FUBO Stock: Pourquoi les perspectives de FuboTV restent sombres à ce stade

En tant que quelqu’un qui a été très baissier fuboTV (NYSE:FUBO), j’avoue que les résultats du premier trimestre de Fubo ont largement dépassé mes attentes.

Source: monticello / Shutterstock.com

Pourtant, je reste incertain quant à savoir si le service de Fubo attirera jamais la grande majorité des consommateurs. Et je pense que les coûts de marketing et de contenu extrêmement élevés de l’entreprise, ainsi que la concurrence acharnée à laquelle elle continuera de faire face, pourraient très bien l’empêcher de devenir un jour rentable.

Par conséquent, je continue de recommander la vente des actions.

Chiffre d’affaires du premier trimestre, les gains des abonnés dépassent mes attentes

La base d’abonnés de Fubo a bondi de 105% d’une année sur l’autre et de 8% d’un trimestre à l’autre, atteignant 590 430. Son chiffre d’affaires, quant à lui, a bondi de 135% en glissement annuel, atteignant près de 120 millions de dollars. Et également encourageant pour l’action FUBO, les revenus publicitaires moyens de la société par utilisateur et par mois ont grimpé de 57% en glissement annuel, atteignant 7,11 $.

Dans plusieurs colonnes passées sur Fubo, j’ai exprimé mon scepticisme quant à la capacité de l’entreprise à attirer un grand nombre de coupe-cordons. C’est en grande partie parce que, avec son service, les ménages paient à peu près le même montant pour la télévision et Internet qu’avec le câble.

La grande majorité des coupeurs de cordon, ai-je raisonné, sont principalement motivés par leur capacité à économiser de l’argent en se débarrassant de leurs abonnements à la télévision par câble et en passant à des services de streaming, tels que Netflix (NASDAQ:NFLX) et Hulu.

J’ai donc été surpris par la forte augmentation du chiffre d’affaires et de la base d’abonnés de l’entreprise au dernier trimestre. Pourtant, je reste très baissier sur l’action FUBO.

Coûts très élevés

Les frais de vente et de marketing de Fubo se sont élevés à 22,14 millions de dollars au dernier trimestre. La société a indiqué qu’elle avait ajouté un total net de 43 000 abonnés au premier trimestre. Selon mes calculs, cela représente 515 $ de dépenses de vente et de marketing par nouvel abonné net.

Bien que je sache que le premier trimestre est un trimestre saisonnièrement lent, mes recherches indiquent que le chiffre de 515 $ est extrêmement élevé, en particulier compte tenu du quatrième trimestre, Fubo a dépensé un bien meilleur, mais toujours très élevé, 318 $ en ventes et marketing par nouvel abonné.

À titre de comparaison, au quatrième trimestre de 2012, lorsque Netflix était encore nouveau pour beaucoup, sinon la plupart des Américains, les coûts de marketing de Netflix et les «ajouts au contenu en streaming par nouvel abonné» ne s’élevaient qu’à 308 $. Ainsi, au premier trimestre, Fubo a dépensé plus de 60% de plus pour les ventes et le marketing par nouvel abonné que ce que Netflix a dépensé en 2012 pour le marketing et le contenu supplémentaire pour chaque nouvel abonné.

Voici un autre point de données intéressant. À 515 $ de dépenses de marketing et de vente par nouvel abonné, il faudrait à Fubo près de huit mois pour que chaque nouvel abonné paie son plan le plus bas pour récupérer ces 511 $.

Et, sans surprise, étant donné que Fubo met fortement l’accent sur le sport, ses coûts de contenu ne sont pas non plus bon marché. Les dépenses liées aux abonnés de la société, qui semblent se rapporter principalement aux coûts de contenu, se sont élevées à plus de 113 millions de dollars au dernier trimestre. Ainsi, ses coûts de contenu à eux seuls étaient presque aussi élevés que l’ensemble de ses revenus de près de 120 millions de dollars.

Et malgré la forte croissance du nombre d’abonnés de Fubo en glissement annuel, sa perte d’exploitation a bondi à 65 millions de dollars au dernier trimestre, contre seulement 18 millions de dollars au cours de la même période un an plus tôt, alors que ses dépenses d’exploitation ont grimpé à près de 185 millions de dollars contre 25,4 millions de dollars.

Analyser où se trouve Fubo et où il va

À ce stade, je pense que Fubo dépensera probablement beaucoup d’argent pour attirer les quelques coupeurs de cordon qui sont prêts à payer ses prix actuels pour la commodité supplémentaire d’avoir un service de streaming au lieu de plusieurs et / ou pour les sports de l’entreprise. offrandes.

Je crois que, tôt ou tard (peut-être dans un an environ), il n’y aura plus beaucoup plus de personnes aux États-Unis qui voudront rejoindre le service qui ne l’ont pas déjà fait.

De plus, même si je me trompe sur ce point, les pertes de Fubo augmentant alors même que sa base d’abonnés augmente, il devra faire face à des choix peu attrayants, car il ne disposait que de 459 millions de dollars en espèces à la fin du premier trimestre.

Parmi ces choix, il y a l’offre moins d’événements sportifs et l’augmentation significative de ses prix. Mais dans l’un ou l’autre de ces scénarios, il y a de fortes chances qu’il perde un nombre important de ses abonnés au câble et aux services de streaming. Alternativement, il peut vendre beaucoup plus d’actions, mais cela, bien sûr, fera baisser le prix de ses actions.

Ceux qui sont optimistes sur l’action FUBO et la société elle-même soutiendront que ses prochaines offres de jeux de hasard vont tout changer en augmentant radicalement la base d’abonnés de la société et son revenu moyen par utilisateur.

Mais comme je l’ai indiqué dans les articles précédents, je pense que la plupart des consommateurs se contenteront de jouer sur les applications existantes. Et, pour redresser les finances de Fubo, ses offres de jeu devront en effet être extrêmement réussies.

The Bottom Line sur FUBO Stock

La base d’abonnés de Fubo augmente rapidement, tout comme ses pertes. La société affirme que la croissance rapide continue des abonnés et ses offres de jeux viendront à sa rescousse. Mais je pense que les chances qu’un tel scénario se déroule sont à peu près les mêmes que les chances d’une équipe de la Major League Baseball actuellement à la troisième place de sa division d’aller aux World Series.

A la date de publication, Larry Ramer ne détenait (ni directement ni indirectement) aucune position sur les titres mentionnés dans cet article. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur, sous réserve des directives de publication d’InvestorPlace.com.

Larry Ramer mène des recherches et écrit des articles sur les actions américaines depuis 13 ans. Il a été employé par The Fly et le plus grand journal économique d’Israël, Globes. Larry a commencé à écrire des articles pour InvestorPlace en 2015. Parmi ses choix à contre-courant très réussis figurent GE, les actions solaires et Snap. Vous pouvez le joindre sur StockTwits à @larryramer.