in

Ferrari se concentre de 90 à 95% sur le challenger 2022

Le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies, a en outre confirmé que l’équipe concentrait déjà la plupart de ses ressources sur 2022.

Après une triste année 2020 qui a vu Ferrari glisser dans la partie inférieure du peloton du milieu de terrain, 2021 a apporté un changement de fortune bien nécessaire pour la Scuderia qui est maintenant enfermée dans une bataille avec McLaren sur P3 dans le championnat des constructeurs.

La saison prochaine cependant, avec la nouvelle génération de voitures de Formule 1, Ferrari veut revenir à la compétition en tête de la grille et leur position est claire depuis longtemps – 2022 est clairement l’objectif de leurs ressources.

Charles Leclerc a réaffirmé récemment que Ferrari se préparait déjà très bien pour 2022, et Mekies a maintenant ajouté à cela en affirmant que l’équipe était «90 à 95%» fixée pour la saison prochaine.

“Nous sommes concentrés sur 2022, une partie du peloton est serré et il nous faudra peut-être quelques centièmes ou quelques dixièmes pour passer de la sixième à la troisième, mais cela ne changera pas notre stratégie”, a-t-il déclaré, cité par The Race.

«Nous y avons déjà transféré la grande majorité de nos ressources.

«Cela ne veut pas dire que certains détails ne changeront plus sur la voiture à partir de maintenant. Mais l’accent est mis sur l’année prochaine. Pour nous, c’est une décision claire.

«Nous sommes à peu près déjà en plein changement. Si vous voulez lui attribuer un numéro, si vous voulez l’appeler à 90 ou 95%, peu importe comment vous voulez l’appeler, c’est à peu près là où nous en sommes. »

Équipez-vous aux couleurs de Ferrari via la boutique officielle de Formule 1

Le directeur exécutif d’Alpine, Marcin Budkowski, a décrit la situation comme un «dilemme» alors que son équipe tente de gagner du terrain dans la bataille ultra-serrée du milieu de terrain tout en se préparant bien pour 2022.

Mais finalement, la saison prochaine est le véritable retour sur investissement.

“C’est toujours un dilemme, mais cette année est difficile parce que c’est plus tôt et donc ça fait un peu plus mal d’arrêter de se développer plus tôt dans la saison parce que nous avons fait quatre courses sur 23. C’est très tôt dans la saison”, a-t-il déclaré. .

«D’un autre côté, quand vous regardez à quel point la voiture est verte pour 2022, nous partons à peu près d’une feuille de papier vierge.

«Lorsque vous mettez en balance les gains que vous faites sur la voiture de cette année par rapport à ce que nous pouvons faire sur la voiture de l’année prochaine, la décision réelle est très facile car le retour sur investissement, le retour sur les ressources de développement, est très disproportionné par rapport à l’année prochaine.

«C’est l’approche rationnelle de« penser à l’avenir ». Mais quand vous êtes en course et que vous voyez que quelques centièmes de seconde ou un dixième de seconde vous font gagner quelques positions sur la grille…

«Nous sommes tous des coureurs. Nous voulons tous faire le meilleur résultat possible et nous savons que nous pourrions obtenir un peu plus de performances cette année.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram!

Nacho nie les informations selon lesquelles Zidane aurait dit aux joueurs du Real Madrid qu’il quittait le club

Le médicament anti-Covid de DRDO sera utilisé dans les hôpitaux AIIMS, DRDO et des forces armées