George Russell « n’a pas peur de faire des erreurs » grâce au P8 de Williams

George Russell estime que la 8e place de Williams au classement a levé beaucoup de pression sur ses épaules, ce qui lui a permis de vraiment foncer.

Mais pas trop qu’alors, estime-t-il, « parfois, vous ne faites que ralentir ».

Deux ans et demi après le début de sa carrière chez Williams, Russell a finalement marqué ses premiers points pour l’équipe Grove lorsqu’il a terminé 8e au Grand Prix de Hongrie.

Et les dix premiers résultats ont continué à arriver, le Brit P2 au Grand Prix de Belgique tout en marquant également en Italie et en Russie.

Il n’a pas été en mesure d’ajouter son score au Grand Prix des États-Unis malgré un départ en trombe alors qu’il est passé de la 20e place sur la grille, à la suite d’une pénalité moteur, à la 14e dans le premier tour.

C’est pourtant là que sa progression s’est arrêtée, le pilote Williams P14 ce jour-là.

Bien qu’il n’ait pas réussi à marquer, Russell a le sentiment d’avoir beaucoup appris car, maintenant sans aucune pression pour marquer ses premiers points, il est capable de pousser plus fort.

Mais cela lui-même a été un moins quand ne pas le faire.

« La pression s’est retirée de mes épaules depuis un certain temps maintenant pour ces premiers tours et je suis plus confiant pour vraiment l’attaquer et foncer », a-t-il déclaré selon The Race. « P20 à P14 était un bon début.

« Dans cette position où nous sommes maintenant dans ce championnat, nous avons ce petit tampon qui me permet d’aller là-bas et vraiment repousser les limites. Et je l’apprécie assez pour être honnête.

Il a ajouté : « Je ne suis pas un pilote qui fait généralement énormément d’erreurs, mais j’ai voulu me dépasser et c’est pourquoi nous avons vu [the spin in the esses] en FP3, et nous avons vu un peu loin en qualifications à Zandvoort.

« J’essaie juste de vraiment repousser les limites juste pour voir s’il y en a plus dans ces dernières courses.

« Mais je pense que j’ai en quelque sorte réaffirmé ma stratégie globale de ‘vous n’avez pas besoin de conduire à 100 pour cent pour tirer le meilleur parti de la voiture’. Parfois, vous allez seulement plus lentement.

Le Britannique a réitéré qu’avoir brisé son canard avec Williams et aidé à élever l’équipe à la 8e place du championnat des constructeurs, signifiait qu’il était beaucoup plus détendu sur la piste.

Williams a marqué 23 points, 16 de plus qu’Alfa Romeo et, sur la base de sa forme actuelle, il semble que seul un désastre les ferait perdre la 8e place au classement.

« Moins de pression, dit-il. « Juste le fait que nous soyons dans une position de confort relatif dans le championnat des constructeurs.

« De plus, sur le plan personnel, avec tout confirmé pour l’année prochaine, je suis personnellement dans une position très stable et je suis juste capable d’aller là-bas et d’essayer de nouvelles choses sans avoir peur de faire des erreurs.

«Je peux aller là-bas et essayer de nouvelles choses, essayer de créer cette boîte à outils pour m’améliorer.

« Être dans cette position où je n’ai pas peur de faire des erreurs est une position satisfaisante. »

Verdict PlanetF1

Share