Google et Apple ont discuté d’un partenariat Android-iOS il y a des années

Robert Triggs / Autorité Android

TL;DR

La plainte antitrust d’Epic contre Google mentionne une réunion privée entre Larry Page et Steve Jobs. Les deux PDG de la technologie ont apparemment discuté d’un partenariat entre Android et iOS en 2010. Le but de mettre en évidence l’incident est d’établir qu’ensemble, les deux sociétés ont un duopole sur la distribution d’applications.

Des documents fraîchement non expurgés du procès Epic vs Google révèlent des détails surprenants sur une réunion privée entre les anciens PDG de Google et d’Apple.

Comme l’a noté la journaliste antitrust de Politico, Leah Nylen, la plainte d’Epic contre Google mentionne que les deux sociétés de technologie entretiennent des relations étroites, ce qui réduit encore l’incitation de Google à rivaliser, à innover et à investir dans la distribution d’applications, car elle bénéficie de la coopération avec son «concurrent» Apple.

La déclaration est suivie des détails d’une réunion de 2010 entre Larry Page et Steve Jobs, où les deux piliers de la technologie ont apparemment parlé d’un « partenariat » entre Android et iOS. « Il y aura toujours des endroits où nous rivalisons et des endroits où nous coopérons », aurait déclaré Page à Jobs, prétendument dans le contexte d’avoir des politiques similaires pour les développeurs.

Notre vision est que nous travaillons comme si nous étions une seule entreprise-Notes d’une réunion Apple-Google

La plainte accuse en outre Google et Apple d’être des « duopoles confortables », offrant des termes identiques aux développeurs et modifiant ces termes en tandem au lieu de se concurrencer véritablement. À cet effet, le document fait référence à certaines notes recueillies à l’issue d’une rencontre entre des cadres supérieurs de Google et d’Apple. «Notre vision est que nous travaillons comme si nous étions une seule entreprise», lit-on dans un extrait des notes.

Pendant ce temps, la plainte allègue également que Google a incité les fabricants de téléphones à abandonner les magasins d’applications tiers. Selon le texte, la société a lancé un « Premier Device Program » en 2019 donnant aux OEM de smartphones une plus grande part des revenus de recherche s’ils acceptaient d’expédier des appareils sans aucun magasin d’applications en dehors du Google Play Store.

Les téléphones dans le cadre du programme ont reçu 12% des revenus de recherche de Google, contre 8% standard. Google a également offert à certaines entreprises comme LG et Motorola entre 3 et 6% de ce que les clients ont dépensé sur le Google Play Store via leurs téléphones.

Pour illustrer davantage la domination du Play Store, la plainte note qu’en mai 2020, bon nombre des OEM Android les plus grands et les plus populaires au monde avaient accepté l’exclusivité de Google Play pour la plupart de leurs nouveaux appareils Android. Les fabricants de téléphones chinois comme Oppo, Vivo et OnePlus avaient environ 70 % de leurs nouveaux appareils dans le cadre du programme « Premier » de Google, tandis que Sony (50 %) et Xiaomi (40 %) étaient moins attachés aux conditions.

Share