F1 Paddock Diary: Grand Prix de Russie, deuxième partie

Les discussions dans le paddock autour d’une course au Qatar, le calendrier 2022 de la F1 et le groupe VW se sont calmés alors qu’une course remplie de drames a permis à Lewis Hamilton de remporter la 100e victoire en carrière.

samedi

Un éclair frappe à 4 heures du matin, me réveillant et me rappelant que les prévisions annoncent une journée extrêmement humide – contrairement à vendredi, lorsque le ciel était dégagé et l’éclairage de Sotchi plutôt pittoresque.

Pendant la journée, la pluie diminue par intermittence mais est imprévisible dans son intensité : à midi, alors que je discutais dans le paddock, elle est passée de la bruine à la tempête déchaînée qui a soufflé sur les écrans Alfa Romeo et Williams en 60 secondes chrono.

L’effet net est que le FP3 est annulé, faisant échouer ma traditionnelle visite au bord de la piste du samedi. J’en profite pour rattraper divers membres de l’équipe qui avaient été trop occupés à Monza en raison du programme chargé de la dernière course européenne.

Au cours de ma promenade, je mène un sondage auprès de ceux qui sont au courant des chances de Porsche (ou d’une autre marque du groupe VW) de s’engager en F1. Bien que tous conviennent que le groupe VW est plus proche que jamais de l’entrée en F1, la plupart pensent que toute entrée se ferait sous la forme d’une opération d’équipe complète avec une alimentation secondaire en moteur. Dans l’ensemble, ils mettent les chances d’une entrée à environ 50-50.

Fait troublant, l’un souligne le temps de gestation de plus de trois ans pour le groupe motopropulseur hybride gênant de Honda, puis dit: « S’ils n’ont pas encore décidé, une entrée en 2025 est hors de question », ajoutant qu’aucune planification ferme n’est encore en place pour le projet.

Mes sources croient fermement que le calendrier du nouveau moteur de F1 sera repoussé d’un an à 2026, ce qui signifie quatre autres années avec des groupes motopropulseurs qui devraient être gelés avant la course d’ouverture de 2022.

L’autre extrait que je glane est que le principal point d’achoppement du calendrier F1 2022 est la question de savoir si une deuxième manche italienne à Imola remplacera le Grand Prix de France au Paul Ricard.

Les routes d’accès étroites du circuit français rendent en effet impossible le doublement de la course avec la manche hongroise, comme c’est l’option privilégiée. Imola n’est pas seulement 600 kilomètres plus près, mais est située à moins de 5 km d’une autoroute, de sorte que les premiers camions pourraient être hors du circuit avant même la fin de la course.

L’effet net est que la F1 est confrontée à un choix: une triple tête Red Bull Ring / Silverstone / Paul Ricard suivie d’un Hungaroring autonome avant la pause estivale, ou une série de doubles têtes de juillet, avec Imola ou Hungaroring constituant le deuxième set. Les équipes font pression pour ce dernier, mais cela signifie abandonner la manche de France un an plus tôt. Ne vous attendez pas à une décision finale sur le calendrier de l’année prochaine, qui devrait inclure à nouveau 23 tours, avant le milieu du mois prochain.

Circuit international de Losail, QatarRapport: Pourquoi le Qatar pourrait être un ajout surprise au calendrier F1 de cette annéeEn ce qui concerne le calendrier de cette année, il semble que le Qatar fera la coupe, après avoir été inspecté et trouvé à la hauteur, la décision finale tombant cette semaine.

Après avoir qualifié les confusions du code Covid de la F1 se manifeste de manière ridicule: pour atteindre la zone médiatique ouverte dans le paddock depuis le centre des médias du deuxième étage, nous sommes obligés de marcher – sous une pluie battante – pratiquement sur toute la longueur du paddock de 350 mètres à deux reprises : une fois le long d’un couloir du deuxième étage, descendre un escalator public puis revenir au rez-de-chaussée dans le paddock. Tout cela en période de pointe, avec des échéances qui se profilent.

