in

Eurocup : le spectacle commence

11/06/2021 à 6h32 CEST

Lorsque Michel Platini, alors président de l’UEFA, conçu une Eurocup multi-sites Pour fêter les 60 ans du tournoi, je ne pouvais même pas imaginer qu’une pandémie mondiale le retarderait d’un an et qu’elle conditionnerait autant le développement de la compétition. Douze mois après sa date initiale et dans des conditions compliquées mais gérables, le grand tournoi continental démarre avec l’Italie-Turquie qui se déroule ce soir à Rome (21h00).

Si le Vieux Continent est l’épicentre du football mondial (les équipes européennes ont remporté les quatre dernières Coupes du monde), l’Eurocup est son expression maximale.

Et à ce titre, il rassemble une liste de joueurs qui transforme le tournoi en un défilé de stars. De Mbappé à Harry Kane, en passant par De Bruyne, Griezmann, Lewandowski, Cristiano Ronaldo, Lukaku, Benzema ou Depay, sans oublier De Jong, Modric, Courtois, Joao Felix ou Gareth Bale. Tous les feux pointent déjà vers les onze villes hôtes du championnat.

La France, en « pole position »

Il n’y a aucun doute sur les favoris : la liste est menée par la France, actuel champion du monde, propriétaire d’un bloc très solide, tant en défense que dans le noyau, et doté d’un talent débordant en attaque, incarné dans son nouveau trident, Griezmann, Benzema et Mbappé.

Le Portugal défendra le titre et a la force de le faire. L’équipe portugaise est un vivier de talents et ces dernières années, elle a appris à rivaliser avec les meilleurs, limaginé par un Cristiano Ronaldo qui refuse d’affronter son crépuscule footballistiqueoy qu’il jouera probablement son dernier championnat d’Europe.

De nombreux analystes pensent qu’il pourrait s’agir du tournoi d’Angleterre, sans précédent dans le palmarès de la compétition malgré son poids historique incontestable.

Avec Harry Kane comme leader naturel, l’équipe anglaise s’affiche avec des personnalités de classe mondiale comme Sterling, Jadon Sancho ou Rashford, mais doit montrer qu’au moment où les choses se passent, c’est un candidat avec des majuscules et sans nuances.

L’heure de la Belgique ?

Quelque chose de similaire se passe avec la Belgique, dirigée depuis le banc par Robert Martínez : beaucoup de talent offensif (les frères Hazard, Lukaku, De Bruyne, Carrasco) et un gardien de premier ordre, même si leur système défensif offre plus de doutes que de certitudes.

L’Allemagne connaît des périodes de transition (Joachim Löw quittera ses fonctions après le championnat d’Europe) et accède au championnat d’Europe sans chiffre défini, mais avec un bloc très solide, rempli de joueurs avec de nombreuses heures de vol (Müller, Kroos, Gundogan, Hummels et Neuer), exactement le contraire de ce qui se passe avec l’Espagne, également candidate malgré les problèmes qui ont hanté ceux de Luis Enrique dans la dernière ligne droite de la préparation.

En plein changement de génération, le ‘Red’ cherche à boucler un bon tournoi et à convaincre, après ses échecs dans les derniers grands tournois, Brésil 2014, France 2016 et Russie 2018. Depuis qu’ils ont brillamment conquis l’Euro 2012, l’Espagne est une équipe méconnaissable dans les championnats internationaux.

La Hollande veut redevenir grande

Parmi les candidats, il faut également citer les Pays-Bas, qui s’affichent dans un grand tournoi après avoir été absents de l’Euro 2016 et de la Coupe du monde 2018. Le bloc construit par Ronald Koeman est désormais mené par Frank de Boer, qui s’appuie sur le talent de De Jong et Depay pour aspirer à signer un grand tournoi.

Les jeunes demandent le passage

Au-delà des équipes nationales et des joueurs confirmés, l’Eurocup sera à nouveau un excellent tremplin pour les joueurs, notamment les plus jeunes, dans le cas des Jeremy Doku (Belgique), Denis Makarov (Russie), Gravenberch (Hollande), Bellingham (Angleterre), Baumgartner (Autriche), Musiala (Allemagne), Ampadu (Pays de Galles) ou Pedri lui-même, symbole de la nouvelle génération de footballeurs espagnols.

Ceux qui manquent aux absents ne manqueront pas – certains aussi illustres que Van Dijk, Haaland, Ibrahimovic ou Jan Oblak – mais sur le terrain, le spectacle est assuré.

La Californie fait appel de la décision annulant l’interdiction des armes d’assaut .

Canoo pagaie en amont et ne montre aucun signe de changement de cap