. On parle aussi de vouloir cacher 850 millions de dollars de pertes dans le monde.

«Les affirmations de Tether selon lesquelles sa monnaie virtuelle était entièrement soutenue par des dollars américains à tout moment étaient un mensonge. Ces entreprises cachaient le vrai risque auquel les investisseurs étaient confrontés », a déclaré le parquet, qui a également souligné que les opérations de Bitfinex et Tether ils sont interdits à New York.

L’entité a souligné qu’en 2017, Tether il n’avait aucun accès aux services bancaires et il n’avait aucun moyen de prouver son approbation du stablecoin Tether. En outre, une série de virements bancaires sont décrits que le parquet s’est interrogé sur leur légitimité à vérifier les fonds.

Actuellement, Tether maintient une capitalisation qui dépasse 34 milliards de dollars. Selon les archives de CoinGecko, la capitalisation au moment de la publication de cet article est d’environ 35,8 milliards de dollars, ce qui en fait la quatrième crypto-monnaie la plus importante derrière Bitcoin, Ether et Binance Coin.

En avril 2019, CriptoNoticias a signalé le procès intenté par le parquet contre Bitfinex et Tether. À ce moment-là, le procureur James les a accusés d’avoir négocié des valeurs mobilières à New York sans autorisation. Trois mois plus tard, le procureur a présenté 28 éléments de preuve contre les deux sociétés.