Élections en Norvège : le « Mini-Brexit » sur les cartes avec les partis eurosceptiques en lice pour le pouvoir AUJOURD’HUI | Politique | Nouvelles

Le pays se rend aujourd’hui aux urnes avec sa relation avec l’Union européenne l’un des principaux sujets de discussion, aux côtés de l’avenir du pétrole et du changement climatique. Plus de quatre millions d’électeurs seront éligibles pour aller aux urnes ce matin, les derniers sondages montrant que le gouvernement conservateur pro-européen au pouvoir a perdu son soutien. Une coalition gauche-verte devrait sortir victorieuse, tout pacte de leadership devant s’appuyer sur le soutien des partis eurosceptiques.

Le Parti du centre, la Gauche socialiste et le Parti rouge rivalisent tous pour soutenir toute coalition dirigée par les travaillistes.

Les trois parties ont toutes été franches dans leurs réflexions sur Bruxelles et ont chacune appelé à repenser les relations de la Norvège avec l’UE.

Les eurosceptiques norvégiens espèrent faire un pas pour leur propre « mini-Brexit ».

Les experts prédisent maintenant que les relations d’Oslo avec le bloc pourraient souffrir en raison de la possibilité croissante qu’ils seront en mesure d’influencer un futur gouvernement.

Le chef du Parti du centre, Trygve Slagsvold Vedum, a déclaré : « Le problème avec l’accord que nous avons aujourd’hui est que nous transférons progressivement de plus en plus de pouvoir du Storting, des législateurs norvégiens aux bureaucrates bruxellois qui ne sont pas responsables.

Bien que la Norvège ne soit pas membre de l’UE, elle entretient des liens étroits avec le bloc via son propre accord sur l’Espace économique européen.

Le pacte offre au pays scandinave l’accès au marché unique de l’UE en échange de l’adoption des règles du bloc – y compris la libre circulation des personnes, des travailleurs et des échanges sans droits de douane.

Les Norvégiens ont déjà rejeté l’adhésion à l’UE à deux reprises, lors de référendums en 1972 et 1994.

Malgré cela, une majorité d’électeurs est en faveur des dispositions actuelles de l’EEE.

Ulf Sverdrup, directeur de l’Institut norvégien des affaires internationales, a déclaré: « En Norvège, nous avons vu que l’UE est un partenaire de négociation très difficile et même un pays candidat comme la Grande-Bretagne n’a pas réussi à gagner beaucoup dans ses négociations. »

Le leader travailliste Jonas Gahr Store sera probablement chargé de former un gouvernement, potentiellement composé du Parti du centre et de la Gauche socialiste.

Tous deux ont appelé à la fin actuelle des relations de la Norvège avec l’UE.

À LIRE : Johnson soutient carrément la souveraineté de Gibraltar

M. Sverdrup a suggéré que la Norvège pourrait plutôt accroître sa coopération avec Bruxelles, sur des questions telles que le changement climatique.

Il a déclaré: « La coopération avec l’UE deviendra très probablement plus forte en raison de la question climatique. »

Il a ajouté que cela pourrait déclencher des « frictions » au sein de la prochaine coalition au pouvoir à Oslo.

« Même si les 25 dernières années ont été une période de coopération de plus en plus étroite, et si l’on peut donc s’attendre à ce qu’elle se poursuive probablement, des points d’interrogation subsistent », a-t-il déclaré.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré que l’accord EEE est « fondamental » pour les relations entre l’UE, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Il a ajouté: « Nous ne spéculons pas sur les résultats possibles des élections et nous ne commentons pas les différentes positions des partis. »

Share