Vaccin du Pérou: Sagasti a fait valoir qu’il avait demandé 500 mille 1,5 million de doses de Sinopharm | NNDC | HORS CÔTÉ

    Le président de la République, Francisco Sagasti, a rapporté ce soir qu’il a déjà envoyé deux contrats pour l’achat de 500 mille et 1,5 million de vaccins contre coronavirus (COVID-19) du laboratoire chinois Sinopharm.

    Lors d’un Message à la Nation, le président a indiqué que 500 000 doses arriveraient en février et 1,5 million de vaccins seraient dans notre pays en mars de cette année.

    “Nous avons déjà envoyé deux contrats à Sinopharm pour la fourniture d’un demi-million et un million et demi de doses en février et mars de cette année”, a déclaré le président Francisco Sagasti.

    Il a également indiqué que le premier contrat pour 1 million de doses à livrer bat son plein. «Nous avons travaillé jour et nuit pour que ce premier lot arrive à la date annoncée et nous sommes convaincus que cet envoi, qui est prêt à être transféré, arrivera à Lima dans les prochains jours», a-t-il commenté.

    Sagasti avait indiqué, le 6 janvier, qu’au cours du mois, un million de doses du vaccin Sinopharm COVID-19 arriveraient, cependant, certaines procédures bureaucratiques ont retardé l’octroi par Digemid de l’enregistrement médical conditionnel.

    Transport

    Le ministère de la Santé (Minsa) a publié mardi 20 janvier dernier l’accord qui permettra le transport aérien de vaccins contre COVID-19 produits par le laboratoire chinois Sinopharm, comme annoncé par la ministre Pilar Mazzetti dimanche dernier.

    Le document indique que le transfert du million de doses sera à la charge de l’Association pour les Solutions d’Entreprises contre la Pauvreté, qui assurera le service par l’intermédiaire d’un opérateur logistique. De plus, il est précisé qu’il s’agit d’une association à but non lucratif et qu’elle canalise les dons du secteur privé pour couvrir les frais de transport international du premier lot de vaccins contre le COVID-19.

    L’accord prévoit que le lot de vaccins sera collecté dans la ville de Pékin (Chine) et transféré à l’entrepôt du Centre national d’approvisionnement en ressources stratégiques de santé (Cenars).

    CELA PEUT VOUS INTÉRESSER