« Ella Fitzgerald Sings The Duke Ellington Songbook »: Où les légendes se rencontrent

Le 4 septembre 1956, Ella Fitzgerald a commencé à travailler sur l’un des albums les plus ambitieux de sa carrière – Ella Fitzgerald Sings the Duke Ellington Songbook. C’était son troisième recueil de chansons de l’année, qui a commencé avec The Cole Porter Songbook et The Rodgers and Hart Songbook.

Ella a terminé The Rodgers and Hart Songbook moins d’une semaine avant de commencer le projet Ellington et quand elle l’a fait, elle a enregistré 15 pistes ce jour-là de septembre. Il a été gravé au Capitol Studio à Los Angeles et l’un des moments forts de la session de ce jour était « In a Sentimental Mood », le quatorzième des quinze morceaux terminés, qui ne présente que le brillant accompagnement à la guitare d’Ella et Barney Kessel.

Parmi les autres morceaux qu’Ella a enregistré le 4 septembre figurait l’une des chansons les plus connues du compositeur, « Satin Doll » ; Ella est accompagnée du saxophoniste ténor Ben Webster, du violoniste, de Stuff Smith, de Paul Smith au piano, de Barney Kessel, de Joe Mondragon à la basse et du batteur Alvin Stoller.

Écoutez maintenant Ella Fitzgerald Sings the Duke Ellington Songbook.

Comme l’a dit le New York Times à propos de la série Songbook, « Ces albums ont été parmi les premiers disques pop à consacrer une telle attention aux auteurs-compositeurs individuels, et ils ont contribué à faire de l’album pop un véhicule d’exploration musicale sérieuse. »

Huit mois plus tard, le 24 juin 1957, Ella était de retour en studio, cette fois avec Duc Ellington et son orchestre pour enregistrer sa chanson thème, ‘Take The A Train’. Il présente l’incroyable gamme de saxophones de Johnny Hodges (sax alto) Russell Procope (sax alto) Paul Gonsalves (sax ténor) et Harry Carney (sax baryton). D’autres sessions ont suivi au cours des trois jours suivants, mais la portée de l’album était telle qu’il n’était toujours pas terminé.

Après une apparition au Newport Jazz Festival le jour de l’Indépendance, le propriétaire de Verve et manager d’Ella, Norman Granz, a décidé de capitaliser sur le succès de l’album Ella & Louis en répétant la formule, avec Ella & Louis Again.

En septembre, Ella était de retour sur la route avec Jazz at The Philharmonic et à la fin de la tournée en octobre, elle est retournée aux Capitol Studios pour enregistrer avec Frank DeVol, pour l’album Like Someone In Love. Deux jours plus tard, le 17 octobre, le travail a repris sur The Duke Ellington Songbook lorsqu’Ella a enregistré « Mood Indigo » avec Oscar Peterson, Herb Ellis, Ray Brown et Alvin Stoller.

Le 3 septembre 1957, Duke et son orchestre enregistrent une pièce composée pour l’album de Billy Strayhorn et intitulée Portrait of Ella, une œuvre en quatre mouvements. Il, avec un autre instrumental Strayhorn, a pris la dernière face du deuxième double album.

Le travail était enfin terminé sur l’Ellington Songbook et cette frénésie d’enregistrement a fait qu’Ella a enregistré près d’une centaine de morceaux en 1957.

L’album est sorti en deux volumes; le premier volume comprenait Fitzgerald avec l’orchestre Ellington, le second Fitzgerald avec un petit groupe.

C’est du jazz vocal consommé et quelque chose qui devrait être dans la collection de tout amateur de jazz.

Écoutez le meilleur d’Ella Fitzgerald sur Apple Music et Spotify.

Share