La raison? Quelqu’un a omis de spécifier des tourniquets électroniques qui permettent l’accès au paddock via deux volées d’escaliers inutilisés ! Après les travaux détrempés de la journée, je me dirige vers mes fouilles et prépare mes bagages pour partir tôt dimanche, car l’enregistrement pour mes vols de retour est un peu avant minuit.

Annonce | Devenez un supporter de . et passez sans publicité

dimanche

Après le test Covid obligatoire – heureusement pas pire que le précédent – ​​je me prépare pour la journée à venir, le sujet majeur étant la météo et une décision de Mercedes de « saisir une opportunité tactique » pour changer le groupe motopropulseur de la voiture de Valtteri Bottas. Le terme choisi évoque une multitude d’options : de la complication de la charge de Max Verstappen à travers le terrain depuis la dernière rangée jusqu’à un véritable exercice d’atténuation des dommages mécaniques.

Rapport : Hamilton devient le premier pilote à remporter 100 courses de Formule 1J’avais réservé un créneau pour la promenade dans la voie des stands des médias avant la course et, comme toujours, c’est formidable de voir les équipages et le personnel de soutien accomplir leurs tâches à l’approche du départ. D’instinct, je me dirige droit vers l’extrémité aiguë car c’est là que réside l’intrigue, mais au fur et à mesure que je descends dans l’ordre, je me rends compte que, grande ou petite, gagnante ou non, chaque équipe est là au mérite et chacune est digne d’intérêt médiatique. Petit ne signifie pas moins d’engagement.

Ensuite, retour à mon siège surplombant les « perchoirs » de Mercedes et de Red Bull. Alors que la course à l’envers touche à sa fin, je suis étonné que le centre des médias devienne étrangement silencieux alors que Lewis remporte sa 100e victoire en Grand Prix – une étape incroyable dans les annales de la F1.

La fatigue de la victoire s’est-elle installée après l’hégémonie de l’équipe avec ce qui a indéniablement toujours été la meilleure voiture, ou ce manque de reconnaissance est-il un signe de la relation souvent épineuse des médias avec sans doute le personnage le plus complexe de la grille ? Quoi qu’il en soit, l’appréciation de sa réussite ne ferait pas de mal.

Ensuite, place à la zone des médias via le même parcours tortueux (et détrempé) que samedi. Les commentaires des pilotes s’avèrent aussi mitigés que la météo et la course elle-même l’avaient été : ceux qui l’ont bien fait au cours des cinq derniers tours sont joyeux tandis que les autres sont abattus, Lando Norris montrant naturellement des signes d’yeux humides.

Quand j’interroge Bottas sur le changement de bloc d’alimentation, il me dit que malgré un échange de bloc d’alimentation complet à Monza, il s’agit d’un bloc (bien) utilisé plus le nouveau moteur (ish), ce qui n’augure rien de bon pour les chances de Hamilton de le faire. toute la saison sans pénalité. Pourtant, quelque chose ne colle pas tout à fait.

Lewis Hamilton, Mercedes, Autodrome de Sotchi, 2021Franchement, je ne sais pas lequel est le moins important des deux scénarios immédiats : un manque de fiabilité apparemment inquiétant ou le possible dérapage tactique du principal adversaire du titre de l’équipe via «l’ailier» du pilote principal.

Alors que nous attendons le passage des derniers pilotes dans la zone des médias, j’aperçois un certain nombre de leurs collègues qui se dirigent vers les escaliers derrière nous, leurs chefs d’équipe en remorque – un signe qu’ils ont convoqué pour expliquer tel ou tel incident aux autorités de leur point de vue. . Si leurs comportements respectifs sont un guide, ils savent à l’avance s’ils encourront une pénalité ou non. Cela s’avère donc lorsque les décisions arrivent une heure plus tard.

Une fois les entretiens finaux terminés et mes devoirs de rapport immédiats, je fais mes bagages et retourne à l’hôtel pour une navette jusqu’à l’aéroport d’Adler, situé à environ sept kilomètres. Il ne reste que sept courses à disputer cette saison et notre prochain arrêt est Istanbul Park – discutez avec vous à partir de là.

Grand Prix de Russie 2021Parcourir tous les articles du Grand Prix de Russie 2021

Partagez cet article de . avec votre réseau :

Share