« En France, un nouveau championnat commence »

11/06/2021 à 12:27 CEST

Les deux dernières courses sur circuits urbains, Monaco et Bakou, ont favorisé Red Bull et Ferrari et fait mal à Mercedes. Fernando Alonso s’est bien sorti de l’Azerbaïdjan grâce à sa montée finale vertigineuse (6e), mais la vérité est qu’indépendamment de ses capacités, la performance de l’Alpine a également été pénalisée en général. A ce titre, Alonso se réjouit que le championnat revienne dès la semaine prochaine sur des circuits plus traditionnels et assure qu' »en France une nouvelle Coupe du monde commence pour nous ».

Le Paul Ricard sera la course à domicile d’Alpine et c’est un week-end que l’équipe a marqué en rouge sur son calendrier. Ils auront un nouveau moteur et prévoient d’introduire leur dernier paquet d’améliorations avant de se concentrer sur la voiture en 2022, une saison dans laquelle ils fondent de grands espoirs avec l’arrivée des nouvelles règles.

Afin de Fernando, la France est un cadre idéal pour tester les limites de l’A521 avec une marge d’erreur et de grandes failles, contrairement à Monaco et Bakou, où tout échec peut vous amener au pied du mur.

« C’était pire à Monaco, alors qu’à Bakou, nous étions plus proches, mais je pense que nous devons revenir à la façon dont nous avons montré à Barcelone et à Portimao. Nous avons quelques espoirs pour la France de pouvoir revenir à ce genre de performance.  » il est dit Alonso.

Profitez de toute la saison de Formule 1 sur DAZN. Inscrivez-vous et commencez un mois gratuit. Puis 9,99 € par mois sans permanence.

« Sur les circuits urbains, la préparation des pneus a aidé nos concurrents à améliorer leurs performances d’une certaine manière », dit-il. Ferdinand se référant à Ferrari : « Maintenant, ils se battent pour la pole position, mais nous ne pensons pas que ce soit une amélioration de la voiture, mais juste la façon dont ils font fonctionner les pneus pour un circuit urbain. » Singapour annulé, il n’y a plus de circuits urbains cette année et pour Alonso c’est une bonne nouvelle : « Alors peut-être qu’on va revenir à une performance plus normale. »

Share