EU news: VDL va affronter Charles Michel après l’avoir laissée patauger | Politique | Nouvelles

La présidente de la Commission européenne a été laissée debout lors d’une réunion entre son homologue du Conseil, Charles Michel et le dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan. L’exécutif de l’UE va maintenant ouvrir ses pourparlers avec l’autre grand eurocrate du bloc pour s’assurer qu’elle ne sera plus jamais victime de la tribulation. Le porte-parole de Mme von der Leyen a déclaré: «La présidente s’attend à ce que l’institution qu’elle représente soit traitée selon le protocole approprié.

“Par conséquent, nous prendrons les contacts appropriés pour nous assurer que cela est examiné et qu’un tel incident ne se produira pas à l’avenir.”

Son assistant a déclaré qu’il ne savait pas si M. Michel s’était excusé pour son rôle dans la gaffe, qui a été surnommée «Sofagate».

Le porte-parole a déclaré que Mme von der Leyen était «surprise» par les actions des deux hommes.

Dans une séquence vidéo de l’incident, elle, la première femme présidente de l’UE, a semblé agacée au début des pourparlers du bloc avec le président Erdogan.

Alors que le dirigeant turc prenait place aux côtés du président du Conseil, Mme von der Leyen a fait signe de l’absence d’un troisième président.

«Euh», marmonna-t-elle, alors que les deux hommes s’installaient au bout de la salle accueillant la réunion au complexe présidentiel d’Ankara.

M. Michel, qui semblait faire la queue pour la première place aux côtés du président Erdogan, a présenté peu d’excuses.

Le moment gênant est survenu avant une réunion de trois heures, au cours de laquelle le trio a discuté du retrait de la Turquie de la convention d’Istanbul sur la violence sexiste.

Mme von der Leyen a refusé de reconnaître la bévue diplomatique lors d’une conférence de presse après la réunion.

Elle a déclaré: «Nous sommes venus en Turquie pour donner un nouvel élan à nos relations et à cet égard, nous avons eu une première rencontre intéressante avec le président Erdoğan.»

L’ancien ministre allemand de la Défense a déclaré que la Turquie avait envoyé un «mauvais signal» en quittant la convention visant à prévenir la violence à l’égard des femmes.

«Je suis profondément préoccupée par le fait que la Turquie se retire de la convention d’Istanbul», a-t-elle ajouté.

DOIT LIRE: Brexit LIVE: les pêcheurs de l’UE “ ignorent les règles ” – tentent de voler le marché britannique

L’eurodéputée néerlandaise Sophie in ‘t Veld a ajouté: “Et non, ce n’était pas une coïncidence, c’était délibéré.”

Le bureau de M. Michel a refusé de commenter la farce diplomatique.

En vertu du traité de l’UE, les présidents de la Commission et du Conseil devraient être traités sur un pied d’égalité lors des visites à l’étranger.