Grosjean : Quand j’ai eu l’ovation j’ai failli pleurer

Grosjean indycar podium laguna

Il serait juste de dire que Romain Grosjean est en train de reconstruire sa carrière aux États-Unis, et au cours de sa saison de recrue en Indycar, il frappe des circuits en cours de route, avec un podium émotionnel à Laguna Seca dimanche, ajoutant à son score.

Depuis que Fernando Alonso a pris d’assaut la scène Indycar, un pilote de F1 n’a-t-il pas si rapidement conquis le cœur et l’esprit des fans. Dans le même temps, les médias et les fans américains ont embrassé le Français qui a défié une mort enflammée lors du Grand Prix de Bahreïn l’année dernière alors qu’il conduisait pour Haas dans l’élite.

C’était son dernier Grand Prix des 179 courses de F1 qu’il avait commencées dans une carrière qui avait débuté au Grand Prix d’Europe 2009 à Valence avec Renault.

Cette saison, il s’est acheté un camping-car surnommé ‘Raoul’ qu’il a basé à Indianapolis Speedway, avec la permission du capitaine Roger Penske lui-même, et à partir de là, Grosjean s’est attaqué aux courses sur route d’Indycar cette année avec un accord avec Dale Coyne Racing.

Le week-end dernier, à Laguna Seca pour la 15e ronde du championnat des 16e rondes, Grosjean était au sommet de son art, offrant un spectacle captivant alors qu’il a joué dans la plupart des dépassements de la journée – des plongeons au tire-bouchon en cours de route – pour terminer troisième. Son troisième podium en Indycar s’ajoute aux deux secondes sur le parcours routier Indy plus tôt dans l’année.

S’exprimant après sa masterclass sur l’emblématique Laguna Seca, Grosjean a expliqué les différences entre la F1 et l’Indycar : « C’est la liberté de conduire la voiture comme on aime la conduire.

« Vous n’avez pas besoin de vous occuper du mode de charge, du mode push, de la température des pneus, de la fenêtre des pneus, etc. Vous montez simplement dans la voiture, quittez la voie des stands, puis vous poussez chaque tour. Tu joues un peu avec tes barres. Mais comme je l’ai dit, vous poussez, poussez, poussez, entrez, pit, pneus neufs.

« La possibilité de profiter de chaque tour que nous faisons, de profiter du fait que vous pouvez être compétitif dans n’importe quelle équipe, fait qu’avec l’atmosphère dans le paddock, évidemment avec le soutien des fans, c’est tout ce que j’ai. J’ai beaucoup apprécié.

Quant à sa mémorable troisième place dimanche dans ce lieu emblématique, Grosjean a déclaré : « C’est tout simplement incroyable. Quand j’ai eu l’ovation, j’ai presque pleuré, et je ne pleure pas très souvent. Cela a été plus que tout ce que je pouvais imaginer.

« Sans les fans, nous ne serions pas en course. Sans les fans, il n’y aurait pas d’audience télé. S’il n’y a pas d’audience, il n’y a pas de sponsor. S’il n’y a pas de parrain, il n’y a pas de travail. Ils sont une partie très importante de ce que nous faisons.

«Mais ce qu’ils me rendent est tout simplement incroyable. Je voulais donc partager le podium avec eux », a ajouté le joueur de 35 ans qui est monté pour la dernière fois sur un podium au Grand Prix de Belgique 2015 lorsqu’il a terminé troisième ; c’était son dixième top trois en F1.

Share