épidémie d’Ebola déclarée – L’OMS est « très inquiète » alors que les autorités se précipitent pour contenir le virus mortel | Sciences | Nouvelles

Le pays africain a signalé samedi à Abidjan son premier cas d’Ebola en plus de 25 ans. Un autre cas suspect a été identifié. Les autorités vaccinent des centaines de personnes dans leur course pour contenir la propagation de la fièvre hémorragique mortelle dans la capitale commerciale du pays.

Le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, a déclaré que l’agence des Nations Unies était « très préoccupée » par le fait que davantage de cas pourraient être détectés dans le centre économique du pays, avec une population de plus de quatre millions d’habitants.

Ebola, qui se transmet par contact étroit avec des fluides corporels, provoque une fièvre sévère et, dans le pire des cas, des saignements imparables.

Le cas confirmé a été identifié comme étant un Guinéen de 18 ans qui a voyagé par voie terrestre, arrivant à Abidjan mercredi dernier à bord d’un bus.

Lorsqu’elle a quitté la Guinée, elle présentait déjà des symptômes qui ne cessaient de s’intensifier.

Elle a été admise à l’hôpital jeudi avec de la fièvre et reçoit actuellement un traitement.

M. Jasarevic a déclaré: « Les enquêtes préliminaires et le séquençage génomique pour identifier la souche montrent qu’il s’agit probablement de la souche Zaïre du virus.

« Des investigations supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces premiers résultats. »

Il est venu après la Guinée, qui a déclaré la fin d’une épidémie d’Ebola de quatre mois en juin et a marqué le continent africain comme exempt d’Ebola.

Mf Jasarevic a déclaré qu’il n’y avait « aucune indication » que le cas en Côte d’Ivoire était lié aux cas en Guinée.

LIRE LA SUITE: Kwasi Kwarteng claque l’UE alors que le Brexit Grande-Bretagne annonce un plan énergétique «de premier plan» de 4 milliards de livres sterling

La Côte d’Ivoire a commencé à vacciner les populations à haut risque dans les 48 heures suivant la notification du cas confirmé.

Des habitants du quartier des Deux Plateaux de son quartier d’Abidjan faisaient partie des personnes vaccinées.

Le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, a ajouté :

« Il est extrêmement préoccupant que cette épidémie ait été déclarée à Abidjan, une métropole de plus de quatre millions d’habitants. »

Mais le Dr Moeti a déclaré que la Côte d’Ivoire est l’un des six pays avec lesquels l’OMS a récemment travaillé pour améliorer la préparation à Ebola.

Elle a déclaré que le diagnostic rapide de ce cas est un indicateur que ces préparatifs portent leurs fruits.

Le ministre de la Santé, Pierre Dimba, a déclaré : « C’est une situation qui est sous contrôle ».

Il a ajouté que les autorités viseront à vacciner 2 000 personnes d’ici mercredi soir.

L’OMS a également salué la rapidité du déploiement qui a été « remarquable ».

Mais l’emplacement de l’épidémie a fait craindre que le virus ait suffisamment d’espace pour se propager – à la fois à Abidjan, où la femme est arrivée le 11 août, et au cours de son voyage de 500 km.

Le Dr Merawi Aragaw Tegegne du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies a ajouté : « Pour être franc, parce que c’est une grande ville comme celle-ci, c’est vraiment inquiétant pour nous tous.

« Il peut se propager largement. Habituellement, ces types d’épidémies se produisent dans les coins reculés des zones rurales. »

Share