Formation de capital : les dépenses excessives de mars récupèrent les dépenses d’investissement des États au cours de l’exercice 21

L'objectif d'investissement pour l'exercice 21 pour tous les États selon leurs BE était de Rs 6,5 lakh crore, en hausse de 30% sur un an.  Les dépenses d'investissement de l'État auraient un effet multiplicateur plus important sur l'économie que de telles dépenses du Centre et des entreprises du secteur public.L’objectif d’investissement pour l’exercice 21 pour tous les États selon leurs BE était de Rs 6,5 lakh crore, en hausse de 30% sur un an. Les dépenses d’investissement de l’État auraient un effet multiplicateur plus important sur l’économie que de telles dépenses du Centre et des entreprises du secteur public.

Les gouvernements des États se sont bien acquittés d’arrêter une baisse anticipée des dépenses en capital au cours de l’exercice 21, malgré une baisse sans précédent des recettes fiscales sur deux années consécutives et un besoin urgent d’augmenter les dépenses de recettes, en particulier pour la santé, en raison de la pandémie.

Selon les données recueillies par FE de 15 grands États, ils ont déclaré des investissements combinés de Rs 3,26 crore lakh au cours du dernier exercice, en hausse de 2% sur un an, contre une croissance négative de 6% enregistrée au cours de l’exercice 20. Bien sûr, la croissance globale des investissements de tous les États était de 2% plus élevée au cours de l’exercice 20 par rapport à l’exercice 19, selon les données publiées par RBI.

Ce qui a aidé les 15 États à améliorer leurs performances d’investissement par rapport aux niveaux beaucoup plus bas observés jusqu’au troisième trimestre de l’exercice, c’est une forte augmentation de 31% de ces dépenses en mars. Une étude antérieure de FE sur 16 États a montré que leurs dépenses en capital combinées s’élevaient à Rs 2,16 crore lakh en avril-février de FY21, en baisse de 18,5% sur un an.

Les emprunts sur le marché de ces États ont bondi de 63% à Rs 6,63 lakh crore au cours du dernier exercice, par rapport à 11% d’augmentation constatée au cours de l’exercice 20. Le Centre avait relevé la limite d’emprunt pour les États à 5 % du PDSF (dont 1 ppss sous réserve de certaines réalisations, y compris des réformes spécifiées) pour l’exercice 21 ; la plupart des États ont utilisé cette facilité, mais pas dans toute sa mesure.

Si le Centre n’avait pas donné aux États une marge de manœuvre supplémentaire pour emprunter et protégé en grande partie la compensation de la TPS même tout en étant lui-même touché par le blues pandémique, les États n’auraient pas pu augmenter les dépenses de création d’actifs. Bien entendu, le Centre s’est approprié une plus grande partie des ressources fiscales disponibles au cours des deux dernières années en utilisant la voie des taxes/surtaxe, notamment en augmentant ces taxes sur les carburants automobiles au détriment des pouvoirs fiscaux des États.

Parmi les 15 États, les investissements du Kerala ont augmenté au taux le plus élevé de 58% sur un an au cours de l’exercice 21, suivi de l’Andhra Pradesh (56%), du Tamil Nadu (30%) et du Karnataka (26%).

Cependant, pour la quatrième année consécutive, les dépenses d’investissement globales des gouvernements des États semblent avoir manqué les objectifs annuels. En ce qui concerne les 15 États examinés par FE — Uttar Pradesh, Maharashtra, Tamil Nadu, Andhra Pradesh, Madhya Pradesh, Karnataka, Rajasthan, Gujarat, Odisha, Telangana, Kerala, Punjab, Haryana, Chhattisgarh et Uttarakhand — leurs investissements ont baissé de 31 % en FY21 à partir du budget prévisionnel (BE) annoncé en début d’année.

Selon l’étude habituelle de la RBI sur les finances de l’État, le déploiement total des dépenses d’investissement par tous les États s’élevait à Rs 4,97 lakh crore crore au cours de l’exercice 20, en baisse de 20% par rapport au BE de Rs 6,22 lakh crore.

De toute évidence, des transferts supplémentaires du Centre au moyen de Rs 45 000 crore en tant que dévolution fiscale dépassant l’estimation révisée du pool divisible en raison de l’amélioration des recettes fiscales en mars, ont un peu atténué le stress sur les finances des États.

Malgré une décentralisation fiscale supplémentaire au niveau central, les recettes fiscales des 15 États ont baissé de 6% sur un an à Rs 13,94 lakh crore tandis que les emprunts ont augmenté de 63% à Rs 6,63 lakh crore au cours de l’exercice 21. Les recettes fiscales de ces États étaient de 23 % inférieures à celles de la BE. Les emprunts de ces États représentaient 104 % de l’objectif FY21 contre 70 % de l’objectif respectif atteint au cours de l’EX20.

Les États ont engagé beaucoup de dépenses supplémentaires au cours du dernier exercice en raison des mesures de protection sociale prises pour soulager Covid. Les 15 États examinés ont vu leurs dépenses de recettes ainsi que leurs dépenses totales augmenter de 5% chaque année au cours de l’exercice 21. La réalisation des dépenses totales de ces États était de 83 % de l’objectif au cours de l’exercice 21, mieux que 81 % de l’objectif atteint au cours de l’exercice 20.

L’objectif d’investissement pour l’exercice 21 pour tous les États selon leurs BE était de Rs 6,5 lakh crore, en hausse de 30% sur un an. Les dépenses d’investissement de l’État auraient un effet multiplicateur plus important sur l’économie que de telles dépenses du Centre et des entreprises du secteur public.

Alors que les États ont été sensiblement en deçà de l’objectif, le Centre a atteint 97% de son objectif d’investissement révisé pour l’exercice 21 de Rs 4,39 lakh crore (en hausse de 26% sur un an).

Au cours des derniers mois, le Centre a en effet augmenté ses dépenses pour soutenir l’économie et a également réussi à intégrer des CPSE dans l’entreprise, mais les gouvernements des États, à court de revenus, n’ont pas pu maintenir leur élan.

Cela revenait à inverser la tendance de plusieurs années précédentes, lorsque les États avaient fait mieux en matière d’assainissement budgétaire et de dépenses d’investissement, maintenant un ratio d’investissement public de 5:3,6:3,4 (États, CPSE et Centre en FY20).

Savez-vous qu’est-ce que le ratio de réserve de trésorerie (CRR), le projet de loi de finances, la politique budgétaire en Inde, le budget des dépenses, les droits de douane ? FE Knowledge Desk explique chacun de ces éléments et plus en détail sur Financial Express Explained. Obtenez également les cours boursiers BSE/NSE en direct, la dernière valeur liquidative des fonds communs de placement, les meilleurs fonds d’actions, les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants sur Financial Express. N’oubliez pas d’essayer notre outil gratuit de calcul d’impôt sur le revenu.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share