Griezmann-Suárez-Joao face au leader

23/10/2021 à 16h07 CEST

.

Pour la première fois, Diego Simeone rejoindra Antoine Griezmann, Luis Suárez et Joao Félix ce dimanche dans l’attaque de départ de l’Atlético de Madrid, lors de la première d’un « trident » imposant et attendu pour défier la Real Sociedad, l’équipe la plus productive de tous. jusqu’à présent, invaincu au cours des huit derniers jours et menant LaLiga Santander, dans un défi total au stade Wanda Metropolitano pour prendre position dans les plus hautes places du tournoi.

L’Atlético, l’actuel champion, relance son offensive, peut-être plus visible que jamais ces derniers temps, a ajouté ce dimanche dans une attaque redoutable la puissance de but de Luis Suárez, le débordement et le talent de Joao Félix, dont le moment avance dans l’émergence définitive que ce cours est anticipé, et les qualités incontestables de vision, de création et d’achèvement de Griezmann, qui se souvenait déjà mardi dernier de celui avec lequel il est parti avec les deux buts avec lesquels il a égalisé le 0-2 contre Liverpool (2-3).

je n’avais pas utilisé cette formule jusqu’à maintenant Siméone dans le onze de départ. Seulement à un moment précis d’un match, dans les 29 minutes qui ont coïncidé sur le terrain de jeu lors du retour contre Milan à San Siro (2-3). Déjà tourné car ils sont tous dans l’aspect physique, après les conditions de pré-saison, c’est maintenant le moment, dans l’évolution naturelle de Joao Félix, Griezmann et Suárez avec le déroulement des matchs et des buts. L’Uruguayen compte déjà cinq buts, le Français trois et le Portugais aucun, bien que son football ait été concluant.

A l’image de celui de Thomas Lemar, indiscutable également dans une formation qui déborde presque totalement des sensations offensives. En dehors du « trident », en dehors de la verticale internationale française, Simeone ne s’arrêtera pas là. Ils joueront aussi Résurrection de Koke et Rodrigue de Paul, près de Lemar, au centre du terrain, dans le cadre du 4-3-3 prévu par l’entraîneur, qui complétera son équipe avec Kieran tripier, Philippe Monteiro, Joseph bGiménez et Renan lodi sur la ligne défensive. ET Jan Oblak, dans le but.

Sans Stefan Savic ni Image de balise Marcos Llorente, en dehors du jeu en raison de blessures musculaires, tandis que l’équipe découvre toute sa dimension, dont la perception est de plus en plus claire, mais toujours sans atteindre son expression la plus éloquente, il n’y a même pas un moment de pause dans le combat serré pour LaLiga Santander.

Le défi du dimanche est redoutable. C’est un test décisif dans les deux sens. Une mesure rigoureuse de ce qu’est la réalité à la fois de l’Atlético et du Real, l’un des adversaires qui, en plus, a le plus demandé ces derniers temps à l’équipe rojiblanco, mais qui a aussi le plus souffert contre lui, car ils ne gagnent pas. à la maison. Diego Siméone depuis 2013 ou parce qu’il ne l’a battu que dans l’un de ses six derniers précédents, mis à part le match nul qu’il a réalisé lors de la dernière journée il y a deux saisons.

C’est un engagement sans nuances. En ambition et en but. Il n’y a pas non plus d’excuses. Encore moins pour l’Atlético, dont le meilleur match de l’année, dont l’évolution la plus visible, a coïncidé avec la défaite de mardi. Il n’a pas battu Liverpool, qui l’a battu 2-3, mais il a acquis des sensations qu’il n’avait pas encore transmises, comme les retrouvailles avec lui-même, avec le niveau et la détermination de l’équipe championne il y a à peine quatre mois. Avec confiance et surtout avec conviction.

Avec elle, la Real Sociedad marche à toute allure pour la Liga. Il n’a plus perdu depuis le premier rendez-vous, quand il est tombé au Camp Nou contre Barcelone. Il a déjà enchaîné huit journées consécutives sans défaite – onze matches si l’on compte aussi la Ligue Europa -, dont six victoires lors de ses huit derniers duels de championnat – dont six sans un seul but contre – pour défier l’Atlético, le Real Madrid, à Séville, au Barça… A tous. Du haut. Ce n’est plus ponctuel. Il y a 10 mois, il était aussi là, également en combat direct avec les favoris habituels.

Là, il insiste à nouveau, avec un match de plus que le Real Madrid, Séville et l’Atlético, mais aussi trois points au-dessus, avant sa visite à Wanda Metropolitano, où il mettra à l’épreuve le leadership acquis la veille.

L’équipe de Saint-Sébastien arrive avec un moral élevé non seulement à cause de ses résultats en Liga, mais aussi à cause de son bon comportement en Ligue Europa, dans une phase de groupes où elle est déjà deuxième sans avoir encore perdu. La victoire en Autriche ce jeudi recharge votre confiance pour ce match.

Alexandre Isak Il est toujours juste au but, du moins dans les compétitions internationales (il a marqué deux buts avec la Suède et un avec le Real en Autriche en octobre), mais il n’a pas encore réussi à le faire en championnat et l’attaquant de Kakhol lavan cherche avec impatience une vitrine comme le Metropolitano.

Le test est de haut niveau pour tester si les Gipuzkoans peuvent rester dans la zone supérieure, même si les résultats obtenus à Madrid contre les rojiblancos invitent à la prudence car l’Atlético est clairement dominant dans leurs duels à domicile.

La saison dernière, le Real a perdu 2-1, il y a deux saisons, ils ont fait match nul et se sont qualifiés à la dernière minute pour l’Europe, mais avant cela, il y a eu une longue série de défaites depuis la saison 2012-13 lorsque la dernière victoire a été enregistrée contre l’équipe de Simeone avec un but par Xabi Prieto.

Des changements sont attendus dans les onze txuri urdin en raison des rotations forcées pour oxygéner leur équipe avec autant de matchs, afin qu’ils puissent revenir à la propriété Zaldua et Aritz en défense, Guevara se substitue aux blessés Zubimendi au milieu de terrain et plus est en sécurité Isak, bien qu’il puisse y avoir des nouvelles dans les bandes, occupées jeudi par Pour votre et Januzaj en l’absence de Mikel Oyarzabal pour cause de blessure. L’inconnu est du côté gauche avec Monréal faible et Muñoz sanctionné.

Compositions probables :

Athlète de Madrid: Oblak ; Trippier, Felipe, Giménez, Lodi ; De Paul, Koke, Lemar ; Griezmann, Luis Suárez, Joao Félix.

Société réelle: Remiro; Zaldua, Aritz, Le Normand, Romero ; Silva, Merino, Guevara; Januzaj, Portu, Isak.

Arbitre: Munuera Montero (C. Andaluz).

Stade: Wanda Metropolitano.

Heure: 21h00.

Des postes: Atlético Madrid (5e, 17 points) ; Real Sociedad (1er, 20 points).

La clé: La liaison offensive entre Joao Félix, Griezmann et Suárez.

Les données: L’Atlético n’a remporté qu’un seul de ses cinq derniers matchs à domicile.

La phrase:Simeone: « Ma recherche est de toujours générer une sécurité défensive pour pouvoir bien attaquer ».

L’environnement: Les supporters de l’Atlético profiteront pour la première fois du trio offensif formé par Luis Suárez, Antoine Griezmann et Joao Félix. Les trois n’ont pas encore joué ensemble dans le Wanda Metropolitano.

Share