in

Grosjean prend la pole position sur le parcours routier d’Indianapolis

grosjean

Pour sa troisième course seulement avec Dale Coyne Racing, Romain Grosjean mènera samedi un peloton de 25 voitures au chantier de briques du Grand Prix d’Indianapolis.

L’ancien pilote de Formule 1 a effectué un tour de 1 minute 9,4396 secondes autour du parcours routier d’Indianapolis Motor Speedway vendredi pour battre le double champion d’IndyCar Josef Newgarden.

Il s’agit de la première pole du Français de 35 ans depuis une course de GP2 Series 2011 en Turquie et il a célébré le fait de fléchir les bras de joie lorsqu’il est entré dans la voie des stands.

«C’est comme être de nouveau en vie», a déclaré Grosjean. «Ce sentiment, whoa! J’ai oublié ce que c’était, en fait. Étonnante.”

Newgarden débutera deuxième pour l’équipe Penske.

Jack Harvey partira troisième pour Michael Shank Racing après une séance de qualification surprenante au cours de laquelle le vainqueur en titre Scott Dixon ne s’est pas qualifié pour le premier tour. Dixon a également eu du mal lors de la deuxième séance d’essais en raison d’un embrayage problématique.

«C’était une grille mélangée», a déclaré Newgarden. «J’ai été vraiment surpris de voir que certaines personnes se sont qualifiées.»

Grosjean a raté les deux dernières courses de la saison F1 de l’année dernière après un terrible accident de novembre à Bahreïn au cours duquel il s’est tiré d’une boule de feu d’épave. Il a déclaré que le protecteur de cockpit halo lui avait probablement sauvé la vie et qu’il avait subi de graves brûlures qui lui avaient laissé des cicatrices aux mains.

Il savait même avant l’accident qu’il n’était pas retenu par l’équipe américaine Haas, et Grosjean s’était déjà tourné vers IndyCar car il était fatigué de courir dans une série où la qualité de la voiture n’était pas tout ce qui comptait.

Bien que Coyne ne soit pas un poids lourd IndyCar, Grosjean a terminé 10e et 13e lors de ses deux premières courses.

«J’ai commencé à chercher des maisons en Amérique», a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé si la série IndyCar pouvait devenir une destination permanente. «C’est la réponse que vous voulez.»

S’il continue à enchaîner de bons résultats, il aura beaucoup plus d’opportunités – à partir de samedi alors qu’il poursuit son premier podium depuis 2015 et sa plus grande victoire depuis son titre de GP2 Series en 2011.

«J’adore l’ambiance entre les pilotes, j’adore les pistes», a déclaré Grosjean. «Les voitures sont amusantes à conduire. Nous pouvons aller chercher de bonnes choses. Je suis vraiment heureux.”

Juan Pablo Montoya et Jimmie Johnson sont des visages familiers autour du speedway. Ils se retrouvent simplement dans des rôles différents cette année.

Montoya, double vainqueur d’Indianapolis 500, cherche sa première victoire sur le circuit routier de la piste et dans sa première course IndyCar depuis 2017. Il partira dernier dans le peloton de 25 voitures car ses deux tours les plus rapides ont été rejetés pour interférence.

Johnson, quant à lui, est sept fois champion de NASCAR et quatre fois vainqueur du Brickyard 400. Alors qu’il fera son troisième départ en IndyCar samedi, Johnson n’est pas l’un des favoris du jour de la course et il le sait. Johnson part 23e.

“Je ne suis pas encore dans le match, donc au moins maintenant je suis moins sous pression que par le passé”, a déclaré Johnson, 45 ans. «C’est ma première année et il y a très peu de tests.»

Il n’y a pas de querelle, en soi, entre Graham Rahal et Harvey, mais les deux ont certainement dû clarifier les choses à la suite d’un désaccord au Texas Motor Speedway plus tôt ce mois-ci.

Rahal n’était pas satisfait de la façon dont Harvey a couru ce jour-là et a dit qu’il prévoyait d’avoir une «discussion d’homme à homme» avec le pilote. Harvey a ensuite grommelé que les concurrents courent souvent son entrée au Michael Shank Racing avec une «attitude de petite équipe à temps partiel et pensent qu’ils peuvent tout faire, à tout moment.

Shank, copropriétaire de l’équipe, a soutenu Harvey cette semaine et a déclaré que son équipe ne serait pas bousculée.

Cela a conduit Rahal à noter que l’équipe Shank est alignée sur le puissant Andretti Autosport et que Harvey a fait des percées légitimes.

“Ils peuvent parler gros tout ce qu’ils veulent,” Des gars comme Graham pensent toujours que je suis à temps partiel. “C’est un mensonge complet”, a déclaré Rahal. «Mike Shank fait partie d’Andretti (Autosport). Nous savons qu’ils sont un concurrent sérieux semaine après semaine. Ils peuvent se détacher et essayer d’être durs s’ils le veulent. Ils sont un grand concurrent. Personne n’essaye de le bousculer. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. »

Rahal a déclaré que le problème qu’il avait est avec le contrôle de la course et Harvey était trop agressif au Texas – quelque chose que les officiels de la série auraient pu gérer depuis la tour.

“Il s’agit de la cohérence de l’arbitrage, de faire les bonnes choses, de ne tuer personne”, a déclaré Rahal. «Pour moi, c’était la conversation. C’était juste: “Hé, tu sais, on ne peut pas faire ça.” Il accepta. Jack est un bon mec, un gars debout. Il en va de même pour Mike. Personne n’essaie de le bousculer en essayant de dire qu’ils sont à temps partiel. C’est parti depuis longtemps. Nous savons que ce sont de sérieux prétendants. Nous savons qu’ils vont être rapides ce mois-ci. »

Briser: Robert Lewandowski du Bayern Munich a égalé le record de 40 buts de Gerd Muller en Bundesliga!

Twitter Blue: ce serait l’abonnement payant du service, et cela coûterait 2,99 $ par mois | La technologie