Éloignez-vous du stock de ZOM pour ces 3 raisons clés

Si j’avais un animal de compagnie, je pourrais aimer Zomédica (NYSEAMÉRICAIN :ZOM) et ses services — mais son stock est une autre histoire. En mars, j’ai souligné que l’action ZOM est « surévaluée et un pari risqué » en raison du faible taux d’acceptation de sa plateforme Truforma. Pour l’instant, mon avis n’a pas changé.

Stock ZOM : chat persan avec un médecin vétérinaire à la clinique vétérinaire

Source : didesign021 / Shutterstock.com

Dans le même article, je me suis concentré sur l’idée « montrez-moi l’argent ». À l’époque, la société de diagnostic vétérinaire et pharmaceutique n’avait enregistré aucun chiffre d’affaires avec une capitalisation boursière de 1,54 milliard de dollars. Je pensais que Truforma serait la meilleure chance de succès pour l’action ZOM, car c’est la meilleure source de revenus de l’entreprise. Mais j’avais des doutes sur les attentes élevées de l’entreprise.

Lorsque cet article a été publié en mars, le cours de clôture de l’action ZOM était de 1,58 $. Le 25 octobre, il a clôturé à 52 cents.

En juin, j’ai écrit que l’action ZOM n’avait pas encore atteint sa valeur et qu’il n’y avait aucune nouvelle importante pour déplacer l’action. Je voulais que le modèle économique produise des résultats, et je n’étais pas satisfait de la dilution des actions ou des résultats du premier trimestre. J’étais également inquiet du manque de succès commercial de Truforma.

Depuis lors, mes sentiments sur le stock de ZOM n’ont pas changé. Aujourd’hui, je suis toujours baissier sur Zomedica pour trois raisons.

Le modèle commercial de Zomedica est faible

En août, Zomedica a annoncé ses résultats financiers du deuxième trimestre 2021.

Les revenus de Truforma se sont élevés à 15 693 $ pour le trimestre et à 29 817 $ pour le semestre clos le 30 juin. La société a indiqué qu’elle « n’avait qu’une activité de vente limitée » pour le produit depuis sa sortie en mars.

La société attribue les ventes décevantes aux retards de son partenaire de développement liés aux analyses. À l’époque, la direction s’attendait à ce que les problèmes persistent jusqu’à ce que les tests soient disponibles dans le commerce d’ici la fin de 2021.

En termes plus simples, cela signifie que la commercialisation publique de Truforma n’a pas été un grand succès. Au contraire, les revenus étaient très faibles, et 2021 se terminera sur des ventes faibles. Ce n’est pas un bon début pour une entreprise qui cherche à devenir un leader sur le marché du diagnostic des animaux de compagnie.

Mais la direction de l’entreprise ne compte pas uniquement sur Truforma pour générer des revenus. Zomedica a récemment annoncé l’acquisition de PulseVet, un leader de la médecine vétérinaire régénérative.

Je pense que cette acquisition est logique, car les premiers chiffres de revenus de la commercialisation de Truforma sont tragiques. Je vais vérifier si une nouvelle croissance des revenus se produit au cours des prochains trimestres.

Lorsqu’une entreprise avec une capitalisation boursière d’environ un demi-milliard a un chiffre d’affaires de 29 817 $ pour les six premiers mois de 2021, c’est un indicateur clair que le plan d’affaires n’est pas efficace et nécessite des changements drastiques. PulseVet doit offrir une croissance substantielle des revenus pour compenser l’absence de Truforma.

ZOM Stock fait face à une concurrence féroce

Le marché du diagnostic pour animaux de compagnie a un potentiel de croissance important d’ici 2025. Il devrait atteindre une valeur de 3 milliards de dollars d’ici 2025, contre 1,8 milliard de dollars en 2020. C’est un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 9,8 %.

