Ferrari repousse son objectif de profit au milieu d’une pandémie

Badge Ferrari

Ferrari a repoussé son objectif de profit pour l’année prochaine après avoir retardé les investissements et certaines livraisons dans la pandémie, mais a respecté son calendrier pour une première voiture électrique d’ici 2025.

Le constructeur automobile de luxe, célèbre pour son badge “ Cavallino Rampante ”, ou “ cheval cabré ”, avait prédit un bénéfice de base ajusté de 1,8 à 2,0 milliards d’euros (2,2 à 2,4 milliards de dollars) en 2022.

Mais mardi, la société italienne a déclaré qu’elle reportait cet objectif à 2023 en raison de la pandémie, même si elle s’attend à une augmentation des résultats cette année et l’année prochaine.

«Nous prévoyons que les mesures prudentes que nous avons prises en 2020 et que nous continuons en 2021 d’ajuster nos dépenses en réponse à l’urgence du COVID-19 retarderont d’un an la réalisation de nos objectifs de fin d’année 2022», a déclaré le président John Elkann.

Dans un appel aux résultats du premier trimestre, Elkann a déclaré aux analystes que la pandémie avait également eu des conséquences néfastes sur la volonté de Ferrari de diversifier sa marque dans d’autres domaines du luxe et sur ses activités liées à la Formule 1.

Un trader basé à Milan a déclaré que le retard cible était une mauvaise nouvelle pour les actions très appréciées de Ferrari. «Cela a soulevé des inquiétudes quant au fait que l’impact du COVID-19 sur l’entreprise pourrait être plus important que prévu», a-t-il déclaré.

L’action Ferrari a clôturé en baisse de 8% à Milan.

Mais la société a déclaré que d’excellents résultats trimestriels, des commandes nettes robustes et un carnet de commandes record lui ont permis d’atteindre le sommet de ses prévisions de bénéfice ajusté de 1,45 à 1,5 milliard d’euros pour cette année.

«Nos résultats 2022 seront meilleurs que 2021, qui… nous pensons qu’ils seront très solides», a déclaré Elkann, le descendant de la famille italienne Agnelli, qui contrôle Ferrari via sa société holding Exor.

Les analystes de Morgan Stanley ont déclaré que les conseils retardés n’avaient pas changé les défis à long terme de Ferrari, tels que le passage de l’industrie aux véhicules électriques.

Cela «laisse beaucoup de place à la nouvelle direction pour discuter du potentiel au-delà de 2023, y compris une gamme de modèles élargie», ont-ils déclaré.

Elkann, qui a confirmé que Ferrari lancerait son premier SUV l’année prochaine, le Purosangue, a déclaré qu’une commande d’électrification était déjà incluse dans les objectifs de dépenses en capital du groupe, sans qu’il soit nécessaire d’ajouter des ajouts. Le mois dernier, Ferrari a promis un premier modèle entièrement électrique pour 2025.

La société, qui est toujours à la recherche d’un remplaçant permanent pour l’ancien PDG Louis Camilleri, qui a démissionné en décembre, a répété qu’elle progressait bien avec une liste restreinte de bons candidats.