GB News: Les Britanniques furieux menacent les sociétés SNUB d’annuler les publicités sur la chaîne | Royaume-Uni | Nouvelles

Kopparberg, Grolsch, Nivea, Ikea et Open University ont tous capitulé face aux guerriers du clavier qui se plaignaient de soutenir la nouvelle chaîne. Et tandis que la foule de gauche sur Twitter peut sembler être la seule opinion dans les chambres d’écho des médias sociaux, dans le monde réel, les choses sont légèrement différentes.

La chaîne d’information a battu ses rivaux à la BBC et à Sky lors de son lancement dimanche soir.

Et sa promesse de « prêter l’oreille à certaines des voix marginalisées et négligées de la Grande-Bretagne » continue d’attirer un public nombreux.

Beaucoup de ces Britanniques patriotes s’engagent maintenant à organiser leur propre boycott.

Et au lieu d’exprimer leur fureur sur une chaîne réglementée par l’Ofcom, leur colère est fermement dirigée vers les annonceurs réveillés.

LIRE LA SUITE: La question de mathématiques divise Internet car personne ne peut s’entendre sur la bonne réponse

Et un troisième a réfléchi: « (J’espère) que GB News continuera à prospérer et à noyer d’autres chaînes d’information contrôlées par la politique de gauche. »

Et un quatrième a fustigé la BBC financée par les contribuables.

Ils ont écrit : « Je préférerais de loin financer GB News plutôt que la BBC. Pouvons-nous, s’il vous plaît, organiser un référendum sur ce Boris ? »

Alors que de nombreuses entreprises ont cédé aux demandes réveillées, Co-Op a été félicitée pour avoir tenu bon face à un barrage de tweets l’exhortant à éviter la chaîne d’information aujourd’hui.

La société a répondu à un tweet exhortant au boycott avec le message : « Bonjour, nous avons développé une approche publicitaire détaillée et réfléchie, qui repose sur 3 principes :

« 1- Nous ne chercherons pas à porter atteinte à l’indépendance éditoriale des publications ou des chaînes.

« 2- Nous ne remettrons pas en cause la valeur commerciale de notre société pour nos membres.

« 3- Nous veillerons à ce que nos valeurs et principes soient clairs et intacts, quel que soit le contenu environnant. »

La position courageuse de l’entreprise a été applaudie par beaucoup, dont l’ancien député européen de l’UKIP Patrick O’Flynn.

Il a tweeté : « Wow, @coopuk vient de le faire sortir du parc en promettant de respecter la diversité des points de vue et l’indépendance éditoriale face à la pression des militants de gauche pour boycotter GB News.

« Je suis maintenant fier de magasiner dans leur magasin local la plupart du temps. »

Share