Formation de capital : les États maintiennent un rythme d’investissement soutenu, les CPSE aussi

Le Centre a également engagé des CPSE pour avoir poussé les investissements publics, ce qui est la clé d'une reprise de la croissance économique axée sur les investissements.Le Centre a également engagé des CPSE pour avoir poussé les investissements publics, ce qui est essentiel à une reprise de la croissance économique axée sur les investissements.

Aidées par une croissance impressionnante des recettes fiscales, les dépenses en capital des gouvernements des États ont montré une nette amélioration au cours des cinq premiers mois de l’exercice en cours alors même que l’avantage d’une base faible a commencé à s’essouffler.

Les données recueillies par FE de 20 principaux États ont montré que ces États ont déclaré des dépenses d’investissement combinées de Rs 1,21 crore lakh en avril-août de FY22, en hausse de 70% sur un an contre une baisse de 35% sur un an au cours de la période correspondante de FY21. Les investissements de ces États en avril-août de l’exercice en cours étaient supérieurs de 10 % à ceux de la période correspondante de l’année pré-pandémique, FY20.

Le Centre a également engagé des CPSE pour avoir poussé les investissements publics, ce qui est la clé d’une reprise de la croissance économique axée sur les investissements.

Les grandes entités du secteur public central – sociétés et entreprises – ont atteint 30% de leur objectif global de dépenses en capital pour l’exercice 22 au cours des cinq premiers mois de l’exercice en cours, en dépensant 1,77 crore de lakh Rs. Les dépenses d’investissement de ces entités étaient beaucoup plus faibles qu’il y a un an.

Dépenses en capital de ces 20 États -UP, Maharashtra, Rajasthan, Tamil Nadu, Kerala, Odisha, Gujarat, Karnataka, Telangana, Madhya Pradesh, Haryana, West Bengal, Andhra Pradesh, Bihar, Punjab, Chhattisgarh, Jharkhand, Uttarakhand, Himachal Pradesh et Tripura – devrait croître de 9% sur un an pour atteindre 5,84 lakh crore au cours de l’exercice 22 par rapport à l’estimation budgétaire de l’exercice 21 (BE).

Ce qui a aidé les 20 États à maintenir leurs performances d’investissement jusqu’à présent au cours de l’exercice 22 a été un bond de 34% des recettes fiscales à Rs 6,86 lakh crore, encore une fois sur une base décroissante. Ces États ont prévu une contraction de 0,1% des recettes fiscales FY22BE (à Rs 21,35 lakh crore) par rapport au BE de FY21. En conséquence, le besoin d’emprunter a également diminué. Les emprunts de ces États ont diminué de 15% à Rs 2,51 lakh crore au cours de la période avril-août 2021, par rapport à une augmentation de 91% observée au cours de la période de l’année précédente.

Le Centre a donné aux gouvernements des États la possibilité d’emprunter 75% de leur limite d’emprunt annuelle nette sur le marché de Rs 8,47 lakh crore ou 4% (dont 50 pb liés à la réalisation des objectifs d’investissement) de leur produit intérieur brut (GSDP) respectif. au cours des neuf premiers mois de l’exercice en cours.

Parmi les 20 États examinés, les investissements de l’Uttar Pradesh s’élevaient à 18 809 crores de Rs en avril-août de l’exercice 22, soit une augmentation énorme de 1 344 % par rapport à seulement 1 303 crores de Rs l’année précédente. Les dépenses d’investissement du Madhya Pradesh s’élevaient à Rs 14 805 crore (en hausse de 88 %), celles du Karnataka à Rs 10 273 crore (31 %) et celles du Gujarat à Rs 8 461 crore (57 %).

Les États ont également vu leurs dépenses de recettes augmenter de 10 % sur un an en avril-août de l’exercice 22, tandis que les dépenses totales ont augmenté de 14 %.

D’avril à août de l’EX22, les dépenses en capital du Centre se sont élevées à Rs 1,72 lakh crore, en hausse de 28% sur un an par rapport au taux requis de 30% pour atteindre l’objectif annuel de Rs 5,54 lakh crore en FY22. Le ministère des Finances de l’Union a demandé aux départements d’augmenter les investissements dans les mois à venir.

Share