Epic Games n’est pas satisfait de la décision dans l’affaire contre Apple, fait appel

Epic Games a déposé un recours contre la décision dans son affaire contre Apple, prolongeant ainsi la bataille juridique déjà longue d’un an entre les deux sociétés.


La décision, annoncée vendredi, a donné raison à Apple sur neuf des dix chefs d’accusation présentés par ‌Epic Games‌ contre la société. Epic, dès le début, avait allégué qu’Apple était anticoncurrentiel et qu’il devrait ouvrir ses appareils à des magasins d’applications tiers, à des méthodes de paiement intégrées à des applications tierces, etc. Le juge a déclaré que bien que le procès ait montré qu’Apple « se livre à un comportement anticoncurrentiel en vertu des lois californiennes sur la concurrence », ‌Epic Games‌ n’a pas réussi à prouver que l’entreprise est un monopoleur illégal ou qu’elle viole les lois antitrust.

Le juge a notamment ordonné à Apple de ne pas interdire aux développeurs d’ajouter des liens vers des sites Web externes pour les achats intégrés. Une semaine avant l’annonce de la décision, Apple a révélé des changements similaires à la politique de l’App Store, mais limités aux seules applications de « lecteur », telles que Spotify, Netflix et autres. La décision du juge exige qu’Apple étende ce privilège à toutes les applications de l’App Store.

L’appel d’‌Epic Games‌, déposé tard dimanche, ne fournit pas de détails sur ce que le développeur du jeu entend faire appel. Compte tenu du résultat de la décision, cependant, il est probable qu’il tentera à nouveau de convaincre un juge qu’Apple devrait autoriser les magasins d’applications tiers et le « chargement parallèle » sur ses appareils, qu’Apple est un monopole et que la résiliation de son compte de développeur a été illégal et que Fortnite devrait être réintégré sur l’App Store.

Alors que ‌Epic Games‌ a déposé son appel, signalant son mécontentement vis-à-vis de la décision, Apple l’a qualifié de « victoire retentissante ». Apple n’a pas annoncé son intention de faire appel du verdict et, conformément à l’ordonnance du tribunal en vigueur, la société dispose de 90 jours avant de permettre à toutes les applications de se connecter à des sites Web externes pour les achats intégrés.

Share