in

Google et Facebook lancent un mandat de vaccination pour les employés de bureau

Alors que d’innombrables bureaux se préparent à rouvrir cet automne, il y a encore beaucoup d’incertitude sur les détails, à savoir si les employés devront ou non être vaccinés. Les entreprises technologiques sont désormais parmi les premiers employeurs à clarifier leur position : si les travailleurs veulent retourner au bureau, ils devront se faire vacciner contre le Covid-19.

Google et Facebook – deux des plus grandes entreprises technologiques au monde – ont annoncé mercredi qu’ils exigeront que tous les employés retournant dans leurs bureaux américains se fassent vacciner. Google a été le premier à l’annoncer en début de journée, et Facebook a emboîté le pas quelques heures plus tard. La nouvelle survient alors que le gouvernement américain lutte pour faire vacciner sa population adulte (actuellement, moins de la moitié des Américains éligibles ont reçu une dose de vaccin) et les cas à travers le pays augmentent à mesure que la variante delta la plus contagieuse se propage. Jusqu’à présent, le président Biden n’a pas placé de mandat fédéral sur les vaccins, ce qui laisse en grande partie aux employeurs le soin de faire pression s’ils veulent que leurs employés évitent de contracter Covid-19.

Les entreprises technologiques ont été parmi les premiers lieux de travail à obliger les employés à travailler à domicile au début de la pandémie. Aujourd’hui, ces mêmes entreprises sont parmi les premiers grands employeurs du secteur privé à exiger que les employés soient vaccinés avant leur retour. Et d’autres entreprises en dehors de l’industrie technologique devraient suivre.

“J’espère que ces étapes donneront à chacun une plus grande tranquillité d’esprit lors de la réouverture des bureaux”, a écrit le PDG de Google, Sundar Pichai, dans un article de blog annonçant les exigences. Google repousse également la date à laquelle il obligera les employés à retourner au bureau de septembre à octobre au plus tôt, citant des inquiétudes concernant la variante delta. Google permet également à environ 20% de ses employés de travailler à domicile en permanence et 60% à travailler quelques jours par semaine en personne.

Lori Goler, vice-présidente du personnel chez Facebook, a publié une déclaration disant que tout employé de l’entreprise travaillant dans un bureau américain devra être vacciné. Google et Facebook ont ​​tous deux déclaré qu’ils mettront en place un processus pour ceux qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales ou autres. “Nous continuons de travailler avec des experts pour garantir que nos plans de retour au bureau donnent la priorité à la santé et à la sécurité de tous”, a écrit Goler dans un communiqué partiel.

En vertu de la loi fédérale, il a été considéré comme légal pour les employeurs d’exiger que les employés soient vaccinés. Les tribunaux ont récemment rejeté des affaires de personnes essayant de poursuivre des hôpitaux et des universités qui avaient exigé des vaccins.

Google et Facebook ont ​​également tous deux leur siège dans la Silicon Valley, une zone géographique avec l’un des taux de vaccination les plus élevés du pays. Mais ces entreprises sont des entreprises mondiales qui emploient des travailleurs de tous les horizons politiques et réticents aux vaccins.

Chez Google, alors que la plupart des employés participant aux listes de diffusion de l’entreprise semblaient jusqu’à présent favorables au mandat des vaccins, certains employés se sont plaints, remettant en question l’efficacité des vaccins et si Google a le droit d’en exiger un, selon une source de l’entreprise.

Étant donné à quel point les vaccins sont devenus politisés aux États-Unis, où de nombreux dirigeants conservateurs ont été lents à soutenir la vaccination et ont attisé le scepticisme à l’égard des vaccins, il est probable qu’il y aura plus de résistance.

Néanmoins, ces grandes entreprises technologiques donnent une fois de plus le ton sur la façon dont les entreprises américaines adaptent leurs conditions de travail aux réalités de la pandémie en cours.

Écologisation de l’électricité à base de charbon : le gouvernement doit sérieusement réfléchir à la fermeture d’anciennes usines polluantes

Le général Michael Flynn approuve Jarome Bell pour le congrès du 2e district de Virginie 10z viral