La croissance peut être largement attribuée à une augmentation du nombre d’animaux de compagnie, ce qui à son tour crée une demande accrue d’assurance pour animaux de compagnie et de services vétérinaires. Selon l’étude, « La demande croissante de tests rapides et d’instruments portables pour les services au point de service devrait offrir des opportunités de croissance potentielles aux acteurs du marché dans les années à venir. »

Zomedica n’est cependant pas le seul acteur sur ce marché. Cela signifie qu’il rencontrera une concurrence féroce. L’entreprise devra probablement utiliser ses liquidités pour générer des revenus et des bénéfices pour ses actionnaires. En supposant que Zomedica baisse les prix des produits pour gagner autant de parts de marché que possible, il aura du mal à devenir rentable.

L’entreprise doit trouver un autre moyen de gagner des parts de marché en plus de réduire les coûts. Pourquoi? Car il s’attend à ce que ses coûts augmentent au cours des prochains trimestres. Cela a été indiqué dans la publication des résultats du deuxième trimestre.

Cela m’amène au troisième facteur clé qui me préoccupe à propos du titre ZOM : est-ce un titre de valeur, un titre de croissance ou ni l’un ni l’autre ?

Valeur versus croissance de l’action ZOM

La réponse à cette question très importante est que Zomedica n’est pas un stock de valeur. Il n’a pas de ratios financiers clés ou d’autres caractéristiques fondamentales qui le qualifient d’action bon marché, même à 50 cents par action. Avec des revenus minuscules et un flux de trésorerie disponible négatif plus sa dilution d’actions précédente, il est évident qu’il n’y a pas encore de génération de valeur ici.

Y a-t-il au moins une croissance ? Malheureusement, la réponse est non. Les résultats financiers du deuxième trimestre ont montré une augmentation des pertes nettes. Pour le semestre clos en juin 2021, il a enregistré une perte nette de 8,7 millions de dollars par rapport à une perte nette de 7,8 millions de dollars pour la même période l’an dernier.

Oui, certains diront qu’il est encore trop tôt pour montrer une quelconque croissance, car quelques mois seulement se sont écoulés depuis que Zomedica a mis en place un véritable modèle pour promouvoir sa plate-forme Truforma.

Cependant, Zomedica a maintenant un bilan solide avec beaucoup de liquidités et aucune dette. Je souhaite évaluer l’utilisation des liquidités pour générer des revenus dans les prochains trimestres.

Sans création de valeur et sans croissance, le stock de ZOM est maintenant confronté à une dure leçon commerciale. Ses attentes divergent trop des chiffres réalistes. Ce n’est pas un scénario idéal.

En l’absence de catalyseurs clés, je répète ma thèse d’investissement précédente : les risques de Zomedica continuent d’être trop importants pour être ignorés. La décision prudente est d’attendre que la croissance des revenus apparaisse (et, espérons-le, dure). Sinon, de faibles perspectives pourraient peser davantage sur ce penny stock.

Sur les Penny Stocks et les Low-Volume Stocks : À de rares exceptions près, InvestorPlace ne publie pas de commentaires sur les sociétés dont la capitalisation boursière est inférieure à 100 millions de dollars ou qui négocient moins de 100 000 actions chaque jour. C’est parce que ces « penny stocks » sont souvent le terrain de jeu des escrocs et des manipulateurs de marché. Si jamais nous publions un commentaire sur une action à faible volume qui pourrait être affectée par notre commentaire, nous exigeons que les rédacteurs d’InvestorPlace.com divulguent ce fait et avertissent les lecteurs des risques.

Lire la suite : Penny Stocks — Comment en tirer profit sans se faire arnaquer

À la date de publication, Stavros Georgiadis, CFA n’avait (directement ou indirectement) aucune position sur les titres mentionnés dans cet article. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur, sous réserve des directives de publication d’InvestorPlace.com.

Stavros Georgiadis est titulaire de la charte CFA, analyste de recherche sur les actions et économiste. Il se concentre sur les actions américaines et a son propre blog boursier sur thestockmarketontheinternet.com/. Il a écrit dans le passé divers articles pour d’autres publications et peut être contacté sur Twitter et sur LinkedIn.

Share