Emmanuel Macron se réjouit des promesses de l’armée européenne quatre ans après le vote | Monde | Nouvelles

Dans un tweet partagé ce matin, le président français a rappelé à ses partisans ses engagements, il y a quatre ans, pour une UE plus forte. Partageant le plan manifeste de son gouvernement pour plus d’intégration dans le bloc bruxellois, il écrit : « Une initiative pour une Europe souveraine, unie et démocratique. C’est ce que nous avons lancé à la Sorbonne il y a quatre ans.

« Nous sommes venus de loin. »

Le manifeste appelait à une « vraie souveraineté européenne » parallèlement à un projet de défense unie et de puissance militaire pour le bloc.

Il a appelé à la « création du premier budget militaire commun de la défense, doté de 8 milliards d’euros » et à « une culture stratégique commune ».

Quatre ans après son élection, Macron se bat toujours pour la création d’une armée européenne.

Son rêve d’une stratégie de défense européenne a été accéléré par un récent accord signé entre le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie, qui a laissé la France à court d’un contrat lucratif pour la production de sous-marins.

Paris a décrit l’accord comme un « coup de poignard dans le dos » après qu’il a conduit Canberra à se retirer d’un accord de 30 milliards de livres sterling pour que la France fournisse des navires diesel-électriques à propulsion conventionnelle.

Macron a demandé à Boris Johnson de proposer des idées pour réparer les relations entre Londres et Paris, lorsque le Premier ministre a tenté d’apaiser les tensions provoquées par la dispute.

Les pourparlers semblaient être une tentative de M. Johnson de calmer les tensions qui n’avaient été exacerbées que par son utilisation d’un langage incendiaire en réponse au rappel par la France des ambassadeurs et au report des réunions de haut niveau.

LIRE LA SUITE: Sturgeon a averti que Boris pourrait ne pas considérer le référendum en Écosse comme «légitime»

Le bureau de M. Macron a déclaré que le Premier ministre avait demandé l’appel et « a exprimé son intention de rétablir la coopération entre la France et le Royaume-Uni », notamment sur la crise climatique, le terrorisme et la région indo-pacifique.

Le président français a déclaré à M. Johnson qu' »il attendait ses propositions », a ajouté l’Elysée dans son bref communiqué.

La description de l’appel par Downing Street était plus discrète que celle de la France, le numéro 10 affirmant que les hommes avaient discuté « d’une série de questions d’intérêt mutuel », y compris la coopération militaire via l’OTAN.

« Ils ont réaffirmé l’importance des relations entre le Royaume-Uni et la France et ont convenu de continuer à travailler en étroite collaboration dans le monde entier sur notre agenda commun, par le biais de l’OTAN et de manière bilatérale », a déclaré le n°10.

A NE PAS MANQUER :
Brexit EN DIRECT : le Royaume-Uni se joint à l’Espagne pour faire pression sur l’UE pour conclure un traité [LIVE BLOG]
Un pêcheur se déchaîne contre Macron à propos de projets éoliens [VIDEO]
L’Allemagne devrait faire pression pour  » PLUS d’Europe  » après les élections [INSIGHT]

Ils ont également discuté de « l’importance stratégique de notre coopération de longue date dans l’Indo-Pacifique », Aukus étant largement considéré comme une tentative de contrer l’affirmation de soi de la Chine.

Fort d’une rencontre positive avec le président américain Joe Biden, M. Johnson a attisé les tensions plus tôt cette semaine en utilisant le « franglais » pour dire à M. Macron qu’il devrait « prenez un grip » et lui donner une « pause ».

Il est également apparu que M. Biden et le Premier ministre ont discuté de l’approfondissement du pacte d’Aukus, tout en maintenant que d’autres alliés, dont la France, ne pourraient pas adhérer.

M. Johnson a évoqué la possibilité qu’il soit étendu à la technologie, telle que la cybernétique et l’intelligence artificielle, et a déclaré que lui et M. Biden avaient été « surpris » par la réaction de colère de Paris.

Des personnes familières avec la pensée du gouvernement britannique ont déclaré que les hommes avaient également évoqué l’approfondissement du pacte de collaboration dans d’autres domaines tels que les principes sur les marchés ouverts, le renforcement des moyens de dissuasion non nucléaires et la lutte contre les problèmes des droits de l’homme.

Il y avait eu un certain dégel des tensions entre les États-Unis et la France après que M. Macron et M. Biden ont tenu un appel.

La France s’est engagée à renvoyer son ambassadeur à Washington la semaine prochaine, ayant ordonné son retour en réponse au pacte d’Aukus.

Share